// vous lisez...

Chefs de préjudice

CE 17 avril 2013, CH d’Elbeuf, n° 346334, mentionné aux tables

Postes de préjudices – Perte de revenus

3. Considérant, d’autre part, qu’aux termes de l’article L. 341-1 du code de la sécurité sociale : « L’assuré a droit à une pension d’invalidité lorsqu’il présente une invalidité réduisant dans des proportions déterminées, sa capacité de travail ou de gain, c’est-à-dire le mettant hors d’état de se procurer, dans une profession quelconque, un salaire supérieur à une fraction de la rémunération normale perçue dans la même région par des travailleurs de la même catégorie, dans la profession qu’il exerçait avant la date de l’interruption de travail suivie d’invalidité ou la date de la constatation médicale de l’invalidité si celle-ci résulte de l’usure prématurée de l’organisme » ; qu’eu égard à la finalité de réparation d’une incapacité permanente de travail qui lui est assignée par ces dispositions législatives et à son mode de calcul, en fonction du salaire, fixé par l’article R. 341-4 du code de la sécurité sociale, la pension d’invalidité doit être regardée comme ayant pour objet exclusif de réparer, sur une base forfaitaire, les préjudices subis par la victime dans sa vie professionnelle en conséquence de l’accident, c’est-à-dire ses pertes de revenus professionnels et l’incidence professionnelle de l’incapacité ; que, dès lors, le recours exercé par une caisse de sécurité sociale au titre d’une pension d’invalidité ne saurait s’exercer que sur ces deux postes de préjudice ;
4. Considérant que, pour se conformer aux règles rappelées ci-dessus, il appartenait aux juges du fond de déterminer, en premier lieu, si l’incapacité permanente conservée par Mme Colin en raison des fautes commises par le centre hospitalier d’Elbeuf entraînait des pertes de revenus professionnels et une incidence professionnelle et, dans l’affirmative, d’évaluer ces postes de préjudice sans tenir compte, à ce stade, du fait qu’ils donnaient lieu au versement d’une pension d’invalidité ; que, pour déterminer ensuite dans quelle mesure ces préjudices étaient réparés par la pension, il y avait lieu de regarder cette prestation comme réparant prioritairement les pertes de revenus professionnels et, par suite, comme ne réparant tout ou partie de l’incidence professionnelle que si la victime ne subissait pas de pertes de revenus ou si le montant de ces pertes était inférieur au capital représentatif de la pension ; que, dès lors qu’il avait été définitivement jugé que les fautes commises par le centre hospitalier engageaient son entière responsabilité, le montant intégral des pertes de revenus et de l’incidence professionnelle devait être mis à sa charge ; que la victime devait se voir allouer, le cas échéant, une somme correspondant à la part de ces postes de préjudice non réparée par la pension, évaluée ainsi qu’il a été dit ci-dessus, le solde étant versé à la caisse primaire d’assurance maladie de l’Eure ;
5. Considérant que, par l’arrêt attaqué, la cour a retenu qu’un tiers de la pension d’invalidité servie à Mme Colin, soit 28 378,76 euros, était « imputable à la faute du centre hospitalier intercommunal d’Elbeuf », et que Mme Colin subissait par ailleurs une incidence professionnelle évaluée à 54 000 euros ; qu’elle a ensuite accordé à la caisse de sécurité sociale le remboursement de la somme de 28 378,36 euros et à la victime une indemnité de 54 000 euros ; qu’en procédant de la sorte, la cour n’a pas mis en œuvre la méthode rappelée ci-dessus ; que son arrêt est par suite entaché, sur ce point, d’erreur de droit ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 17 avril 2013, CH d’Elbeuf, n° 346334, mentionné aux tables”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.