// vous lisez...

Contentieux administratif

CE 23 janvier 2012, Frulin, n° 346689

Considérant que la personne qui a demandé au tribunal administratif la réparation des conséquences dommageables d’un fait qu’elle impute à une administration est recevable à détailler ces conséquences devant le juge d’appel, en invoquant le cas échéant des chefs de préjudice dont elle n’avait pas fait état devant les premiers juges, dès lors qu’ils se rattachent au même fait générateur et que ses prétentions demeurent dans la limite du montant total de l’indemnité chiffrée en première instance, augmentée le cas échéant des éléments nouveaux apparus postérieurement au jugement, sous réserve des règles qui gouvernent la recevabilité des demandes fondées sur une cause juridique nouvelle ; qu’il en va ainsi même lorsque le requérant n’a spécifié aucun chef de préjudice précis devant les premiers juges ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 23 janvier 2012, Frulin, n° 346689”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.