// vous lisez...

Contentieux administratif

CE, avis, 13 mars 2013, Larvaron et Cucey, n° 364630

2. L’article 1635 bis Q du code général des impôts dispose que : « Lorsque l’instance est introduite par un auxiliaire de justice, ce dernier acquitte pour le compte de son client la contribution par voie électronique. / Lorsque l’instance est introduite sans auxiliaire de justice, la partie acquitte cette contribution par voie de timbre mobile ou par voie électronique. / Les conséquences sur l’instance du défaut de paiement de la contribution pour l’aide juridique sont fixées par voie réglementaire ». L’article 326 quinquies de l’annexe II du même code, issu du décret du 28 septembre 2011 relatif au droit affecté au fonds d’indemnisation de la profession d’avoué près les cours d’appel et à la contribution pour l’aide juridique, pris pour son application, précise que : « Lorsque, pour une cause qui lui est étrangère, un auxiliaire de justice ne peut effectuer par voie électronique l’acquittement de la contribution pour l’aide juridique prévue à l’article 1635 bis Q du code général des impôts, il est justifié de l’acquittement de la contribution par l’apposition de timbres mobiles ». L’article R. 411-2 du code de justice administrative, dans sa rédaction issue du même décret, prévoit que : « Lorsque la contribution pour l’aide juridique prévue à l’article 1635 bis Q du code général des impôts est due et n’a pas été acquittée, la requête est irrecevable. / Cette irrecevabilité est susceptible d’être couverte après l’expiration du délai de recours. Lorsque le requérant justifie avoir demandé le bénéfice de l’aide juridictionnelle, la régularisation de sa requête est différée jusqu’à la décision définitive statuant sur sa demande. / Par exception au premier alinéa de l’article R. 612-1, la juridiction peut rejeter d’office une requête entachée d’une telle irrecevabilité sans demande de régularisation préalable, lorsque l’obligation d’acquitter la contribution ou, à défaut, de justifier du dépôt d’une demande d’aide juridictionnelle est mentionnée dans la notification de la décision attaquée ou lorsque la requête est introduite par un avocat ».

3. Il résulte de ces dispositions que, lorsqu’elle est due, la contribution pour l’aide juridique est acquittée, pour le compte de son client, par l’avocat qui doit effectivement justifier, lors de l’introduction de l’instance, de son acquittement. Le défaut de tout acquittement de la contribution pour l’aide juridique, par voie électronique ou de timbre mobile est, en l’absence de régularisation après l’expiration du délai de recours, sanctionné d’office par l’irrecevabilité de la requête introduite par l’avocat.

4. En revanche, s’il résultent des mêmes dispositions que l’avocat doit s’acquitter de la contribution pour l’aide juridique par voie électronique, sauf s’il en est empêché par une cause extérieure, justifiant alors que la contribution soit acquittée par l’apposition de timbres mobiles, le non-respect de ces modalités pratiques de justification du paiement de la somme de trente-cinq euros à l’occasion de l’introduction d’une instance n’est pas sanctionné par l’irrecevabilité de la requête. Le législateur, qui a renvoyé au pouvoir réglementaire le soin de définir les conséquences sur l’instance du défaut de paiement de la contribution, n’a en effet pas attaché un tel effet au défaut d’acquittement de la contribution pour l’aide juridique par voie électronique. Une requête présentée par un avocat et pour laquelle la contribution pour l’aide juridique a été acquittée par voie de timbres mobiles n’est donc pas irrecevable, alors même que l’avocat ne se prévaut d’aucune cause étrangère l’ayant empêché de satisfaire à l’obligation posée par les dispositions de l’article 1635 bis Q du code général des impôts de recourir à la voie électronique.

Discussion

Aucun commentaire pour “CE, avis, 13 mars 2013, Larvaron et Cucey, n° 364630”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.