// vous lisez...

Contentieux administratif

CE 1er mars 2012, Elijalat, n° 338450

Considérant, d’autre part, qu’il résulte de l’article R. 612-1 du code de justice administrative que, dans le cas où la notification de la décision attaquée ne mentionnait pas l’obligation de recourir, conformément aux dispositions de l’article R. 821-3 du même code, au ministère d’un avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, le Conseil d’Etat doit inviter l’auteur du pourvoi à le régulariser ; que tel est en particulier le cas lorsque, par suite des indications erronées portées sur la notification d’un jugement rendu en premier et dernier ressort, un requérant a formé, dans les deux mois de cette notification, un appel motivé devant la cour administrative d’appel et que le président de celle-ci a transmis son recours au Conseil d’Etat en application de l’article R. 351-2 de ce code ; qu’en pareille hypothèse, le requérant doit être regardé comme ayant régulièrement formé un pourvoi en cassation contre ce jugement, sous réserve qu’il ait donné suite à l’invitation à faire régulariser son pourvoi par un avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation ; que le délai de deux mois à l’issue duquel il n’est plus recevable à invoquer une cause juridique distincte court alors à compter de la réception de cette demande de régularisation ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 1er mars 2012, Elijalat, n° 338450”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.