// vous lisez...

Contentieux administratif

CE, Avis, 17 juillet 2012, SCI de Pampelonne, n° 357870

1. Aux termes de l’article 31 de l’ordonnance du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales de propriétaires : « I. Les ressources d’une association syndicale autorisée comprennent : / 1° Les redevances dues par ses membres ; (…) II. Les redevances syndicales sont établies annuellement et réparties entre les membres en fonction des bases de répartition des dépenses déterminées par le syndicat. Ces bases tiennent compte de l’intérêt de chaque propriété à l’exécution des missions de l’association (…) ».

2. Aux termes de l’article 26 du décret du 3 mai 2006 pris pour l’application de cette ordonnance : « Le syndicat délibère notamment sur : / (…) d) Le rôle des redevances syndicales et les bases de répartition des dépenses entre les membres de l’association prévues au II de l’article 31 de l’ordonnance du 1er juillet 2004 susvisée ».

3. L’article 54 du même décret, qui prévoit que les titres de recettes valant avis des sommes à payer au titre de ces redevances, émis par l’ordonnateur de l’association syndicale autorisée et adressés aux redevables de l’association, sont exécutoires de plein droit, dispose par ailleurs que : « (…) L’introduction devant une juridiction de l’instance ayant pour objet de contester le bien-fondé de la redevance liquidée par l’association suspend la force exécutoire du titre. L’exercice de ce recours par le débiteur se prescrit dans le délai de deux mois suivant la réception du titre exécutoire ou, à défaut, du premier acte procédant de ce titre ou de la notification d’un acte de poursuites (…) ».

4. Ces dispositions instituent un recours de plein contentieux spécial ayant pour objet de permettre aux membres d’une association syndicale autorisée qui entendent contester le bien-fondé des redevances mise à leur charge de faire opposition, devant le juge administratif, aux titres de recettes exécutoires émis à leur encontre pour le recouvrement de ces créances publiques. Elles doivent s’entendre comme excluant toute contestation directe, par la voie du recours pour excès de pouvoir, de la délibération du syndicat arrêtant cette répartition.

5. Il est toutefois loisible au propriétaire d’un bien immobilier compris dans le périmètre d’une association syndicale autorisée de présenter, par voie d’exception, un moyen tiré de l’illégalité de cette délibération à l’appui de conclusions tendant à l’annulation du titre exécutoire émis pour le recouvrement de la redevance à laquelle il a été assujetti.

6. Un tel moyen n’est cependant recevable, eu égard à l’importance qui s’attache à la préservation de la sécurité juridique des bases de répartition des dépenses entre les propriétés incluses dans le périmètre d’une telle association, que s’il a été soulevé dans le délai, mentionné à l’article 54 du décret du 3 mai 2006, de deux mois suivant la réception du premier titre exécutoire faisant application au requérant de cette délibération ou, à défaut, du premier acte procédant de ce titre ou de la notification d’un acte de poursuites.

Discussion

Aucun commentaire pour “CE, Avis, 17 juillet 2012, SCI de Pampelonne, n° 357870”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.