// vous lisez...

Aide juridictionnelle

CE 22 février 2012, Bouchaib, n° 343918

Considérant qu’il résulte des dispositions de la loi du 10 juillet 1991 relative à l’aide juridique et du décret n° 91-1266 du 19 décembre 1991 pris pour son application que, saisie, à l’occasion d’un recours introduit devant elle, d’une demande d’aide juridictionnelle, dont le régime contribue à la mise en œuvre du droit constitutionnellement garanti à toute personne à un recours effectif devant une juridiction, toute juridiction administrative est tenue en vertu de ce principe, et afin d’assurer sa pleine application, de transmettre cette demande sans délai au bureau d’aide juridictionnelle compétent, qu’il soit placé auprès d’elle ou auprès d’une autre juridiction, et de surseoir à statuer jusqu’a ce qu’il ait été statué sur cette demande ; qu’il n’en va différemment que dans les cas où une irrecevabilité manifeste, insusceptible d’être couverte en cours d’instance, peut donner lieu à une décision immédiate sur le recours ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 22 février 2012, Bouchaib, n° 343918”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.