// vous lisez...

Contentieux administratif

CE 3 octobre 2012, Ministre de la défense, n° 357248

1. Considérant qu’aux termes de l’article L. 761-1 du code de justice administrative : « Dans toutes les instances, le juge condamne la partie tenue aux dépens ou, à défaut, la partie perdante, à payer à l’autre partie la somme qu’il détermine, au titre des frais exposés et non compris dans les dépens. Le juge tient compte de l’équité ou de la situation économique de la partie condamnée. Il peut, même d’office, pour des raisons tirées des mêmes considérations, dire qu’il n’y a pas lieu à cette condamnation. » ;

2. Considérant qu’il résulte de ces dispositions que, si une personne publique qui n’a pas eu recours au ministère d’avocat peut néanmoins demander au juge l’application de cet article au titre des frais spécifiques exposés par elle à l’occasion de l’instance, elle ne saurait se borner à faire état d’un surcroît de travail de ses services ; que, par suite, en rejetant les conclusions du ministre de la défense, qui énonçait que ce type de recours représentait une charge réelle pour ses services en termes de temps de travail des agents qui s’y consacrent et, par voie de conséquence, pour les finances publiques, sans faire état précisément des frais que l’Etat aurait exposés pour défendre à l’instance, le juge des référés du tribunal administratif d’Orléans, qui n’a pas entaché son ordonnance d’inexactitude matérielle, n’a pas commis d’erreur de droit ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 3 octobre 2012, Ministre de la défense, n° 357248”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.