// vous lisez...

Featured

Ordonnance n° 2011-504 du 9 mai 2011 portant codification de la partie législative du code de l’énergie, JORF n°0108 du 10 mai 2011 page 7954

Détail d’un texte
Ordonnance n°2011-504 du 9 mai 2011


Version consolidée à la date du …




calendrier
Aide

Sommaire
Article 1
Article 2
Article 3
Article 4
Article 5
Article 6
Article 7
Article 8
Article 9
Article 10
Article 11
Article 12
Article 13
Article 14
Article 15
Annexe
Article
LIVRE IER : L’ORGANISATION GENERALE DU SECTEUR DE L’ENERGIE
TITRE PRELIMINAIRE LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ENERGETIQUE
Article L100-1
Article L100-2
Article L100-3
Article L100-4
TITRE IER : LES PRINCIPES REGISSANT LES SECTEURS DE L’ENERGIE
CHAPITRE IER : LES SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
SECTION 1 : DISTINCTION DES ACTIVITES
Article L111-1
SECTION 2 : ORGANISATION DES ENTREPRISES DE TRANSPORT
SOUS SECTION 1 : REGLES COMMUNES AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ET AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT DE GAZ
PARAGRAPHE 1 : DESIGNATION DES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT
Article L111-2
Article L111-3
Article L111-4
Article L111-5
Article L111-6
PARAGRAPHE 2 : PRINCIPE DE LA SEPARATION ENTRE LES ACTIVITES DE TRANSPORT ET LES ACTIVITES DE PRODUCTION OU DE FOURNITURE
Article L111-7
PARAGRAPHE 3 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT CREEES APRES LE 3 SEPTEMBRE 2009
Article L111-8
PARAGRAPHE 4 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT APPARTENANT, AU 3 SEPTEMBRE 2009, A UNE ENTREPRISE VERTICALEMENT INTEGREE
Article L111-9
Article L111-10
Article L111-11
Article L111-12
Article L111-13
Article L111-14
Article L111-15
Article L111-16
Article L111-17
Article L111-18
Article L111-19
Article L111-20
Article L111-21
Article L111-22
Article L111-23
Article L111-24
Article L111-25
Article L111-26
Article L111-27
Article L111-28
Article L111-29
Article L111-30
Article L111-31
Article L111-32
Article L111-33
Article L111-34
Article L111-35
Article L111-36
Article L111-37
Article L111-38
PARAGRAPHE 5 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT TRANSFRONTALIERS
Article L111-39
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS PROPRES A L’ENTREPRISE DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ISSUE DE LA SEPARATION JURIDIQUE PREVUE A L’ARTICLE L. 111 7
Article L111-40
Article L111-41
Article L111-42
Article L111-43
Article L111-44
Article L111-45
Article L111-46
SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS PROPRES AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT DE GAZ
Article L111-47
Article L111-48
Article L111-49
Article L111-50
SECTION 3 : ORGANISATION DES ENTREPRISES GESTIONNAIRES DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE ET DE GAZ
SOUS SECTION 1 : LES GESTIONNAIRES DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION
Article L111-51
Article L111-52
Article L111-53
Article L111-54
Article L111-55
Article L111-56
SOUS SECTION 2 : PRINCIPE DE LA SEPARATION ENTRE LES ACTIVITES DE GESTION DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION ET LES ACTIVITES DE PRODUCTION OU DE FOURNITURE
Article L111-57
Article L111-58
Article L111-59
Article L111-60
SOUS SECTION 3 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION
Article L111-61
Article L111-62
Article L111-63
Article L111-64
Article L111-65
Article L111-66
SECTION 4 : DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX ENTREPRISES ELECTRICITE DE FRANCE ET GDF SUEZ
Article L111-67
Article L111-68
Article L111-69
Article L111-70
Article L111-71
SECTION 5 : CONFIDENTIALITE DES INFORMATIONS SENSIBLES
SOUS SECTION 1 : INFORMATIONS DETENUES PAR LES GESTIONNAIRES DU RESEAU PUBLIC DE TRANSPORT ET DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE
Article L111-72
Article L111-73
Article L111-74
Article L111-75
SOUS SECTION 2 : INFORMATIONS DETENUES PAR LES EXPLOITANTS D’OUVRAGES DE TRANSPORT, DE DISTRIBUTION OU DE STOCKAGE DE GAZ NATUREL, OU D’INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUEFIE
Article L111-76
Article L111-77
Article L111-78
Article L111-79
SOUS SECTION 3 : SANCTIONS PENALES
Article L111-80
Article L111-81
Article L111-82
Article L111-83
SECTION 6 : DISSOCIATION ET TRANSPARENCE DE LA COMPTABILITE
SOUS SECTION 1 : REGLES APPLICABLES AUX ENTREPRISES ELECTRIQUES
Article L111-84
Article L111-85
Article L111-86
Article L111-87
SOUS SECTION 2 : REGLES APPLICABLES AUX ENTREPRISES GAZIERES
Article L111-88
Article L111-89
Article L111-90
SECTION 7 : DROIT D’ACCES AUX RESEAUX ET AUX INSTALLATIONS
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESEAUX ELECTRIQUES
Article L111-91
Article L111-92
Article L111-93
Article L111-94
Article L111-95
Article L111-96
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESEAUX GAZIERS ET AUX INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUEFIE
Article L111-97
Article L111-98
Article L111-99
Article L111-100
Article L111-101
Article L111-102
Article L111-103
Article L111-104
Article L111-105
Article L111-106
Article L111-107
Article L111-108
Article L111-109
Article L111-110
CHAPITRE II : LE MARCHE PETROLIER
Article L112-1
TITRE II : LES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC ET LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS
CHAPITRE IER : LES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
SECTION 1 : OBLIGATIONS ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’ELECTRICITE
SOUS SECTION 1 : DEFINITIONS
Article L121-1
Article L121-2
Article L121-3
Article L121-4
Article L121-5
SOUS SECTION 2 : COMPENSATION DES CHARGES RESULTANT DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC
Article L121-6
Article L121-7
Article L121-8
Article L121-9
Article L121-10
Article L121-11
Article L121-12
Article L121-13
Article L121-14
Article L121-15
Article L121-16
Article L121-17
Article L121-18
Article L121-19
Article L121-20
Article L121-21
Article L121-22
Article L121-23
Article L121-24
Article L121-25
Article L121-26
Article L121-27
Article L121-28
SOUS SECTION 3 : LE FONDS DE PEREQUATION DE L’ELECTRICITE
Article L121-29
Article L121-30
Article L121-31
SECTION 2 : OBLIGATIONS ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DU GAZ
SOUS SECTION 1 : DEFINITIONS
Article L121-32
Article L121-33
Article L121-34
SOUS SECTION 2 : COMPENSATION DES CHARGES RESULTANT DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC
Article L121-35
Article L121-36
Article L121-37
Article L121-38
Article L121-39
Article L121-40
Article L121-41
Article L121-42
Article L121-43
Article L121-44
SECTION 3 : MISE EN ŒUVRE CONTRACTUELLE DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC
Article L121-45
Article L121-46
Article L121-47
CHAPITRE II : LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS D’ELECTRICITE ET DE GAZ
SECTION 1 : LE MEDIATEUR NATIONAL DE L’ENERGIE
Article L122-1
Article L122-2
Article L122-3
Article L122-4
Article L122-5
SECTION 2 : AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AUX CONSOMMATEURS
Article L122-6
Article L122-7
TITRE III : LA COMMISSION DE REGULATION DE L’ENERGIE
CHAPITRE IER : MISSIONS
Article L131-1
Article L131-2
Article L131-3
CHAPITRE II : ORGANISATION
Article L132-1
Article L132-2
Article L132-3
Article L132-4
Article L132-5
CHAPITRE III : FONCTIONNEMENT
Article L133-1
Article L133-2
Article L133-3
Article L133-4
Article L133-5
Article L133-6
CHAPITRE IV : ATTRIBUTIONS
SECTION 1 : DECISIONS
Article L134-1
Article L134-2
Article L134-3
Article L134-4
Article L134-5
Article L134-6
Article L134-7
Article L134-8
Article L134-9
SECTION 2 : RAPPORTS, AVIS, CONSULTATIONS ET PROPOSITIONS
Article L134-10
Article L134-11
Article L134-12
Article L134-13
Article L134-14
Article L134-15
Article L134-16
Article L134-17
Article L134-18
SECTION 3 : REGLEMENT DES DIFFERENDS
Article L134-19
Article L134-20
Article L134-21
Article L134-22
Article L134-23
Article L134-24
SECTION 4 : POUVOIR DE SANCTION
Article L134-25
Article L134-26
Article L134-27
Article L134-28
Article L134-29
Article L134-30
Article L134-31
Article L134-32
Article L134-33
Article L134-34
CHAPITRE V : POUVOIRS D’ENQUETE ET DE CONTROLE
SECTION 1 : DROIT D’ACCES A LA COMPTABILITE DES ENTREPRISES
Article L135-1
Article L135-2
SECTION 2 : ENQUETES ET EXPERTISES
Article L135-3
Article L135-4
Article L135-5
Article L135-6
Article L135-7
Article L135-8
Article L135-9
Article L135-10
Article L135-11
SECTION 3 : RECHERCHE ET CONSTATATION DES INFRACTIONS
Article L135-12
Article L135-13
SECTION 4 : SANCTIONS PENALES POUR ENTRAVE AU CONTROLE
Article L135-14
Article L135-15
Article L135-16
TITRE IV : LE ROLE DE L’ETAT
CHAPITRE IER : L’EVALUATION DES BESOINS ET LA PROGRAMMATION DES CAPACITES ENERGETIQUES
SECTION 1 : LA PROGRAMMATION DES CAPACITES DE PRODUCTION D’ELECTRICITE
Article L141-1
Article L141-2
Article L141-3
SECTION 2 : LA PROGRAMMATION DES CAPACITES D’APPROVISIONNEMENT EN GAZ NATUREL
Article
SECTION 3 : LA PROGRAMMATION DES INVESTISSEMENTS POUR LA PRODUCTION DE CHALEUR
Article
CHAPITRE II : LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE ENERGETIQUE
SECTION 1 : ACCES DU GOUVERNEMENT AUX INFORMATIONS NECESSAIRES A LA POLITIQUE ENERGETIQUE
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES A TOUTES LES ENERGIES
Article L142-1
Article L142-2
Article L142-3
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
Article L142-4
Article L142-5
Article L142-6
Article L142-7
Article L142-8
Article L142-9
SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS APPLICABLES AU PETROLE ET AUX PRODUITS PETROLIERS
Article L142-10
Article L142-11
Article L142-12
SECTION 2 : POUVOIRS D’ENQUETE ET DE CONTROLE. ― SANCTIONS ADMINISTRATIVES
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS PROPRES AU SECTEUR PETROLIER
Article L142-13
Article L142-14
Article L142-15
Article L142-16
Article L142-17
Article L142-18
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS PROPRES AUX GAZ COMBUSTIBLES
Article L142-19
SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS PROPRES AUX SECTEURS ELECTRIQUE ET GAZIER
PARAGRAPHE 1 : POUVOIRS D’ENQUETE
Article L142-20
Article L142-21
Article L142-22
Article L142-23
Article L142-24
Article L142-25
Article L142-26
Article L142-27
Article L142-28
Article L142-29
PARAGRAPHE 2 : RECHERCHE ET CONSTATATION DES MANQUEMENTS ET SANCTIONS ADMINISTRATIVES
Article L142-30
Article L142-31
Article L142-32
Article L142-33
Article L142-34
Article L142-35
Article L142-36
SECTION 3 : SANCTIONS PENALES
SOUS SECTION 1 : SANCTIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
Article L142-37
Article L142-38
Article L142-39
Article L142-40
SOUS SECTION 2 : SANCTIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DU GAZ ET DES HYDROCARBURES
Article L142-41
CHAPITRE III : LES MESURES DE SAUVEGARDE EN CAS DE CRISE
SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES A TOUTES LES SOURCES D’ENERGIE
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS JUSTIFIEES PAR UNE PENURIE ENERGETIQUE
Article L143-1
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS JUSTIFIEES PAR LES NECESSITES DE LA DEFENSE NATIONALE
Article L143-2
Article L143-3
SECTION 2 : DISPOSITIONS PARTICULIERES A L’ELECTRICITE ET AU GAZ
Article L143-4
Article L143-5
Article L143-6
SECTION 3 : DISPOSITIONS PARTICULIERES AU PETROLE
Article L143-7
Article L143-8
CHAPITRE IV : L’ORGANISATION DE LA RECHERCHE EN MATIERE D’ENERGIE
SECTION 1 : LA STRATEGIE NATIONALE DE LA RECHERCHE EN MATIERE D’ENERGIE
Article L144-1
SECTION 2 : L’IFP ENERGIES NOUVELLES
Article L144-2
Article L144-3
Article L144-4
Article L144-5
Article L144-6
Article L144-7
TITRE V : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’OUTRE MER
CHAPITRE UNIQUE
Article L151-1
Article L151-2
Article L151-3
Article L151-4
Article L151-5
Article L151-6
TITRE VI : LES DISPOSITIONS RELATIVES AU PERSONNEL DES ENTREPRISES ELECTRIQUES ET GAZIERES
CHAPITRE UNIQUE
Article L161-1
Article L161-2
Article L161-3
Article L161-4
Article L161-5
Article L161-6
LIVRE II : LA MAITRISE DE LA DEMANDE D’ENERGIE ET LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES
TITRE IER : DISPOSITIONS GENERALES
CHAPITRE UNIQUE
Article L211-1
Article L211-2
Article L211-3
Article L211-4
Article L211-5
Article L211-6
Article L211-7
TITRE II : LES CERTIFICATS D’ECONOMIES D’ENERGIE
CHAPITRE IER : LE DISPOSITIF DES CERTIFICATS D’ECONOMIES D’ENERGIE
Article L221-1
Article L221-2
Article L221-3
Article L221-4
Article L221-5
Article L221-6
Article L221-7
Article L221-8
Article L221-9
Article L221-10
Article L221-11
CHAPITRE II : LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES ET PENALES
Article L222-1
Article L222-2
Article L222-3
Article L222-4
Article L222-5
Article L222-6
Article L222-7
Article L222-8
Article L222-9
TITRE III : LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DANS L’HABITAT
CHAPITRE UNIQUE
Article L231-1
Article L231-2
Article L231-3
Article L231-4
TITRE IV : LES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE CLIMATISATION
CHAPITRE UNIQUE
Article L241-1
Article L241-2
Article L241-3
Article L241-4
Article L241-5
Article L241-6
Article L241-7
Article L241-8
Article L241-9
Article L241-10
Article L241-11
TITRE V : LES MESURES PARTICULIERES AUX VEHICULES
CHAPITRE UNIQUE
Article L251-1
Article L251-2
TITRE VI : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A MAYOTTE
CHAPITRE UNIQUE
Article L261-1
LIVRE III : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’ELECTRICITE
TITRE IER : LA PRODUCTION
CHAPITRE IER : LES DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES A LA PRODUCTION D’ELECTRICITE
SECTION 1 : LES REGLES GENERALES RELATIVES A LA PRODUCTION
Article L311-1
Article L311-2
Article L311-3
Article L311-4
SECTION 2 : L’AUTORISATION D’EXPLOITER
Article L311-5
Article L311-6
Article L311-7
Article L311-8
Article L311-9
SECTION 3 : L’APPEL D’OFFRES
Article L311-10
Article L311-11
Article L311-12
Article L311-13
SECTION 4 : LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES ET PENALES
Article L311-14
Article L311-15
Article L311-16
Article L311-17
Article L311-18
Article L311-19
CHAPITRE II : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A LA PRODUCTION HYDROELECTRIQUE
Article L312-1
Article L312-2
CHAPITRE III : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A LA PRODUCTION D’ELECTRICITE NUCLEAIRE
Article L313-1
Article L313-2
CHAPITRE IV : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A L’ELECTRICITE PRODUITE A PARTIR D’ENERGIES RENOUVELABLES
SECTION 1 : L’OBLIGATION D’ACHAT
Article L314-1
Article L314-2
Article L314-3
Article L314-4
Article L314-5
Article L314-6
Article L314-7
Article L314-8
Article L314-9
Article L314-10
Article L314-11
Article L314-12
Article L314-13
SECTION 2 : LES GARANTIES D’ORIGINE
Article L314-14
Article L314-15
TITRE II : LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION
CHAPITRE IER : LE TRANSPORT
SECTION 1 : L’AUTORITE CONCEDANTE DU RESEAU PUBLIC DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ET LA CONSISTANCE DE CE RESEAU
Article L321-1
Article L321-2
Article L321-3
Article L321-4
Article L321-5
SECTION 2 : LES MISSIONS DU GESTIONNAIRE DU RESEAU DE TRANSPORT
Article L321-6
Article L321-7
Article L321-8
Article L321-9
Article L321-10
Article L321-11
Article L321-12
Article L321-13
Article L321-14
Article L321-15
Article L321-16
Article L321-17
SECTION 3 : LA QUALITE DE L’ELECTRICITE
Article L321-18
Article L321-19
CHAPITRE II : LA DISTRIBUTION
SECTION 1 : LES AUTORITES ORGANISATRICES DU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE ET LA CONSISTANCE DE CE RESEAU
Article L322-1
Article L322-2
Article L322-3
Article L322-4
Article L322-5
Article L322-6
Article L322-7
SECTION 2 : LES MISSIONS DU GESTIONNAIRE DU RESEAU DE DISTRIBUTION
Article L322-8
Article L322-9
Article L322-10
Article L322-11
SECTION 3 : LA QUALITE DE L’ELECTRICITE
Article L322-12
CHAPITRE III : LES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
SECTION 1 : L’OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC PAR LES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
Article L323-1
Article L323-2
SECTION 2 : LA TRAVERSEE DES PROPRIETES PRIVEES PAR LES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
Article L323-3
Article L323-4
Article L323-5
Article L323-6
Article L323-7
Article L323-8
Article L323-9
SECTION 3 : LES SERVITUDES POUR VOISINAGE DES OUVRAGES DE TRANSPORT OU DE DISTRIBUTION
Article L323-10
SECTION 4 : LE CONTROLE DE LA CONSTRUCTION ET DE L’EXPLOITATION DES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
Article L323-11
Article L323-12
Article L323-13
CHAPITRE IV : LA DISTRIBUTION AUX SERVICES PUBLICS
Article L324-1
Article L324-2
TITRE III : LA COMMERCIALISATION
CHAPITRE IER : LE CHOIX D’UN FOURNISSEUR
Article L331-1
Article L331-2
Article L331-3
Article L331-4
CHAPITRE II : LES CONTRATS DE VENTE
Article L332-1
Article L332-2
Article L332-3
Article L332-4
Article L332-5
Article L332-6
CHAPITRE III : L’ACHAT POUR REVENTE
Article L333-1
Article L333-2
Article L333-3
CHAPITRE IV : DISPOSITIONS PARTICULIERES
SECTION 1 : LA COMMERCIALISATION PAR UNE ENTREPRISE LOCALE DE DISTRIBUTION
Article L334-1
Article L334-2
SECTION 2 : LA FOURNITURE D’ELECTRICITE ET LES CONTRATS DE CONCESSION
Article L334-3
CHAPITRE V : LA CONTRIBUTION DES FOURNISSEURS A LA SECURITE D’APPROVISIONNEMENT EN ELECTRICITE
SECTION 1 : LE DISPOSITIF DE CONTRIBUTION DES FOURNISSEURS A LA SECURITE D’APPROVISIONNEMENT EN ELECTRICITE
Article L335-1
Article L335-2
Article L335-3
Article L335-4
Article L335-5
Article L335-6
SECTION 2 : LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES
Article L335-7
Article L335-8
CHAPITRE VI : L’ACCES REGULE A L’ELECTRICITE NUCLEAIRE HISTORIQUE
Article L336-1
Article L336-2
Article L336-3
Article L336-4
Article L336-5
Article L336-6
Article L336-7
Article L336-8
Article L336-9
Article L336-10
CHAPITRE VII : LES TARIFS ET LES PRIX
SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES A L’ENSEMBLE DES TARIFS ET DES PRIX
Article L337-1
Article L337-2
SECTION 2 : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX TARIFS DE VENTE
SOUS SECTION 1 : LA TARIFICATION SPECIALE « PRODUIT DE PREMIERE NECESSITE »
Article L337-3
SOUS SECTION 2 : LES TARIFS REGLEMENTES DE VENTE
Article L337-4
Article L337-5
Article L337-6
Article L337-7
Article L337-8
Article L337-9
SECTION 3 : DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX TARIFS DE CESSION AUX ENTREPRISES LOCALES DE DISTRIBUTION
Article L337-10
Article L337-11
Article L337-12
SECTION 4 : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PRIX D’ACCES REGULE A L’ELECTRICITE NUCLEAIRE HISTORIQUE
Article L337-13
Article L337-14
Article L337-15
Article L337-16
TITRE IV : L’ACCES ET LE RACCORDEMENT AUX RESEAUX
CHAPITRE IER : L’ACCES AUX RESEAUX
Article L341-1
Article L341-2
Article L341-3
Article L341-4
Article L341-5
CHAPITRE II : LE RACCORDEMENT AUX RESEAUX
Article L342-1
Article L342-2
Article L342-3
Article L342-4
Article L342-5
Article L342-6
Article L342-7
Article L342-8
Article L342-9
Article L342-10
Article L342-11
Article L342-12
CHAPITRE III : LES LIGNES DIRECTES
Article L343-1
Article L343-2
Article L343-3
Article L343-4
Article L343-5
Article L343-6
TITRE V : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’UTILISATION DE L’ELECTRICITE
Article
TITRE VI : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’OUTRE MER
CHAPITRE UNIQUE
Article L362-1
Article L362-2
Article L362-3
Article L362-4
Article L362-5
LIVRE IV : LES DISPOSITIONS RELATIVES AU GAZ
Article L400-1
TITRE IER : LA RECHERCHE ET L’EXPLOITATION DES GITES CONTENANT DU GAZ NATUREL
CHAPITRE UNIQUE
Article L411-1
TITRE II : LE STOCKAGE
CHAPITRE UNIQUE
Article L421-1
Article L421-2
Article L421-3
Article L421-4
Article L421-5
Article L421-6
Article L421-7
Article L421-8
Article L421-9
Article L421-10
Article L421-11
Article L421-12
Article L421-13
Article L421-14
Article L421-15
Article L421-16
TITRE III : LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION
CHAPITRE IER : LE TRANSPORT
SECTION 1 : LE REGIME D’AUTORISATION DE TRANSPORT
SOUS SECTION 1 : OBLIGATION D’UNE AUTORISATION
Article L431-1
SOUS SECTION 2 : SANCTIONS
Article L431-2
SECTION 2 : LES MISSIONS DES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT
Article L431-3
Article L431-4
Article L431-5
Article L431-6
SECTION 3 : LA PARTICIPATION DES AUTRES OPERATEURS A L’EQUILIBRAGE DES RESEAUX DE TRANSPORT
Article L431-7
Article L431-8
CHAPITRE II : LA DISTRIBUTION
SECTION 1 : LES AUTORITES ORGANISATRICES DES RESEAUX DE DISTRIBUTION
Article L432-1
Article L432-2
Article L432-3
Article L432-4
Article L432-5
Article L432-6
Article L432-7
SECTION 2 : LES MISSIONS DES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE DISTRIBUTION
Article L432-8
Article L432-9
Article L432-10
Article L432-11
Article L432-12
CHAPITRE III : LES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
SECTION 1 : L’OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC OU LA TRAVERSEE DES PROPRIETES PRIVEES PAR LES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES AU TRANSPORT
Article L433-1
Article L433-2
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA DISTRIBUTION
Article L433-3
Article L433-4
Article L433-5
Article L433-6
Article L433-7
Article L433-8
Article L433-9
Article L433-10
Article L433-11
SECTION 2 : LE CONTROLE DE LA CONSTRUCTION ET DE L’EXPLOITATION DES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX OUVRAGES DE TRANSPORT
Article L433-12
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX OUVRAGES DE DISTRIBUTION
Article L433-13
Article L433-14
Article L433-15
Article L433-16
Article L433-17
Article L433-18
Article L433-19
SECTION 3 : LES MESURES DE PROTECTION DES OUVRAGES DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION
SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX OUVRAGES DE TRANSPORT
Article L433-20
SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX OUVRAGES DE DISTRIBUTION
Article L433-21
Article L433-22
Article L433-23
Article L433-24
Article L433-25
TITRE IV : LA COMMERCIALISATION
CHAPITRE IER : LE CHOIX DU FOURNISSEUR
Article L441-1
Article L441-2
Article L441-3
Article L441-4
Article L441-5
CHAPITRE II : LES CONTRATS DE VENTE
Article L442-1
Article L442-2
Article L442-3
CHAPITRE III : LE REGIME DE LA FOURNITURE
SECTION 1 : L’OBLIGATION D’UNE AUTORISATION
Article L443-1
Article L443-2
Article L443-3
Article L443-4
Article L443-5
Article L443-6
Article L443-7
Article L443-8
Article L443-9
SECTION 2 : LES SANCTIONS
SOUS SECTION 1 : SANCTIONS PENALES
Article L443-10
Article L443-11
SOUS SECTION 2 : SANCTIONS ADMINISTRATIVES
Article L443-12
CHAPITRE IV : LE CAS PARTICULIER DE LA COMMERCIALISATION PAR UNE ENTREPRISE LOCALE DE DISTRIBUTION
Article L444-1
Article L444-2
CHAPITRE V : LES TARIFS
SECTION 1 : LES TARIFS REGLEMENTES DE VENTE
Article L445-1
Article L445-2
Article L445-3
Article L445-4
SECTION 2 : LE TARIF SPECIAL DE SOLIDARITE
Article L445-5
CHAPITRE VI : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA VENTE DE BIOGAZ
Article L446-1
Article L446-2
Article L446-3
Article L446-4
TITRE V : L’ACCES ET LE RACCORDEMENT AUX RESEAUX ET INSTALLATIONS
CHAPITRE IER : L’ACCES AUX RESEAUX ET INSTALLATIONS
Article L451-1
Article L451-2
Article L451-3
CHAPITRE II : LES TARIFS D’UTILISATION DES RESEAUX DE TRANSPORT, DE DISTRIBUTION DE GAZ NATUREL ET LES TARIFS D’UTILISATION DES INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUEFIE
Article L452-1
Article L452-2
Article L452-3
Article L452-4
Article L452-5
Article L452-6
CHAPITRE III : LE RACCORDEMENT AUX RESEAUX ET INSTALLATIONS
Article L453-1
Article L453-2
Article L453-3
Article L453-4
Article L453-5
Article L453-6
Article L453-7
LIVRE V : DISPOSITIONS RELATIVES A L’UTILISATION DE L’ENERGIE HYDRAULIQUE
TITRE IER : LES DISPOSITIONS COMMUNES AUX INSTALLATIONS HYDRAULIQUES AUTORISEES OU CONCEDEES
CHAPITRE IER : LES CARACTERISTIQUES GENERALES DES REGIMES D’EXPLOITATION DE L’ENERGIE HYDRAULIQUE
Article L511-1
Article L511-2
Article L511-3
Article L511-4
Article L511-5
Article L511-6
Article L511-7
Article L511-8
Article L511-9
Article L511-10
Article L511-11
Article L511-12
Article L511-13
CHAPITRE II : LA CONSTATATION DES INFRACTIONS ET LES SANCTIONS PENALES
SECTION 1 : LA CONSTATATION DES INFRACTIONS
Article L512-1
SECTION 2 : LES SANCTIONS
Article L512-2
Article L512-3
TITRE II : LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX INSTALLATIONS HYDRAULIQUES CONCEDEES
CHAPITRE IER : LA PROCEDURE APPLICABLE AUX CONCESSIONS
SECTION 1 : L’OCTROI DE LA CONCESSION
Article L521-1
Article L521-2
Article L521-3
SECTION 2 : LE CAHIER DES CHARGES DE LA CONCESSION
Article L521-4
Article L521-5
Article L521-6
SECTION 3 : L’OCCUPATION OU LA TRAVERSEE DES PROPRIETES PRIVEES
Article L521-7
Article L521-8
Article L521-9
Article L521-10
Article L521-11
Article L521-12
Article L521-13
Article L521-14
SECTION 4 : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A LA FIN DE LA CONCESSION ET A SON RENOUVELLEMENT
Article L521-15
Article L521-16
Article L521-17
CHAPITRE II : LES RESERVES EN ENERGIE
Article L521-18
Article L521-19
Article L521-20
Article L521-21
CHAPITRE III : LES REDEVANCES PROPORTIONNELLES
Article L521-22
Article L521-23
TITRE III : LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX INSTALLATIONS HYDRAULIQUES AUTORISEES
CHAPITRE UNIQUE
Article L531-1
Article L531-2
Article L531-3
Article L531-4
Article L531-5
Article L531-6
LIVRE VI : LES DISPOSITIONS RELATIVES AU PETROLE
TITRE IER : GENERALITES
CHAPITRE UNIQUE
Article L611-1
TITRE II : LA RECHERCHE ET L’EXPLOITATION DES GITES CONTENANT DU PETROLE
CHAPITRE UNIQUE
Article L621-1
TITRE III : LE TRANSPORT
CHAPITRE IER : LE TRANSPORT PAR NAVIRE
Article L631-1
Article L631-2
Article L631-3
CHAPITRE II : LE TRANSPORT PAR CANALISATION
SECTION UNIQUE
Article L632-1
Article L632-2
TITRE IV : LE RAFFINAGE ET LE STOCKAGE
CHAPITRE IER : LE RAFFINAGE ET LES PRODUITS PETROLIERS
SECTION 1 : LE RAFFINAGE
Article L641-1
Article L641-2
Article L641-3
SECTION 2 : PRODUITS PETROLIERS ET CARBURANTS RENOUVELABLES
Article L641-4
Article L641-5
Article L641-6
CHAPITRE II : LE STOCKAGE
Article L642-1
Article L642-2
Article L642-3
Article L642-4
Article L642-5
Article L642-6
Article L642-7
Article L642-8
Article L642-9
Article L642-10
TITRE V : LA DISTRIBUTION
CHAPITRE UNIQUE
Article L651-1
TITRE VI : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A L’OUTRE MER
CHAPITRE UNIQUE
Article L661-1
LIVRE VII : LES DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID
TITRE IER : LA PRODUCTION DE CHALEUR ET LE CLASSEMENT DES RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID
CHAPITRE IER : LA PRODUCTION DE CHALEUR
Article L711-1
Article L711-2
Article L711-3
CHAPITRE II : LE CLASSEMENT DES RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID
SECTION 1 : PRINCIPES ET MODALITES DE CLASSEMENT DES RESEAUX DE CHALEUR ET DE FROID
Article L712-1
Article L712-2
Article L712-3
SECTION 2 : CONSTATATION DES INFRACTIONS
Article L712-4
SECTION 3 : SANCTIONS PENALES
Article L712-5
CHAPITRE III : DISPOSITIONS DIVERSES
Article L713-1
Article L713-2
TITRE II : LE PASSAGE DES CANALISATIONS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION DE CHALEUR ET DE FROID
CHAPITRE UNIQUE
Article L721-1
Article L721-2
Article L721-3
Article L721-4
Article L721-5
Article L721-6
Article L721-7
Article L721-8
Article L721-9
Article L721-10
Article L721-11
Article L721-12
TITRE III : LE STOCKAGE DE CHALEUR
CHAPITRE UNIQUE
Article L731-1
JORF n°0108 du 10 mai 2011 page 7954
texte n° 56

ORDONNANCE
Ordonnance n° 2011-504 du 9 mai 2011 portant codification de la partie législative du code de l’énergie

NOR: INDR1111324R

Le Président de la République,
Sur le rapport du Premier ministre et de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie,
Vu la Constitution, notamment son article 38 ;
Vu le règlement (CE) n° 714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 concernant les conditions d’accès au réseau pour les échanges transfrontaliers d’électricité ;
Vu le règlement (CE) n° 715/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 concernant les conditions d’accès aux réseaux de transport de gaz naturel ;
Vu la directive n° 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables et modifiant puis abrogeant les directives 2001/77/CE et 2003/30/CE, notamment son article 15 ;
Vu la directive n° 2009/72/CE du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 concernant les règles communes pour le marché intérieur de l’électricité et abrogeant la directive 2003/54/CE ;
Vu la directive n° 2009/73/CE du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 concernant les règles communes pour le marché intérieur de l’électricité et abrogeant la directive 2003/55/CE ;
Vu le code de commerce ;
Vu le code de la consommation ;
Vu le code de la construction et de l’habitation ;
Vu le code de l’environnement ;
Vu le code de l’expropriation pour cause d’utilité publique ;
Vu le code général des collectivités territoriales ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le code rural et de la pêche maritime ;
Vu le code de l’urbanisme ;
Vu la loi n° 2009-526 du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d’allègement des procédures, notamment son article 92 ;
Vu la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement ;
Vu la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement ;
Vu la loi n° 2011-12 du 5 janvier 2011 portant diverses dispositions d’adaptation de la législation au droit de l’Union européenne, notamment ses articles 2 et 4 ;
Vu les avis de la commission supérieure de codification en date des 7 avril 2006, 9 mars 2007, 18 mars 2008, 7 avril 2009, 17 novembre 2009 et 23 mars 2010 ;
Vu l’avis du Conseil supérieur de l’énergie en date du 15 mars 2011 ;
Le Conseil d’Etat entendu ;
Le conseil des ministres entendu,
Ordonne :

Les dispositions annexées à la présente ordonnance constituent la partie législative du code de l’énergie.

Les références à des dispositions abrogées par les articles 4 et 5 de la présente ordonnance sont remplacées par les références aux dispositions correspondantes du code de l’énergie.

Les dispositions de la partie législative du code de l’énergie, qui mentionnent, sans les reproduire, des dispositions soit d’autres codes soit de textes législatifs ou de règlements communautaires, sont de plein droit modifiées par l’effet des modifications ultérieures de ces dispositions.

Sont abrogés, sous réserve des dispositions des articles 6 et 12 :
1° Les articles L. 131-4 et L. 131-6 du code de la construction et de l’habitation ;
2° Les articles 713-1 et 713-2 du code du travail (ancien) ;
3° La loi du 15 juin 1906 sur les distributions d’énergie ;
4° La loi du 16 octobre 1919 relative à l’utilisation de l’énergie hydraulique, à l’exception du cinquième alinéa de l’article 2 ;
5° La loi du 27 février 1925 ayant pour objet de modifier et de compléter la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d’électricité ;
6° L’article 298 de la loi de finances du 13 juillet 1925 ;
7° L’article 136 de la loi de finances du 31 décembre 1937 ;
8° La loi du 15 février 1941 relative à l’organisation de la production, du transport et de la distribution du gaz ;
9° La loi n° 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz, à l’exception des articles 8 et 47 ;
10° L’article 67 de la loi n° 53-79 du 7 février 1953 de finances pour l’exercice 1953 ;
11° La loi n° 57-57 du 19 janvier 1957 relative à l’application aux départements de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane et de La Réunion de la législation métropolitaine en matière de production, de transport et de distribution d’énergie électrique ;
12° L’article 11 de la loi n° 58-336 du 29 mars 1958 de finances pour 1958 (2e partie ― Moyens des services et dispositions spéciales) (Dispositions relatives aux investissements) ;
13° La loi n° 74-908 du 29 octobre 1974 relative aux économies d’énergie ;
14° La loi n° 75-622 du 11 juillet 1975 relative à la nationalisation de l’électricité dans les départements d’outre-mer ;
15° Le titre II de l’ordonnance n° 77-1106 du 26 septembre 1977 portant extension et adaptation au département de Saint-Pierre-et-Miquelon de diverses dispositions législatives relatives au domaine industriel, agricole et commercial ;
16° La loi n° 80-531 du 15 juillet 1980 relative aux économies d’énergie et à l’utilisation de la chaleur, à l’exception du troisième alinéa de l’article 5 et du I de l’article 30 ;
17° L’article 92 de la loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne ;
18° La loi n° 92-1443 du 31 décembre 1992 portant réforme du régime pétrolier, à l’exception de l’article 5 ;
19° L’article 57 de la loi n° 93-1 du 4 janvier 1993 portant dispositions diverses relatives aux départements d’outre-mer, aux territoires d’outre-mer et aux collectivités territoriales de Mayotte et de Saint-Pierre-et-Miquelon ;
20° La loi n° 93-914 du 19 juillet 1993 portant transposition de la directive (CEE) du Conseil n° 90-377 du 29 juin 1990 instaurant une procédure communautaire assurant la transparence des prix au consommateur final industriel de gaz et d’électricité, à l’exception de l’article 2 ;
21° La loi n° 2000-108 du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité, à l’exception du IX de l’article 4-1 et du IV de l’article 6 ;
22° La loi n° 2002-1451 du 12 décembre 2002 relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité à Mayotte ;
23° La loi n° 2003-8 du 3 janvier 2003 relative aux marchés du gaz et de l’électricité et au service public de l’énergie ;
24° La loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières, à l’exception des articles 9 et 10, des I, II et III de l’article 12, des articles 16 à 23,26,27,30-1,30-2 et 31 et du V de l’article 48 ;
25° La loi de programme n° 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique, à l’exception :
a) Des sixième à quinzième alinéas de l’article 2 ;
b) Des articles 3 à 7,9 et 11 à 13 ;
c) De l’article 92 en tant qu’il concerne les canalisations de transport ou de distribution de produits chimiques et des articles 102 et 106 ;
26° La loi n° 2006-1537 du 7 décembre 2006 relative au secteur de l’énergie ;
27° Le VI de l’article 88 de la loi du 12 juillet 2010 susvisée.

Sont et demeurent abrogés :
1° La loi du 2 août 1923 facilitant par des avances de l’Etat la distribution de l’énergie électrique dans les campagnes ;
2° La loi du 28 juillet 1928 ayant pour objet l’insertion de clauses relatives au statut du personnel dans les cahiers des charges des concessions de gaz et d’électricité ;
3° Le décret-loi du 16 juillet 1935 tendant à l’abaissement du prix de l’électricité complété par les décrets-lois du 8 août 1935 relatif aux distributions de gaz et du 30 octobre 1935 ;
4° Le décret-loi du 17 juin 1938 relatif aux mesures destinées à assurer le développement de l’équipement électrique en France ;
5° La loi du 16 février 1941 facilitant l’utilisation de l’électricité pour les besoins de l’agriculture ;
6° La loi du 14 septembre 1941 sur les installations de transport d’énergie électrique ;
7° L’article 37 de la loi n° 70-1283 du 31 décembre 1970 de finances rectificatives pour 1970.

L’abrogation des dispositions mentionnées à l’article 4 ne prendra effet qu’à compter de la publication des dispositions réglementaires correspondantes du code de l’énergie pour ce qui concerne les articles, parties d’articles ou alinéas suivants :
1° Dans la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d’énergie :
a) A l’article 12, la troisième phrase du neuvième alinéa ;
b) L’article 14 ;
c) A l’article 19, les mots : « pris par le ministre chargé des travaux publics et le ministre chargé du commerce, de l’industrie, des postes et télécommunications et par le ministre de l’air, après avis du comité d’électricité » ;
2° Dans la loi du 16 octobre 1919 relative à l’utilisation de l’énergie hydraulique :
a) L’article 2-1 ;
b) Aux premier et deuxième alinéas du 6° bis de l’article 10, les mots : « est équivalent à 25 % de la valorisation de cette quantité d’énergie sur la base des tarifs réglementés de vente de l’électricité » ;
3° Dans la loi n° 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz :
a) Au deuxième alinéa de l’article 5 bis, les mots : « au ministre de l’industrie » ;
b) L’article 45 ;
4° Dans la loi n° 80-531 du 15 juillet 1980 relative aux économies d’énergie et à l’utilisation de la chaleur :
a) Le deuxième alinéa de l’article 5 ;
b) A l’article 7, les deuxième et quatrième phrases du deuxième alinéa ;
c) Au deuxième alinéa de l’article 10, les mots : « le ministre chargé de l’industrie » ;
d) Au deuxième alinéa de l’article 18, les mots : « pendant le délai d’un an à compter de l’enquête parcellaire effectuée selon la procédure prévue par l’ordonnance n° 58-997 du 23 octobre 1958 » ;
5° Dans la loi n° 92-1443 du 31 décembre 1992 portant réforme du régime pétrolier :
a) A l’article 6, la deuxième phrase du troisième alinéa ;
b) A l’article 8, les mots : « Après avis de la commission interministérielle des dépôts d’hydrocarbures, l’autorité administrative peut s’opposer dans un délai d’un mois après la notification prévue à l’alinéa précédent aux opérations projetées » et la deuxième phrase du deuxième alinéa ;
c) Au troisième alinéa du III de l’article 12, les mots : « le ministre chargé des hydrocarbures » ;
d) A l’article 13, le sixième alinéa ;
e) A l’article 14, le quatrième alinéa ;
f) Au troisième alinéa de l’article 16, les mots : « Le ministre chargé des hydrocarbures » ;
6° Dans la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité :
a) A l’article 3, les troisième à dixième alinéas ;
b) Au onzième alinéa de l’article 4-2, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
c) Au III de l’article 5, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
d) Au I de l’article 6, le deuxième alinéa, au troisième alinéa, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » et le quatrième alinéa ;
e) Au I de l’article 7 et à l’article 8, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » en chacune de leurs occurrences ;
f) A l’article 8, les deuxième et quatrième alinéas ;
g) A l’article 10, au quatorzième alinéa, les mots : « par décret », au seizième alinéa, les mots : « le ministre » et le dernier alinéa ;
h) A l’article 10-1, au premier alinéa, les mots : « le préfet de département », les sixième à huitième alinéas et, au neuvième alinéa, les mots : « le préfet de région » et les mots : « avant le 30 septembre 2012 » ;
i) Au deuxième alinéa du I de l’article 10-2, les mots : « et information préalable de l’autorité administrative, de la Commission de régulation de l’énergie et de l’acquéreur de l’électricité produite par cette installation dans le cadre du contrat d’achat dont elle bénéficie » ;
j) A l’article 13, le troisième alinéa ;
k) Au quatrième alinéa du III de l’article 15, les mots : « Le ministre chargé de l’énergie » ;
l) A l’article 18, les mots : « conjointement par les ministres chargés de l’économie et de l’énergie après consultation des organisations nationales représentatives des collectivités organisatrices de la distribution publique d’électricité et avis de la Commission de régulation de l’énergie » et les mots : « dans un délai de six mois » au troisième alinéa ;
m) Au premier alinéa du II de l’article 21-1, les mots : « pris après avis du comité technique de l’électricité, de la Commission de régulation de l’énergie et du Conseil supérieur de l’énergie » ;
n) A l’article 21-2, au deuxième alinéa, les mots : « par arrêté du ministre chargé de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie » et, au troisième alinéa, les mots : « par arrêté conjoint des ministres chargés de l’économie et de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie » ;
o) Aux IV, IV bis et V de l’article 22, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » en toutes leurs occurrences ;
p) A la première phrase du sixième alinéa de l’article 25, les mots : « après avis de l’Autorité de la concurrence » ;
q) A l’article 28, les deux premières phrases du IV et les deux premières phrases du quatrième alinéa du V ;
r) A l’article 32, la première phrase du premier alinéa et le troisième alinéa ;
s) Au III de l’article 33, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
t) Au II de l’article 38, au premier alinéa, les mots : « dans un délai d’un mois à compter de leur notification » et, au troisième alinéa, les mots : « au maximum quinze jours après leur notification » ;
u) Au premier alinéa de l’article 41, aux premier et dernier alinéas de l’article 47 et à l’article 50-1, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
7° Dans la loi n° 2003-8 du 3 janvier 2003 relative aux marchés du gaz et de l’électricité et au service public de l’énergie :
a) Au quatrième alinéa de l’article 2, les mots : « par décret » ;
b) A l’article 5, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » en chacune de leurs occurrences ;
c) Au I de l’article 7, au deuxième alinéa, les mots : « aux ministres chargés de l’économie et de l’énergie » et, au troisième alinéa, les mots : « les ministres chargés de l’économie et de l’énergie » ;
d) Aux deuxième et quatrième alinéas du VI de l’article 7, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
e) Au premier alinéa de l’article 7-1, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
f) Au deuxième alinéa du I de l’article 8, les mots : « après avis de l’Autorité de la concurrence » ;
g) Au II de l’article 8, les mots : « à leur siège social » ;
h) A l’article 10, au premier alinéa, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » et le troisième alinéa ;
i) Le I de l’article 18 ;
j) Au troisième alinéa de l’article 21, les mots : « le ministre chargé de l’énergie et la Commission de régulation de l’énergie » ;
k) Au troisième alinéa de l’article 21, au premier alinéa du II de l’article 22, au premier alinéa de l’article 25-1, aux premier et deuxième alinéas de l’article 30-2, aux deuxième alinéa du II et premier alinéa du III de l’article 30-3, au 2° de l’article 30-4 et au premier alinéa du II de l’article 31, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » en chacune de leurs occurrences ;
l) A l’article 23, au premier alinéa, les mots : « le représentant de l’Etat dans le département » et, au deuxième alinéa, les mots : « le représentant de l’Etat » ;
m) L’avant-dernière phrase du second alinéa du I de l’article 30-2 ;
8° Dans la loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières :
a) Aux troisième et quatrième alinéas de l’article 7, les mots : « le ministre chargé de l’énergie » ;
b) Au quatrième alinéa du I de l’article 15, les mots : « de la Commission de régulation de l’énergie » et la phrase : « Passé un délai de quinze jours à compter de sa saisine, l’avis de la Commission de régulation de l’énergie est réputé donné. » ;
c) Au second alinéa de l’article 15-1, les mots : « par décret » ;
9° Dans la loi de programme n° 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique :
a) Le II de l’article 10 ;
b) La deuxième phrase du 1° de l’article 14 ;
c) Au huitième alinéa du V bis de l’article 14, les deuxième et troisième phrases ;
d) L’article 50 ;
e) Aux premiers alinéas des articles 90 et 93, les mots : « Le ministre chargé de l’énergie ».

La procédure de première certification, prévue à l’article L. 111-3 du code de l’énergie, doit être achevée au plus tard le 3 mars 2012, conformément aux paragraphes 2 des articles 3 des règlements (CE) n° 714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 sur les conditions d’accès au réseau pour les échanges transfrontaliers d’électricité et (CE) n° 715/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 concernant les conditions d’accès aux réseaux de transport de gaz naturel. La Commission de régulation de l’énergie ouvre la procédure dès la publication de la présente ordonnance.

Les dispositions du premier alinéa de l’article L. 314-7 du code de l’énergie ne sont pas applicables aux contrats d’achat d’électricité conclus avant le 14 juillet 2010.

I. ― L’obligation imposée aux fournisseurs par les articles L. 335-1 à L. 335-6 du code de l’énergie de contribuer à la sécurité d’approvisionnement en électricité prend effet à l’issue d’un délai de trois ans suivant la publication du décret prévu à l’article L. 335-6.
II. ― Les articles L. 431-1, L. 433-1, L. 433-2, L. 433-12, L. 433-20, L. 632-1 et L. 632-2 du code de l’énergie prennent effet le 1er janvier 2012.
III. ― L’article L. 337-3 du code de l’énergie entre en vigueur à Mayotte le 1er janvier 2013.

Les articles L. 131-1 à L. 131-3 du code de la construction et de l’habitation sont remplacés par les dispositions suivantes :
« Art. L. 131-1.-Les dispositions relatives à la mise en œuvre des installations de chauffage et de climatisation sont énoncées à l’article L. 241-1 du code de l’énergie.
« Art. L. 131-2.-Les dispositions relatives aux stipulations contractuelles relatives à l’exploitation des installations de chauffage et de climatisation sont énoncées à l’article L. 241-2 du code de l’énergie.
« Art. L. 131-3.-Les dispositions relatives aux immeubles collectifs pourvus d’un chauffage commun sont énoncées à l’article L. 241-9 du code de l’énergie. »

L’article L. 214-5 du code de l’environnementest remplacé par les dispositions suivantes :
« Art. L. 214-5.-Les dispositions relatives aux règlements d’eau des entreprises hydroélectriques concédées sont énoncées à l’article L. 521-2 du code de l’énergie. »

I. ― L’abrogation des articles 10, 12, 18 et 21 de la loi du 15 juin 1906 sur les distributions d’énergie prend effet, en tant qu’ils concernent les autorisations ou les ouvrages de transport de gaz naturel, le 1er janvier 2012.
II. ― L’abrogation de l’article 11 de la loi n° 58-336 du 29 mars 1958 de finances pour 1958 (2e partie ― Moyens des services et dispositions spéciales) (Dispositions relatives aux investissements) prend effet le 1er janvier 2012.
III. ― L’abrogation du II de l’article 22, des articles 23, 24, 25 et 31 et du I de l’article 32 de la loi n° 2003-8 du 3 janvier 2003 relative aux marchés du gaz et de l’électricité et au service public de l’énergie prend effet, en tant qu’ils concernent les canalisations de gaz et les autorisations de transport de gaz naturel, le 1er janvier 2012.
IV. ― L’abrogation de l’article 93 de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique prend effet, en tant qu’il concerne le transport de gaz, le 1er janvier 2012.
V. ― L’abrogation des dispositions des troisième à cinquième alinéas de l’article 76 de la loi du 13 juillet 2005 susmentionnée prend effet le 1er janvier 2014.

I. ― L’interdiction de détention d’intérêts et de distribution d’avantages financiers faite à la totalité des personnels des sociétés gestionnaires de réseaux de transport à l’article L. 111-33 du code de l’énergie ne s’applique pas aux droits que les salariés et les mandataires sociaux des sociétés gestionnaires de réseaux de transport qui ne sont ni dirigeants ni membres de la minorité des conseils d’administration ou de surveillance tiennent des plans de distribution d’actions gratuites, des plans de distribution d’options sur titres (ou « stock-options »), des accords de participation ou d’intéressement ou de tout autre dispositif leur conférant un intérêt dans les autres sociétés de l’entreprise verticalement intégrée définie à l’article L. 111-10 du même code qui sont en cours, à la date de l’entrée en vigueur de la présente ordonnance, ou qui ont, à cette même date, été approuvés par l’assemblée générale de la société gestionnaire de réseau ou de l’entreprise verticalement intégrée ou par le comité central d’entreprise de cette dernière, jusqu’au terme prévu par ces plans ou accords.
Des avenants aux accords collectifs de participation conclus en application des articles L. 3322-2 et suivants du code du travail ou aux accords collectifs d’intéressement conclus en application des articles L. 3312-2 et suivants du même code ou aux accords mettant en place l’un des plans d’épargne salariale prévus au titre III du livre III de la troisième partie de ce code déterminent, au plus tard avant le 1er janvier 2012, les modalités permettant une mise en conformité de la situation des salariés de la société gestionnaire de réseau de transport avec les interdictions édictées à l’article L. 111-33 de la partie législative du code de l’énergie.
II. ― Pour les dirigeants mentionnés au 4° de l’article L. 111-30 de la partie législative du code de l’énergie et les membres des conseils d’administration ou de surveillance mentionnés au 3° de l’article L. 111-26 du même code qui bénéficient, à la date d’entrée en vigueur de la présente ordonnance, d’options sur titres ou d’actions gratuites, qui leur ont été attribuées en vertu d’un accord collectif d’entreprise, une délibération du conseil d’administration ou du conseil de surveillance portant sur le régime d’attribution de ces options et de ces actions gratuites détermine les modalités selon lesquelles est mise en œuvre la liquidation des titres et des actions mentionnés aux articles L. 3332-18 et suivants du code du travail. Cette délibération est soumise à une assemblée générale qui se réunit au plus tard le 31 décembre 2011.
Ceux qui bénéficient, à la date d’entrée en vigueur de la présente ordonnance, d’actions qui leur ont été attribuées à titre individuel, et qui ne sont ni définitivement acquises, ni cessibles en vertu des dispositions des articles L. 225-197-1 et suivants du code de commerce ou d’options de souscription d’actions non exerçables en vertu des dispositions des articles L. 225-177 et suivants du même code déclarent, au plus tard six mois après l’entrée en vigueur de la présente ordonnance, à la Commission de régulation de l’énergie les mesures qu’ils ont prises à titre individuel pour se mettre en conformité avec cette interdiction et ne plus être intéressés aux résultats des autres sociétés de l’entreprise verticalement intégrée.

La présente ordonnance entre en vigueur le premier jour du premier mois suivant la date de sa publication.

Le Premier ministre, la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et le ministre auprès de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, sont responsables, chacun en ce qui le concerne, de l’application de la présente ordonnance, qui sera publiée au Journal officiel de la République française.

  • Annexe

    A N N E X E

    • LIVRE IER : L’ORGANISATION GENERALE DU SECTEUR DE L’ENERGIE
      • TITRE PRELIMINAIRE LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ENERGETIQUE

        La politique énergétique garantit l’indépendance stratégique de la nation et favorise sa compétitivité économique. Cette politique vise à :
        ― assurer la sécurité d’approvisionnement ;
        ― maintenir un prix de l’énergie compétitif ;
        ― préserver la santé humaine et l’environnement, en particulier en luttant contre l’aggravation de l’effet de serre ;
        ― garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant l’accès de tous à l’énergie.

        Pour atteindre les objectifs définis à l’article L. 100-1, l’Etat, en cohérence avec les collectivités territoriales, veille, en particulier, à :
        ― maîtriser la demande d’énergie et favoriser l’efficacité ainsi que la sobriété énergétiques ;
        ― diversifier les sources d’approvisionnement énergétique, réduire le recours aux énergies fossiles et augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale ;
        ― développer la recherche dans le domaine de l’énergie ;
        ― assurer des moyens de transport et de stockage de l’énergie adaptés aux besoins.

        Pour contribuer aux objectifs définis à l’article L. 100-1, la fiscalité des énergies tient compte de l’incidence de leur utilisation sur la compétitivité de l’économie, la santé publique, l’environnement ainsi que la sécurité d’approvisionnement et vise, au regard de ces objectifs, à un traitement équilibré des différents types d’énergie. Elle tient compte, par ailleurs, de la nécessité de rendre les énergies renouvelables compétitives, afin de favoriser leur développement.

        Les objectifs assignés à la politique énergétique nationale et leurs échéances figurent aux sixième à quinzième alinéas de l’article 2 et aux articles 3 à 13 de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique, ainsi qu’au chapitre IV du titre Ier de la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement.

      • TITRE IER : LES PRINCIPES REGISSANT LES SECTEURS DE L’ENERGIE
        • CHAPITRE IER : LES SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
          • SECTION 1 : DISTINCTION DES ACTIVITES

            Les secteurs de l’électricité et du gaz distinguent, notamment, quatre activités obéissant à des règles d’organisation et soumises à des obligations différentes. Les activités d’exploitation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ainsi que d’exploitation des réseaux de transport et des réseaux publics de distribution de gaz naturel sont régulées conformément aux dispositions du présent livre. Les activités de production et de vente aux consommateurs finals ou fourniture s’exercent au sein de marchés concurrentiels sous réserve des obligations de service public énoncées au présent livre et des dispositions des livres III et IV.

          • SECTION 2 : ORGANISATION DES ENTREPRISES DE TRANSPORT
            • SOUS SECTION 1 : REGLES COMMUNES AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ET AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT DE GAZ
              • PARAGRAPHE 1 : DESIGNATION DES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT

                Les sociétés gestionnaires des réseaux de transport d’électricité et les sociétés gestionnaires des réseaux de transport de gaz agréées sont désignées par l’autorité administrative, sans préjudice de la nécessité d’obtenir, respectivement, le titre de concession ou l’autorisation requis pour exercer leurs activités.
                La liste des sociétés désignées comme gestionnaires des réseaux de transport est communiquée à la Commission européenne et publiée au Journal officiel de l’Union européenne.

                Seule une société dont la Commission de régulation de l’énergie a préalablement certifié qu’elle respectait les obligations découlant des règles d’indépendance énoncées à la présente sous-section peut être agréée en tant que gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz.
                L’octroi de la certification peut être assorti de l’obligation faite à la société gestionnaire de réseau de transport de prendre, dans un délai fixé, diverses mesures organisationnelles destinées à garantir son indépendance.
                La procédure de délivrance ainsi que la procédure de retrait de la certification sont précisées par décret en Conseil d’Etat. La composition du dossier de demande est fixée par une délibération de la Commission de régulation de l’énergie.

                I. ― La certification prévue à l’article L. 111-3 est valable sans limitation de durée, sous les réserves suivantes :
                1° La société désignée comme gestionnaire d’un réseau de transport est tenue de notifier à la Commission de régulation de l’énergie tout élément susceptible de justifier un nouvel examen de sa certification ;
                2° La Commission de régulation de l’énergie peut, de sa propre initiative ou à la demande motivée de la Commission européenne, procéder à un nouvel examen de la situation d’une société désignée comme gestionnaire d’un réseau de transport lorsqu’elle estime que des événements affectant son organisation ou celle de ses actionnaires sont susceptibles de porter significativement atteinte aux obligations d’indépendance mentionnées à l’article L. 111-3.
                II. ― Les conditions d’application du présent article, notamment la procédure de réexamen, sont fixées par décret en Conseil d’Etat.

                Le fait pour une société désignée comme gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz de passer sous le contrôle d’une ou de personnes ressortissantes ou résidentes d’un pays tiers à l’Espace économique européen entraîne sa soumission à une nouvelle procédure de certification.
                Toute société gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz est tenue d’aviser la Commission de régulation de l’énergie et l’autorité administrative de ce qu’elle est susceptible de passer sous le contrôle de personnes mentionnées au premier alinéa.
                L’autorité administrative peut s’opposer à l’octroi de la certification si elle estime que la prise de contrôle de la société gestionnaire du réseau de transport est susceptible de porter atteinte à la sécurité d’approvisionnement énergétique nationale ou à celle d’un autre Etat membre de l’Union européenne.
                Les dispositions d’application du présent article, en particulier l’obligation d’information prévue au deuxième alinéa, les conditions et les délais selon lesquels est prise par la Commission de régulation de l’énergie la décision d’octroyer ou de refuser la certification ainsi que les modalités de l’opposition mentionnée au troisième alinéa sont fixées par décret en Conseil d’Etat.

                La procédure prévue à l’article L. 111-5 est applicable en cas de création en France d’une société gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz par une ou des personnes ressortissantes ou résidentes d’un pays tiers à l’Espace économique européen.
                Les dispositions d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’Etat.

              • PARAGRAPHE 2 : PRINCIPE DE LA SEPARATION ENTRE LES ACTIVITES DE TRANSPORT ET LES ACTIVITES DE PRODUCTION OU DE FOURNITURE

                La gestion d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz est assurée par des personnes morales distinctes de celles qui exercent des activités de production ou de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz.

              • PARAGRAPHE 3 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT CREEES APRES LE 3 SEPTEMBRE 2009

                I. ― Toute société gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité ou de gaz créée après le 3 septembre 2009 est soumise aux règles suivantes :
                1° Elle ne peut être contrôlée, directement ou indirectement, au sens des articles l’article L. 233-3 et du III de l’article L. 430-1du code de commerce, par une ou des sociétés exerçant des activités de production ou de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz ;
                2° Les membres de son conseil d’administration ou de son conseil de surveillance ne peuvent être désignés par une société exerçant une activité de production ou une activité de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz ;
                3° Les membres de son conseil d’administration ou de son conseil de surveillance ne peuvent être également membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance d’une société qui exerce une activité de production ou de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz.
                II. ― Les dispositions du I ne s’opposent pas à ce que des sociétés ayant une activité de production ou de fourniture détiennent dans une société gestionnaire d’un réseau de transport des participations minoritaires, dans la mesure où ces participations ne confèrent pas, individuellement ou conjointement, à leurs détenteurs le contrôle de la société gestionnaire du réseau de transport au sens de l’article L. 233-3 et du III de l’article L. 430-1 du code de commerce.

              • PARAGRAPHE 4 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT APPARTENANT, AU 3 SEPTEMBRE 2009, A UNE ENTREPRISE VERTICALEMENT INTEGREE

                Les sociétés gestionnaires de réseaux de transport qui faisaient partie, au 3 septembre 2009, d’une entreprise d’électricité ou de gaz verticalement intégrée au sens de l’article L. 111-10 et qui sont désignées comme société gestionnaire de réseaux de transport conformément à la procédure prévue aux articles L. 111-2 à L. 111-5 sont soumises à l’ensemble des règles d’organisation énoncées aux articles L. 111-11 et L. 111-13 à L. 111-39, sous réserve des dispositions de l’article L. 111-12.

                Lorsqu’une société gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité est contrôlée, directement ou indirectement, au sens de l’article L. 233-3 et du III de l’article L. 430-1 du code de commerce, par une société ou des sociétés qui contrôlent, directement ou indirectement, au sens des mêmes articles du code de commerce, au sein de l’Espace économique européen, à la fois une société gestionnaire d’un réseau de transport d’électricité et une société exerçant une activité de production ou une activité de fourniture d’électricité, l’ensemble de ces sociétés est regardée, pour l’application du présent code, comme constituant une entreprise verticalement intégrée d’électricité.
                Lorsqu’une société gestionnaire d’un réseau de transport de gaz est contrôlée, directement ou indirectement, au sens de l’article L. 233-3 et du III de l’article L. 430-1 du code de commerce, par une société ou des sociétés qui contrôlent, directement ou indirectement, au sens des mêmes articles du code de commerce, au sein de l’Espace économique européen, à la fois une société gestionnaire d’un réseau de transport de gaz et une société exerçant une activité de production ou une activité de fourniture de gaz, l’ensemble de ces sociétés est regardée, pour l’application du présent code, comme constituant une entreprise verticalement intégrée de gaz.

                Les sociétés mentionnées à l’article L. 111-9 :
                1° Doivent agir en toute indépendance vis-à-vis des intérêts des autres parties de l’entreprise verticalement intégrée exerçant une activité de production ou de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz ;
                2° Ne peuvent détenir de participation directe ou indirecte dans une filiale de l’entreprise verticalement intégrée exerçant une activité de production ou de fourniture, selon le cas, d’électricité ou de gaz ;
                3° Ne peuvent avoir une part de leur capital détenu directement ou indirectement par une autre filiale de l’entreprise verticalement intégrée exerçant une activité de production ou de fourniture ;
                4° Exploitent, entretiennent et développent le réseau de transport dont elles sont gestionnaires de manière indépendante au regard des intérêts des activités de production ou de fourniture de l’entreprise verticalement intégrée définie au premier ou au second alinéa de l’article L. 111-10.

                Lorsqu’une des sociétés gestionnaires de réseaux de transport mentionnées à l’article L. 111-9, à la suite d’une évolution de son capital, ne fait plus partie d’une entreprise verticalement intégrée au sens du premier ou du second alinéa de l’article L. 111-10, elle est alors soumise aux règles fixées à l’article L. 111-8.

                Il incombe au conseil d’administration ou au conseil de surveillance d’une société gestionnaire d’un réseau de transport de prendre les décisions pouvant avoir des répercussions importantes sur la valeur des actifs des actionnaires, notamment, celles relatives à l’approbation de ses plans financiers annuels et pluriannuels, à son niveau d’endettement et au montant des dividendes distribués aux actionnaires. En revanche, ne peuvent relever des attributions de son conseil d’administration ou de son conseil de surveillance, outre les décisions relatives aux activités courantes, celles qui ont trait à la gestion du réseau et aux activités nécessaires à l’élaboration et à la mise en œuvre du plan ou du schéma décennal de développement du réseau.
                Les statuts et, le cas échéant, le règlement intérieur du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société gestionnaire d’un réseau de transport sont modifiés pour être mis en conformité avec les dispositions du présent article.

                Les statuts de la société gestionnaire d’un réseau de transport prévoient que les décisions de son conseil d’administration ou de son conseil de surveillance relatives au budget, à la politique de financement et à la création de tout groupement d’intérêt économique, société ou autre entité juridique concourant à la réalisation de son objet social ou à son extension au-delà du transport de gaz ou d’électricité ne peuvent être adoptées sans le vote favorable de la majorité des membres nommés par l’assemblée générale. Il en va de même, au-delà d’un seuil fixé par ses statuts, pour les décisions relatives aux achats et aux ventes d’actifs ainsi qu’à la constitution de sûretés ou de garanties de toute nature.

                Les comptes sociaux de la société gestionnaire d’un réseau de transport sont certifiés par un commissaire aux comptes qui ne certifie ni les comptes d’une autre partie de l’entreprise verticalement intégrée ni les comptes consolidés de cette dernière.

                Aucune autre société composant l’entreprise verticalement intégrée définie à l’article L. 111-10 ne peut avoir accès aux activités de traitement automatisé d’informations relatives à l’exploitation, au développement et à la maintenance du réseau de transport effectuées par la société gestionnaire d’un réseau de transport, ainsi qu’aux moyens nécessaires à l’exercice de ces activités. A cette fin, les systèmes informatiques de la société gestionnaire de réseau de transport sont strictement séparés de ceux utilisés par les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée de sorte que l’accès à ses bases de données soit impossible à tout employé ou prestataire de celles-ci.
                Lorsque des contrats sont passés en vue d’intervenir sur les systèmes de traitement automatisé des informations de la société gestionnaire d’un réseau de transport avec des entreprises qui effectuent également des prestations de même nature pour le compte de sociétés faisant partie de l’entreprise verticalement intégrée, la société gestionnaire du réseau de transport s’assure que les entreprises intervenantes prennent l’engagement de respecter les obligations de confidentialité nécessaires. Dans ce cas, elle notifie ces contrats à la Commission de régulation de l’énergie.

                La société gestionnaire d’un réseau de transport soumet à l’approbation de la Commission de régulation de l’énergie tous les accords commerciaux et financiers qu’elle conclut avec l’entreprise verticalement intégrée dont elle fait partie ou avec les autres sociétés contrôlées par celle-ci, y compris les prêts qu’elle consent à l’entreprise verticalement intégrée. Ces accords doivent être conformes aux conditions du marché. Leur mise en œuvre peut être auditée, à sa demande, par la Commission de régulation de l’énergie.
                Pour l’application du présent article, sont regardées comme des accords commerciaux et financiers les prestations de services relevant de l’exception mentionnée au premier alinéa de l’article L. 111-18, en vue d’assurer, respectivement, l’ajustement ou l’équilibrage du système électrique ou gazier ainsi que sa sécurité et sa sûreté.

                Est interdite toute prestation de services de la part de sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée au profit de la société gestionnaire d’un réseau de transport, à l’exception des prestations de services exécutées dans le cadre des moyens strictement nécessaires à l’activité du gestionnaire de réseau de transport en vue d’assurer, respectivement, l’ajustement ou l’équilibrage du système électrique ou gazier ainsi que sa sécurité et sa sûreté, dès lors qu’elles respectent les conditions de neutralité prévues au second alinéa.
                La société gestionnaire de réseau de transport ne peut fournir une prestation de services à l’entreprise verticalement intégrée que pour autant que ces services ne donnent lieu à aucune discrimination entre les utilisateurs du réseau, que la prestation est accessible à tous les utilisateurs du réseau dans les mêmes conditions et qu’elle ne restreint, ne fausse ni n’empêche la concurrence en matière de production ou de fourniture. La prestation de ces services est effectuée selon des conditions approuvées par une délibération de la Commission de régulation de l’énergie publiée au Journal officiel de la République française.

                Les sociétés gestionnaires de réseaux mentionnées à l’article L. 111-9 sont propriétaires des actifs nécessaires à l’exercice de leur activité de transport. Elles disposent, pour cela, de toutes les ressources humaines, techniques, matérielles et financières requises. Elles emploient elles-mêmes le personnel nécessaire à l’accomplissement de leurs missions et à leur gestion quotidienne, y compris les services juridiques, les services de comptabilité et ceux chargés des technologies de l’information.
                Toute mise à disposition de personnel de la part ou en faveur de l’entreprise verticalement intégrée est interdite.

                Les personnes salariées par la société gestionnaire d’un réseau de transport ne peuvent exercer d’activités, ni avoir de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée.

                La société gestionnaire d’un réseau de transport et l’entreprise verticalement intégrée dont elle fait partie s’abstiennent de toute confusion entre leur identité sociale, leurs pratiques de communication, leur stratégie de marque et leurs locaux. A cet effet, la société gestionnaire d’un réseau de transport est propriétaire de la ou des marques qui l’identifient comme gestionnaire de réseau de transport. Elle seule en gère l’utilisation.

                Les sociétés gestionnaires des réseaux de transport d’électricité ou de gaz mentionnées à l’article L. 111-9 réunissent, dans un code de bonne conduite approuvé par la Commission de régulation de l’énergie, les mesures d’organisation interne prises pour prévenir les risques de pratique discriminatoire en matière d’accès des tiers au réseau.

                La Commission de régulation de l’énergie veille au respect des règles fixées par les codes de bonne conduite mentionnés à l’article L. 111-22 et évalue l’indépendance des sociétés gestionnaires de réseaux de transport dans les conditions prévues à l’article L. 134-15.

                Par dérogation au titre II du livre II du code de commerce, l’exercice du mandat de membre du conseil d’administration ou du conseil de surveillance des sociétés gestionnaires de réseaux de transport mentionnées à l’article L. 111-9 est régi par les règles fixées aux articles L. 111-25 à L. 111-28 et l’exercice des fonctions de dirigeant est régi par les règles fixées aux articles L. 111-29 à L. 111-32.

                Pour la moitié moins un, dénommée aux articles L. 111-26 à L. 111-28 la « minorité », des membres composant son conseil d’administration ou son conseil de surveillance, l’autorité investie du pouvoir de nomination au sein de la société gestionnaire d’un réseau de transport notifie à la Commission de régulation de l’énergie, préalablement à leur nomination ou à la reconduction de leur mandat, l’identité des personnes et les conditions régissant leurs mandats, y compris leur durée et les conditions de leur cessation.
                Si la Commission de régulation de l’énergie estime que les conditions régissant l’exercice du mandat ne répondent pas aux exigences fixées à l’article L. 111-26, elle peut s’opposer à la nomination ou à la reconduction, dans un délai et des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
                L’autorité investie du pouvoir de nomination au sein de la société gestionnaire d’un réseau de transport détermine la liste des mandats auxquels s’appliquent la procédure prévue au présent article ainsi que les règles fixées à l’article L. 111-26 et la notifie à la Commission de régulation de l’énergie.

                L’exercice des mandats des membres des conseils d’administration ou de surveillance de la société gestionnaire d’un réseau de transport est soumis aux règles suivantes :
                1° Les personnes appartenant à la minorité des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance ne peuvent avoir exercé, préalablement à leur désignation, d’activités ou de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10, ni avoir détenu d’intérêt dans ces sociétés, ni avoir exercé de responsabilités dans une société dont l’essentiel des relations contractuelles s’effectue avec ces sociétés, pendant une période de trois ans avant leur désignation ;
                2° Pendant la durée de leur mandat, les personnes appartenant à la minorité des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance ne peuvent avoir d’activités ou de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10 ;
                3° Les personnes appartenant à la minorité des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance sont soumises aux règles fixées par l’article L. 111-33.

                Après la cessation de leur mandat, les personnes appartenant à la minorité des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société gestionnaire d’un réseau de transport ne peuvent exercer d’activités, ni avoir de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10, ni détenir d’intérêt dans ces sociétés, ni exercer de responsabilités dans une société dont l’essentiel des relations contractuelles s’effectue avec ces sociétés, pendant une période de quatre ans.

                Préalablement à la révocation du mandat de tout membre du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société gestionnaire d’un réseau de transport, l’autorité investie au sein de cette société du pouvoir de révocation notifie à la Commission de régulation de l’énergie les motifs de sa décision. Si elle estime que cette révocation est en réalité motivée par l’indépendance manifestée par la personne concernée vis-à-vis des intérêts des autres sociétés de l’entreprise verticalement intégrée, la Commission de régulation de l’énergie peut s’y opposer dans un délai et des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
                Sans préjudice de la possibilité de saisine directe des juridictions compétentes, la révocation du mandat d’une des personnes composant la minorité des membres du conseil d’administration ou du conseil de surveillance peut faire l’objet d’un recours auprès de la Commission de régulation de l’énergie.

                Préalablement à toute décision concernant leur nomination en tant que membres de sa direction générale ou de son directoire ou la reconduction de leur mandat, le conseil d’administration ou le conseil de surveillance de la société gestionnaire d’un réseau de transport notifie à la Commission de régulation de l’énergie l’identité des personnes et la nature des fonctions concernées ainsi que les conditions, notamment financières et de durée, régissant leur mandat.
                Préalablement à toute décision de révocation de ces mêmes personnes, le conseil d’administration ou le conseil de surveillance lui notifie les motifs de sa décision.
                Si la Commission de régulation de l’énergie estime que la personne pressentie ne remplit pas les conditions fixées à l’article L. 111-30 pour être nommée ou voir son mandat reconduit ou si, en cas de révocation, elle estime que cette révocation est en réalité motivée par l’indépendance manifestée par la personne concernée vis-à-vis des intérêts des autres sociétés de l’entreprise verticalement intégrée, elle peut s’y opposer dans un délai et des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

                I. ― L’exercice des fonctions de dirigeants de la société gestionnaire d’un réseau de transport est soumis aux règles suivantes :
                1° La majorité des dirigeants ne peuvent, préalablement à leur nomination, avoir exercé d’activité ou de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10, ni avoir détenu d’intérêt dans ces sociétés, ni avoir exercé de responsabilités dans une société dont l’essentiel des relations contractuelles s’effectue avec ces sociétés, pendant une période de trois ans avant leur nomination au sein de la société gestionnaire du réseau de transport ;
                2° Les autres dirigeants ne doivent pas, préalablement à leur nomination, avoir exercé de responsabilités dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10 pendant une période de six mois avant leur nomination au sein de la société gestionnaire de réseau de transport ;
                3° Pendant leur mandat, les dirigeants ne peuvent exercer d’activités, ni de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10 ;
                4° Tous les dirigeants sont soumis aux règles fixées par les deuxième et troisième alinéas de l’article L. 111-33.
                II. ― La liste des emplois de dirigeants ainsi que celle des emplois de la majorité mentionnée au 1° du I sont approuvées par la Commission de régulation de l’énergie dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
                Pour déterminer le nombre de dirigeants concernés par les règles fixées au I, sont pris en compte, outre les responsables de la direction générale ou les membres du directoire, les dirigeants qui leur sont hiérarchiquement directement rattachés et qui exercent leurs fonctions dans les domaines de la gestion, de la maintenance et du développement du réseau.

                A l’issue de leur mandat, aucun dirigeant de la société gestionnaire d’un réseau de transport ne peut exercer d’activités, ni avoir de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10, ni détenir d’intérêt dans ces sociétés, ni exercer de responsabilités dans une société dont l’essentiel des relations contractuelles s’effectue avec ces sociétés, pendant une période de quatre ans.

                Sans préjudice de la possibilité de saisine directe des juridictions compétentes, la révocation d’un dirigeant de la société gestionnaire d’un réseau de transport peut faire l’objet d’un recours auprès de la Commission de régulation de l’énergie.

                La rémunération des dirigeants et des salariés de la société gestionnaire du réseau de transport ne peut être déterminée que par des indicateurs, notamment de résultats, propres à cette dernière.
                Les dirigeants et les autres salariés de la société gestionnaire du réseau de transport ne peuvent posséder aucun intérêt dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée d’électricité ou de gaz définie à l’article L. 111-10, ni recevoir directement ou indirectement aucun avantage financier de la part de ces sociétés.
                Ils peuvent détenir des actions de la société gestionnaire du réseau de transport et bénéficier de prestations à destination de l’ensemble des sociétés de l’entreprise verticalement intégrée et gérées au niveau du groupe dans les domaines de la couverture des risques de santé, d’invalidité, d’incapacité ou de décès, des régimes collectifs de retraite, ainsi que de prestations dans les domaines sociaux ou culturels.

                Chaque société gestionnaire d’un réseau de transport est dotée d’un responsable chargé de veiller, sous réserve des compétences attribuées en propre à la Commission de régulation de l’énergie, à la conformité de ses pratiques avec les obligations d’indépendance auxquelles elle est soumise vis-à-vis des autres sociétés appartenant à l’entreprise verticalement intégrée.
                Ce responsable est notamment chargé de vérifier l’application par la société gestionnaire du réseau de transport des engagements figurant dans le code de bonne conduite prévu à l’article L. 111-22.
                Il établit un rapport annuel sur la mise en œuvre de ce code, qu’il transmet à la Commission de régulation de l’énergie.
                Il vérifie la bonne exécution du plan ou du schéma décennal de développement du réseau de transport de gaz ou d’électricité. Il avise, sans délai, la Commission de régulation de l’énergie de tout projet de décision reportant ou supprimant la réalisation d’un investissement prévu dans le plan ou le schéma décennal de développement du réseau et de toute question portant sur l’indépendance de la société gestionnaire du réseau de transport.

                Le responsable de la conformité a accès aux assemblées générales, aux réunions du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société gestionnaire du réseau de transport, aux réunions des comités spécialisés, ainsi qu’à toutes les réunions utiles à l’accomplissement de ses missions.
                Dans l’exercice de ses missions, il a tous pouvoirs d’investigation sur pièces et sur place.
                La société gestionnaire du réseau de transport est tenue de lui communiquer toutes les informations nécessaires à l’exécution de sa mission ou relatives au plan ou au schéma de développement décennal du réseau, y compris celles qui concernent les filiales incluses dans son périmètre de consolidation établies en France, sans que puissent lui être opposées les dispositions de la section 5 du présent chapitre. Il demande, le cas échéant, tous les éléments d’information complémentaires.
                Sous réserve des informations qu’il doit transmettre à la Commission de régulation de l’énergie, il est tenu à une obligation de discrétion professionnelle quant aux informations commercialement sensibles qu’il recueille dans le cadre de ses fonctions. En cas de violation de cette obligation, il est passible des sanctions prévues à la section 5 du présent chapitre.

                Le responsable de la conformité peut être soit un salarié de la société gestionnaire du réseau de transport, soit une personne physique extérieure à cette société, soit une personne morale.
                1° S’il est une personne physique, il est nommé, sur proposition du directeur général ou du président du directoire, par le conseil d’administration ou le conseil de surveillance de la société gestionnaire du réseau de transport, après approbation de la Commission de régulation de l’énergie qui vérifie l’aptitude professionnelle et l’indépendance de l’intéressé.
                Il bénéficie d’un contrat de travail dérogatoire, notamment en ce qui concerne le rapport de subordination vis-à-vis de son employeur. Ce contrat est approuvé par la Commission de régulation de l’énergie.
                Lorsque le responsable de la conformité est déjà un salarié de la société gestionnaire du réseau de transport, son contrat et ses conditions de travail sont adaptés afin de lui permettre d’exécuter l’ensemble de ses missions.
                2° S’il est une personne morale, il est désigné, sur proposition du directeur général ou du président du directoire, par le conseil d’administration ou le conseil de surveillance de la société gestionnaire du réseau de transport.
                Le contrat liant la personne morale et la société gestionnaire du réseau de transport est approuvé par la Commission de régulation de l’énergie qui vérifie l’indépendance de cette personne morale vis-à-vis des autres parties de l’entreprise verticalement intégrée ainsi que l’aptitude professionnelle de ses employés.

                Le contrat de travail du responsable de la conformité, personne physique, ou le contrat liant la personne morale et la société gestionnaire du réseau de transport ne peut être dénoncé par la société gestionnaire du réseau de transport sans l’approbation préalable et motivée de la Commission de régulation de l’énergie donnée dans un délai et des conditions fixés par voie réglementaire.
                Le conseil d’administration ou de surveillance de la société gestionnaire du réseau de transport met immédiatement fin aux fonctions du responsable de la conformité, à la demande de la Commission de régulation de l’énergie, lorsque cette demande est justifiée par un manque d’indépendance ou d’aptitude professionnelle de celui-ci.

                Pendant la durée de son mandat, le responsable de la conformité, s’il est une personne physique, ne peut ni exercer d’emploi, ni avoir de responsabilités professionnelles, ni détenir directement ou indirectement d’intérêt dans les sociétés ayant au sein de l’entreprise verticalement intégrée une activité de production ou de fourniture. S’il est une personne morale, il ne peut entretenir aucune relation commerciale avec les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée.
                Préalablement à sa nomination, s’il est une personne physique, il ne peut avoir exercé d’emploi, ni avoir eu de responsabilités professionnelles dans les autres sociétés composant l’entreprise verticalement intégrée pendant une période de trois ans et ne peut exercer de telles activités pendant une période de quatre ans après la cessation de son mandat.

              • PARAGRAPHE 5 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX DE TRANSPORT TRANSFRONTALIERS

                La société gestionnaire du réseau de transport d’électricité ou gaz peut constituer, avec une ou plusieurs sociétés gestionnaires de réseau de transport de l’Espace économique européen, une ou plusieurs sociétés communes pour la gestion d’un réseau de transport régional transfrontalier. L’intégralité du capital de la société commune est détenue par les sociétés gestionnaires de réseau de transport. La société commune est soumise à toutes les obligations qui s’imposent aux sociétés gestionnaires de réseau de transport en application de la présente sous-section.

            • SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS PROPRES A L’ENTREPRISE DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ISSUE DE LA SEPARATION JURIDIQUE PREVUE A L’ARTICLE L. 111 7

              Sans préjudice de la procédure d’agrément et de désignation prévue aux articles L. 111-2 à L. 111-5, la société gestionnaire du réseau public de transport d’électricité défini à l’article L. 321-4 est la société issue de la séparation juridique entre les activités de transport et les activités de production et de fourniture de l’entreprise dénommée « Electricité de France ».

              Conformément à l’article L. 111-19, cette société a, en application des articles 9 et 10 de la loi n° 2004-803 du 9 août 2004relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières, la propriété de l’ensemble des actifs dont le service public national devenu l’entreprise Electricité de France était propriétaire, en vertu de l’article 4 de la loi n° 97-1026 du 10 novembre 1997 portant mesures urgentes à caractère fiscal et financier, ainsi que des droits, autorisations ou obligations détenus par cette dernière et de l’ensemble des autres actifs nécessaires l’exercice de son activité de gestionnaire de réseau de transport.

              Le capital de la société mentionnée à l’article L. 111-40 est détenu en totalité par Electricité de France, l’Etat ou d’autres entreprises ou organismes appartenant au secteur public.

              La société mentionnée à l’article L. 111-40 est régie par les lois applicables aux sociétés anonymes, sous réserve des dispositions de la sous-section 1 du présent chapitre et de la présente sous-section.
              Elle est soumise à la loi n° 83-675 du 26 juillet 1983 relative à la démocratisation du secteur public.
              Pour l’application de l’article 6 de la loi mentionnée à l’alinéa précédent, le conseil d’administration ou de surveillance de la société comporte des représentants des salariés et, dans la limite du tiers de ses membres, des représentants de l’Etat nommés par décret.

              Sans préjudice des dispositions des articles L. 111-24 et L. 111-29 à L. 111-32, le directeur général ou le président du directoire de la société mentionnée à l’article L. 111-40 est nommé, après approbation de l’autorité administrative, par le conseil d’administration ou le conseil de surveillance.
              Sans préjudice des dispositions des articles L. 111-24 et L. 111-29 à L. 111-32, les directeurs généraux délégués ou les membres du directoire sont nommés par le conseil d’administration ou le conseil de surveillance sur proposition du directeur général ou du président du directoire.

              Les membres de la direction générale ou du directoire de la société mentionnée à l’article L. 111-40 sont seuls habilités à représenter le gestionnaire du réseau public de transport auprès de la Commission de régulation de l’énergie et des tiers pour toutes les questions qui concernent la gestion, la maintenance ou le développement du réseau de transport.
              Ils représentent le réseau de transport français au sein du réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport institué par le règlement (CE) n° 714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 sur les conditions d’accès au réseau pour les échanges transfrontaliers d’électricité et abrogeant le règlement (CE) n° 1228/2003.

              I. ― Sans préjudice de la procédure d’agrément et de désignation prévue aux articles L. 111-2 à L. 111-5, la société mentionnée à l’article L. 111-40 peut également être habilitée, par ses statuts, à exercer les activités et les missions suivantes :
              1° La gestion directe, en France, d’autres réseaux d’électricité ;
              2° La gestion indirecte, par des participations ou des filiales, en France ou dans les Etats membres de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen, de réseaux d’électricité ou de gaz ;
              3° La gestion de sociétés en liaison avec des bourses d’échanges d’électricité en vue de faciliter la réalisation du marché intérieur de l’électricité ;
              4° La participation à l’identification et à l’analyse d’actions permettant de maîtriser la demande d’électricité, dès lors que ces actions sont de nature à favoriser l’équilibre des flux d’électricité sur le réseau public de transport et une gestion efficace de ce dernier.
              II. ― Les réseaux mentionnés au I peuvent, en outre, faire l’objet d’activités de valorisation par l’intermédiaire de filiales ou de participations. Ces activités de valorisation doivent rester accessoires par rapport à l’activité de gestion de réseaux et ne peuvent en recevoir de concours financiers.

            • SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS PROPRES AUX ENTREPRISES DE TRANSPORT DE GAZ

              I. ― Sans préjudice de l’accomplissement de la procédure d’agrément et de désignation prévue aux articles L. 111-2 à L. 111-5, les entreprises gestionnaires de réseau de transport de gaz peuvent également exercer les activités suivantes :
              1° Toute activité directe, en France, de construction, d’exploitation d’autres réseaux de gaz ou d’installations de gaz naturel liquéfié ou toute activité de stockage de gaz ;
              2° Toute activité indirecte, par des participations ou des filiales, en France ou dans les Etats membres de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen, de construction, d’exploitation d’un réseau de gaz ou d’installations de gaz naturel liquéfié ou de stockage de gaz, afin notamment de développer des réseaux transfrontaliers, ou toute activité de gestion d’un réseau d’électricité et de valorisation des infrastructures ;
              3° La prise de participations dans des sociétés de bourses d’échange de gaz naturel.
              II. ― Le périmètre des activités de ces entreprises est déterminé par leurs statuts qui sont transmis à la Commission de régulation de l’énergie et à l’autorité administrative.

              Conformément à l’article L. 111-19, les sociétés gestionnaires de réseaux de transport de gaz issues de la séparation juridique réalisée en application de l’article L. 111-7 ont, en application de l’article 12 de la loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières, la propriété de l’ensemble des actifs ainsi que des droits, autorisations ou obligations nécessaires à l’exercice de leur activité de gestionnaire de réseau de transport.
              La société gestionnaire de réseaux de transport de gaz naturel issue de la séparation juridique réalisée en application de l’article L. 111-7 entre les activités de transport et les activités de production et de fourniture de l’entreprise devenue l’entreprise dénommée « GDF-Suez » est régie, sous réserve des dispositions de la sous-section 1 du présent chapitre et de la présente sous-section, par les lois applicables aux sociétés anonymes.

              Le capital de la société mentionnée au second alinéa de l’article L. 111-48 ne peut être détenu que par GDF-Suez, l’Etat ou des entreprises ou organismes du secteur public.

              Les membres de la direction générale ou du directoire des sociétés gestionnaires de réseau de transport de gaz mentionnées à l’article L. 111-48 sont seuls habilités à représenter le gestionnaire du réseau de transport auprès de la Commission de régulation de l’énergie et des tiers pour toutes les questions qui concernent la gestion, la maintenance ou le développement du réseau de transport.
              Ils représentent le réseau de transport français au sein du réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport institué par le règlement (CE) n° 715/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 sur les conditions d’accès aux réseaux de transport de gaz naturel et abrogeant le règlement (CE) n° 1775/2005.

          • SECTION 3 : ORGANISATION DES ENTREPRISES GESTIONNAIRES DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE ET DE GAZ
            • SOUS SECTION 1 : LES GESTIONNAIRES DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION

              Les compétences générales des collectivités territoriales en tant qu’autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité et de gaz et en tant qu’autorités concédantes de l’exploitation des réseaux publics de distribution sont énoncées à l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.

              Les gestionnaires des réseaux publics de distribution d’électricité sont, dans leurs zones de desserte exclusives respectives :
              1° La société gestionnaire des réseaux publics de distribution issue de la séparation entre les activités de gestion de réseau public de distribution et les activités de production ou de fourniture exercées par Electricité de France en application de l’article L. 111-57 ;
              2° Les entreprises locales de distribution définies à l’article L. 111-54 ou les entreprises locales de distribution issues de la séparation entre leurs activités de gestion de réseau public de distribution et leurs activités de production ou de fourniture, en application de l’article L. 111-57 ou de l’article L. 111-58 ;
              3° Le gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité est, dans les zones non interconnectées au réseau métropolitain continental, l’entreprise Electricité de France ainsi que la société mentionnée à l’article L. 151-2.

              I. ― Les gestionnaires des réseaux publics de distribution de gaz sont, dans leurs zones de desserte exclusives respectives :
              1° La société gestionnaire des réseaux publics de distribution issue de la séparation entre les activités de gestion du réseau public de distribution et les activités de production ou de fourniture exercées par l’entreprise GDF-Suez en application de l’article L. 111-57 ;
              2° Les entreprises locales de distribution définies à l’article L. 111-54 ou les entreprises locales de distribution issues de la séparation entre leurs activités de gestion de réseau public de distribution et leurs activités de production ou de fourniture, en application de l’article L. 111-57 ou de l’article L. 111-58.
              II. ― Hors de ces zones de desserte, les gestionnaires des réseaux publics de distribution de gaz sont les distributeurs agréés en vertu du III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.

              Sont des « entreprises locales de distribution » les sociétés d’économie mixte dans lesquelles l’Etat ou les collectivités locales détiennent la majorité du capital, les coopératives d’usagers et les sociétés d’intérêt collectif agricole concessionnaires de gaz ou d’électricité, ainsi que les régies constituées par les collectivités locales, existant au 9 avril 1946 et dont l’autonomie a été maintenue après cette date. Ces organismes doivent, pour demeurer de droit des gestionnaires de réseaux de distribution dans leur zone de desserte, conserver leur appartenance au secteur public, quelle que soit leur forme juridique ou leur nature coopérative.

              Les entreprises locales de distribution mentionnées à l’article L. 111-54 et les distributeurs agréés en vertu du III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales peuvent :
              1° Constituer entre eux des groupements d’intérêt économique ou participer à des groupements d’intérêt économique avec les entreprises Electricité de France, GDF-Suez ou avec les sociétés issues de la séparation entre les activités de distribution et les activités de production ou de fourniture exercées par ces deux entreprises en application de l’article L. 111-57, dans les formes prévues au chapitre Ier du titre V du livre II du code de commerce ;
              2° Même lorsque leurs zones de desserte ne sont pas limitrophes, fusionner au sein d’une régie, d’une société publique locale, d’une société d’économie mixte locale ou d’une société d’intérêt collectif agricole d’électricité.

              Les sociétés gestionnaires de réseaux de distribution d’électricité ou de gaz naturel issues de la séparation entre les activités de distribution et les activités de production ou de fourniture exercées par Electricité de France et par GDF-Suez en application de l’article L. 111-57 sont régies par les lois applicables aux sociétés anonymes sous réserve des dispositions du présent titre.
              Les sociétés mentionnées au premier alinéa, dès lors que la majorité du capital de leur société mère est détenue directement ou indirectement par l’Etat, sont soumises à la loi n° 83-675 du 26 juillet 1983 relative à la démocratisation du secteur public.
              Pour l’application de l’article 6 de la loi mentionnée à l’alinéa précédent, le conseil d’administration ou de surveillance des sociétés gestionnaires de réseaux de distribution ne peut comporter plus de deux représentants de l’Etat, nommés par voie réglementaire.

            • SOUS SECTION 2 : PRINCIPE DE LA SEPARATION ENTRE LES ACTIVITES DE GESTION DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION ET LES ACTIVITES DE PRODUCTION OU DE FOURNITURE

              La gestion d’un réseau de distribution d’électricité ou de gaz naturel desservant plus de 100 000 clients sur le territoire métropolitain continental est assurée par des personnes morales distinctes de celles qui exercent des activités de production ou de fourniture d’électricité ou de gaz.

              Une entreprise locale de distribution définie à l’article L. 111-54 desservant moins de 100 000 clients peut choisir de mettre en œuvre la séparation juridique prévue à l’article L. 111-57.

              I. ― La séparation juridique imposée à l’article L. 111-57 et celle mentionnée à l’article L. 111-58 sont mises en œuvre par le transfert à une entreprise juridiquement distincte :
              1° Soit des biens propres, autorisations, droits et obligations relatifs à l’activité de gestionnaire de réseau de distribution d’électricité ou de gaz naturel, détenus, le cas échéant, en qualité de concessionnaire ou de sous-traitant du concessionnaire, notamment les contrats de travail et les droits et obligations relatifs à la gestion des réseaux de distribution résultant des contrats de concession prévus par les I et III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales ;
              2° Soit des biens de toute nature non liés à l’activité de gestionnaire de réseau de distribution d’électricité ou de gaz naturel, avec les autorisations, droits et obligations qui y sont attachés.
              II. ― Le transfert n’emporte aucune modification des autorisations et contrats en cours, quelle que soit leur qualification juridique. Il n’est en aucun cas de nature à justifier la résiliation, ni la modification de tout ou partie de leurs clauses, ni, le cas échéant, le remboursement anticipé des dettes qui en résultent.

              Les transferts mentionnés à l’article L. 111-59 ne donnent lieu à la perception d’aucun droit, impôt ou taxe de quelque nature que ce soit, notamment d’aucun droit de publicité foncière ou d’aucune contribution prévue à l’article 879 du code général des impôts. Ces transferts ne sont pas soumis au droit de préemption de l’article L. 213-1 du code de l’urbanisme.
              La formalité de publicité foncière des transferts de biens réalisés en application du premier alinéa peut être reportée à la première cession ultérieure des biens considérés.
              Les dispositions du premier alinéa ne s’appliquent pas en matière d’impôts sur les bénéfices des entreprises.

            • SOUS SECTION 3 : REGLES APPLICABLES AUX SOCIETES GESTIONNAIRES DE RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION

              La société gestionnaire d’un réseau de distribution d’électricité ou de gaz qui dessert, sur le territoire métropolitain continental, plus de 100 000 clients est soumise aux règles suivantes :
              1° Elle assure l’exploitation, l’entretien et, sous réserve des prérogatives des collectivités et des établissements mentionnés ausixième alinéa du I de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales, le développement des réseaux de distribution d’électricité ou de gaz de manière indépendante vis-à-vis de tout intérêt dans des activités de production ou de fourniture d’électricité ou de gaz ;
              2° Elle réunit dans un code de bonne conduite, adressé à la Commission de régulation de l’énergie, les mesures d’organisation interne prises pour prévenir toute pratique discriminatoire en matière d’accès des tiers au réseau.

              Toute société gestionnaire de réseau de distribution d’électricité ou de gaz naturel desservant plus de 100 000 clients se dote d’un responsable de la conformité chargé de veiller au respect des engagements fixés par le code de bonne conduite mentionné au 2° de l’article L. 111-61.
              Ce responsable peut être soit un salarié de la société gestionnaire du réseau de distribution, soit une personne physique extérieure à la société, soit une personne morale.
              Le contrat le liant à la société gestionnaire du réseau de distribution est soumis à l’approbation de la Commission de régulation de l’énergie qui vérifie l’indépendance et l’aptitude professionnelle de l’intéressé. Ce contrat ne peut être dénoncé par la société gestionnaire du réseau de distribution sans l’approbation préalable et motivée de la Commission de régulation de l’énergie donnée dans un délai et des conditions fixés par voie réglementaire.
              Il a accès aux réunions utiles à l’accomplissement de ses missions. Il a accès à toutes les informations détenues par le gestionnaire de réseau et, le cas échéant, par les entreprises liées au gestionnaire dont il a besoin pour l’exécution de ses missions. Les dispositions de la section 5 du présent chapitre ne lui sont pas opposables. Sous réserve des informations qu’il doit transmettre à la Commission de régulation de l’énergie, il est tenu à une obligation de discrétion professionnelle quant aux informations commercialement sensibles qu’il recueille dans le cadre de ses fonctions. En cas de violation de cette obligation, il est passible des sanctions prévues à la section 5 du présent chapitre.
              Il établit chaque année un rapport sur la mise en œuvre du code de bonne conduite qu’il présente à la Commission de régulation de l’énergie. Son rapport est rendu public.

              La Commission de régulation de l’énergie veille au respect des règles fixées par les codes de bonne conduite mentionnés au 2° de l’article L. 111-61 et évalue l’indépendance des sociétés gestionnaires des réseaux publics de distribution dans les conditions prévues à l’article L. 134-15.

              La société gestionnaire d’un réseau de distribution desservant plus de 100 000 clients et les sociétés de production ou de fourniture qui la contrôlent au sens de l’article L. 233-3 et du III de l’article L. 430-1 du code de commerce s’abstiennent de toute confusion entre leur identité sociale, leurs pratiques de communication et leur stratégie de marque. A cet effet, la société gestionnaire du réseau de distribution est propriétaire de la ou des marques qui l’identifient en tant que gestionnaire de réseau de distribution. Elle seule en gère l’utilisation.

              I. ― Les statuts d’une société gestionnaire d’un réseau de distribution de gaz ou d’électricité doivent comporter des dispositions propres à concilier l’indépendance d’action des responsables de la gestion du réseau et la préservation des droits des actionnaires. A cet effet, le conseil d’administration ou de surveillance est composé en majorité de membres élus par l’assemblée générale.
              II. ― Statuant à la majorité de ses membres élus par l’assemblée générale, le conseil d’administration ou de surveillance :
              1° Exerce un contrôle sur la fixation et l’exécution du budget ainsi que sur la politique de financement et d’investissement ;
              2° Est consulté préalablement aux décisions d’investissement concernant le système d’information et sur le parc immobilier, qui excèdent des seuils fixés par les statuts ;
              3° Peut s’opposer à l’exercice d’activités qui ne relèvent pas des missions légalement imparties au gestionnaire d’un réseau de distribution, à la création ou à la prise de participations dans toute société, groupement d’intérêt économique ou autre entité juridique par le gestionnaire de réseau et, au-delà de seuils fixés par les statuts, aux achats et cessions d’actifs et à la constitution de sûretés ou garanties de toute nature.

              Les responsables de la gestion de la société gestionnaire d’un réseau de distribution ne peuvent avoir de responsabilité directe ou indirecte dans la gestion d’activités de production ou de fourniture d’électricité ou de gaz.
              Lorsqu’elles exercent la direction générale du réseau, elles se voient confier leur mission pour un mandat d’une durée déterminée et attribuer les moyens nécessaires à son exécution.
              Les personnes assurant la direction générale de la société gestionnaire de réseaux ne peuvent être révoquées sans l’avis préalable et motivé de la Commission de régulation de l’énergie donné dans un délai et des conditions fixés par voie réglementaire.

          • SECTION 4 : DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX ENTREPRISES ELECTRICITE DE FRANCE ET GDF SUEZ

            L’entreprise dénommée « Electricité de France » est une société anonyme, dont le capital est détenu à plus de 70 % par l’Etat.

            L’entreprise dénommée « GDF-Suez » est une société anonyme, dont le capital est détenu à plus de 30 % par l’Etat.

            En vue de préserver les intérêts essentiels de la France dans le secteur de l’énergie, notamment d’assurer la continuité et la sécurité d’approvisionnement en énergie, un décret prononce la transformation d’une action ordinaire de l’Etat au capital de GDF-Suez en une action spécifique régie, notamment en ce qui concerne les droits dont elle est assortie, par les dispositions de l’article 10 de la loi n° 86-912 du 6 août 1986 relative aux modalités des privatisations.

            L’autorité administrative désigne, auprès de GDF-Suez ou de toute entité venant aux droits et obligations de GDF-Suez et des sociétés issues de la séparation des activités exercées par Gaz de France en application des articles L. 111-7 et L. 111-57, un commissaire du Gouvernement qui assiste, avec voix consultative, aux séances du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société, et de ses comités, et peut présenter des observations à toute assemblée générale.

            Electricité de France et GDF-Suez, ainsi que leurs filiales, peuvent, par convention, créer des services communs dotés ou non de la personnalité morale.
            La création d’un service commun, non doté de la personnalité morale, entre les sociétés issues de la séparation juridique des activités exercées par Electricité de France et GDF-Suez en application de l’article L. 111-57 est obligatoire, dans le secteur de la distribution, pour la construction des ouvrages, la maîtrise d’œuvre de travaux, l’exploitation et la maintenance des réseaux, les opérations de comptage ainsi que d’autres missions afférentes à ces activités. Ces services communs peuvent réaliser des prestations pour le compte des entreprises locales de distribution et des distributeurs et autorités organisatrices mentionnés respectivement aux III et IV de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.
            Chacune des sociétés assume les conséquences de ses activités propres dans le cadre des services communs non dotés de la personnalité morale.
            Les coûts afférents aux activités relevant de chacune des sociétés sont identifiés dans la comptabilité des services communs. Cette comptabilité respecte, le cas échéant, les règles de séparation comptable prévues aux articles L. 111-84 et L. 111-86 et aux articles L. 111-88 à L. 111-89.

          • SECTION 5 : CONFIDENTIALITE DES INFORMATIONS SENSIBLES
            • SOUS SECTION 1 : INFORMATIONS DETENUES PAR LES GESTIONNAIRES DU RESEAU PUBLIC DE TRANSPORT ET DES RESEAUX PUBLICS DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE

              Chaque gestionnaire du réseau public de transport d’électricité préserve la confidentialité des informations d’ordre économique, commercial, industriel, financier ou technique dont la communication serait de nature à porter atteinte aux règles de concurrence libre et loyale et de non-discrimination.
              La liste de ces informations est déterminée par décret en Conseil d’Etat.
              Les mesures prises par les opérateurs pour assurer leur confidentialité sont portées à la connaissance de la Commission de régulation de l’énergie.

              Chaque gestionnaire de réseau public de distribution d’électricité préserve la confidentialité des informations d’ordre économique, commercial, industriel, financier ou technique dont la communication serait de nature à porter atteinte aux règles de concurrence libre et loyale et de non-discrimination.
              La liste de ces informations est fixée par décret en Conseil d’Etat.
              Les mesures prises par les opérateurs pour assurer leur confidentialité sont portées à la connaissance de la Commission de régulation de l’énergie.

              L’avis d’une commission, dont la composition est fixée par décret en Conseil d’Etat, est obligatoirement recueilli par le directeur général ou le président du directoire de la société gestionnaire du réseau public de transport d’électricité lorsqu’un agent de ce service, ayant eu à connaître dans l’exercice de ses fonctions des informations dont la divulgation est sanctionnée à l’article L. 111-80, souhaite exercer des activités dans le secteur de l’électricité en dehors de ce service.
              Le cas échéant, cette commission peut fixer un délai avant l’expiration duquel l’agent ne peut exercer de nouvelles fonctions incompatibles avec ses fonctions précédentes. Pendant ce délai, l’agent est reclassé dans un poste de même niveau qui ne comporte d’incompatibilité ni au regard de ses fonctions précédentes, ni au regard de ses fonctions futures.
              Un décret en Conseil d’Etat précise les conditions d’application du présent article.

              La Commission de régulation de l’énergie veille à ce que les fournisseurs d’électricité mettent à disposition de leurs clients leurs données de consommation sous une forme accessible et harmonisée au niveau national. Les conditions dans lesquelles les gestionnaires des réseaux publics de distribution d’électricité sont autorisés à communiquer aux fournisseurs les données de comptage de leurs clients ou de tout consommateur final d’électricité avec son accord exprès sont précisées par décret en Conseil d’Etat.

            • SOUS SECTION 2 : INFORMATIONS DETENUES PAR LES EXPLOITANTS D’OUVRAGES DE TRANSPORT, DE DISTRIBUTION OU DE STOCKAGE DE GAZ NATUREL, OU D’INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUEFIE

              Tout opérateur exploitant des ouvrages de transport, de distribution ou de stockage de gaz naturel ou des installations de gaz naturel liquéfié et tout fournisseur les utilisant fournit aux autres opérateurs de ces ouvrages et installations les informations nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du réseau interconnecté et des stockages.

              Chaque opérateur exploitant des ouvrages de transport, de distribution ou de stockage de gaz naturel ou des installations de gaz naturel liquéfié préserve la confidentialité de toutes les informations dont la communication serait de nature à porter atteinte aux règles de concurrence libre et loyale et de non-discrimination.
              La liste de ces informations est déterminée par décret en Conseil d’Etat.
              Les mesures prises par les opérateurs pour assurer leur confidentialité sont portées à la connaissance de la Commission de régulation de l’énergie.

              La Commission de régulation de l’énergie veille à ce que les fournisseurs de gaz naturel mettent à disposition de leurs clients leurs données de consommation sous une forme accessible et harmonisée au niveau national. Les conditions dans lesquelles les gestionnaires des réseaux publics de distribution de gaz naturel sont autorisés à communiquer aux fournisseurs les données de comptage de leurs clients ou de tout consommateur final de gaz naturel avec son accord exprès sont précisées par décret en Conseil d’Etat.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à la présente sous-section.

            • SOUS SECTION 3 : SANCTIONS PENALES

              Est passible des peines prévues à l’article 226-13 du code pénal la révélation à toute personne étrangère aux services du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité d’une des informations mentionnées à l’article L. 111-72 par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire.
              Les dispositions de l’article 226-13 du code pénal ne sont pas applicables à la communication, par le gestionnaire du réseau public de transport, des informations nécessaires au bon accomplissement des missions des services gestionnaires de réseaux publics de distribution et des services gestionnaires de réseaux étrangers, ni à la communication des informations aux fonctionnaires et agents conduisant une enquête en application des articles L. 135-3 et L. 142-21.

              I. ― Est punie de 15 000 euros d’amende la révélation à toute personne étrangère aux services du gestionnaire d’un réseau de distribution d’électricité d’une des informations mentionnées à l’article L. 111-73 par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire.
              Ces dispositions ne s’appliquent ni à la communication des informations nécessaires au bon accomplissement des missions des services gestionnaires de réseaux publics de transport et de distribution et des services gestionnaires de réseaux étrangers, ni à la communication des informations et documents aux fonctionnaires et agents habilités à conduire une enquête conformément aux articles L. 142-21 et L. 135-3, ni à la communication des informations et documents aux fonctionnaires et agents des collectivités territoriales ou de leurs établissements publics de coopération habilités et assermentés conformément aux dispositions du quatrième alinéa du I de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales et procédant à un contrôle en application du I de ce même article.

              I. ― Est punie de 15 000 euros d’amende la révélation à toute personne étrangère aux services de l’opérateur exploitant des ouvrages de transport, de distribution ou de stockage de gaz naturel ou des installations de gaz naturel liquéfié d’une des informations mentionnées à l’article L. 111-77 par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire.
              II. ― La peine prévue au I ne s’applique pas :
              1° Lorsque la communication d’une des informations mentionnées à l’article L. 111-77 est nécessaire au bon fonctionnement des réseaux de transport ou de distribution de gaz naturel, des installations de gaz naturel liquéfié ou des stockages souterrains de gaz naturel ou au bon accomplissement des missions de leurs opérateurs ;
              2° Lorsque ces informations sont transmises à la Commission de régulation de l’énergie, en application du II de l’article L. 111-91 ;
              3° Lorsqu’elles sont remises aux fonctionnaires et agents de l’Etat et aux personnes appartenant à des organismes spécialisés désignées dans les conditions prévues aux articles L. 135-2 et L. 142-20 exerçant leur mission de contrôle et d’enquête ;
              4° Lorsqu’elles sont remises aux fonctionnaires et agents des collectivités territoriales ou de leurs établissements publics de coopération, habilités et assermentés, procédant à un contrôle en application des dispositions du I de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.

              Est punie de l’amende prévue aux articles L. 111-81 et L. 111-82 toute déclaration frauduleuse faite par un fournisseur en vue d’obtenir les données mentionnées aux articles L. 111-75 et L. 111-78.
              Le gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité ou de gaz ne peut voir sa responsabilité engagée du fait des manœuvres frauduleuses d’un fournisseur.

          • SECTION 6 : DISSOCIATION ET TRANSPARENCE DE LA COMPTABILITE
            • SOUS SECTION 1 : REGLES APPLICABLES AUX ENTREPRISES ELECTRIQUES

              Electricité de France ainsi que les entreprises locales de distribution tiennent une comptabilité interne qui doit permettre de distinguer la fourniture aux consommateurs finals ayant exercé leur droit de choisir librement leur fournisseur et la fourniture aux consommateurs finals n’ayant pas exercé ce droit et d’identifier, s’il y a lieu, les revenus provenant de la propriété des réseaux publics de distribution. Lorsque la gestion des réseaux de distribution n’est pas assurée par une entité juridiquement distincte, ces opérateurs tiennent un compte séparé au titre de cette activité.
              Les entreprises énumérées au premier alinéa font figurer, dans leur comptabilité interne, un bilan et un compte de résultat pour chaque activité dans le secteur de l’électricité devant faire l’objet d’une séparation comptable en vertu du premier alinéa ainsi que, le cas échéant, pour l’ensemble de leurs autres activités. Lorsque leur effectif atteint le seuil d’assujettissement prévu à l’article L. 2323-68 du code du travail, ils établissent également, pour chacune de ces activités, un bilan social.
              Elles précisent, dans leur comptabilité interne, les règles d’imputation des postes d’actif et de passif et des charges et produits qu’elles appliquent pour établir les comptes séparés prévus au premier alinéa, ainsi que le périmètre de chacune des activités séparées au plan comptable et les principes déterminant les relations financières entre ces activités. Toute modification de ces règles, de ces périmètres ou de ces principes est indiquée et motivée dans leur comptabilité interne et son incidence y est spécifiée.
              Elles font apparaître, dans les mêmes documents, les opérations éventuellement réalisées avec des sociétés appartenant au même groupe qu’elles lorsque ces opérations sont supérieures à un seuil fixé par arrêté conjoint des ministres chargés respectivement de l’économie et de l’énergie.

              Les opérateurs mentionnés à l’article L. 111-84 auxquels la loi ou les règlements n’imposent pas de publier leurs comptes annuels tiennent à la disposition du public un exemplaire de ces comptes dans des conditions fixées par voie réglementaire.

              Les règles d’imputation, les périmètres comptables et les principes déterminant les relations financières entre les différentes activités, qui sont proposés par les opérateurs concernés pour mettre en œuvre la séparation comptable prévue à l’article L. 111-84, ainsi que toute modification ultérieure de ces règles, périmètres ou principes sont approuvées par la Commission de régulation de l’énergie dans des conditions fixées par voie réglementaire.
              La Commission de régulation de l’énergie veille à ce que ces règles, ces périmètres et ces principes ne permettent aucune discrimination, subvention croisée ou distorsion de concurrence.
              Les comptes séparés prévus à l’article L. 111-84 lui sont transmis annuellement.

              Les sociétés, autres que celles mentionnées à l’article L. 111-84, qui exercent une activité dans le secteur de l’électricité et au moins une autre activité en dehors de ce secteur, tiennent dans leur comptabilité interne un compte séparé pour leurs activités dans le secteur de l’électricité et un compte regroupant leurs autres activités exercées en dehors de ce secteur.
              Les entreprises concernées par le premier alinéa auxquelles la loi et les règlements n’imposent pas de publier leurs comptes annuels tiennent ces comptes à la disposition du public dans des conditions fixées par voie réglementaire.

            • SOUS SECTION 2 : REGLES APPLICABLES AUX ENTREPRISES GAZIERES

              Toute entreprise exerçant, dans le secteur du gaz naturel, une ou plusieurs des activités énumérées au présent article tient, dans sa comptabilité interne, des comptes séparés au titre respectivement du transport, de la distribution et du stockage du gaz naturel ainsi qu’au titre de l’exploitation des installations de gaz naturel liquéfié et de l’ensemble de ses autres activités exercées en dehors du secteur du gaz naturel.
              Elle établit, en outre, des comptes séparés pour ses activités de fourniture respectivement aux consommateurs finals ayant exercé leur éligibilité et aux consommateurs finals ne l’ayant pas exercée, et identifie, s’il y a lieu, dans sa comptabilité interne, les revenus provenant de la propriété des réseaux publics de distribution.
              Lorsque leur effectif atteint le seuil d’assujettissement prévu à l’article L. 2323-68 du code du travail, les opérateurs soumis aux obligations définies au premier alinéa établissent un bilan social pour chacune des activités faisant l’objet d’un compte séparé.
              Les opérateurs qui ne sont pas légalement tenus de publier leurs comptes annuels tiennent un exemplaire de ces comptes à la disposition du public dans des conditions fixées par voie réglementaire.

              Les règles d’imputation, les périmètres comptables et les principes déterminant les relations financières entre les différentes activités, qui sont proposés par les opérateurs concernés pour mettre en œuvre la séparation comptable prévue à l’article L. 111-88, ainsi que toute modification ultérieure de ces règles, périmètres ou principes sont approuvées par la Commission de régulation de l’énergie dans des conditions fixées par voie réglementaire.
              La Commission de régulation de l’énergie veille à ce que ces règles, périmètres et principes ne permettent aucune discrimination, subvention croisée ou distorsion de concurrence.
              Les comptes séparés prévus à l’article L. 111-88 lui sont transmis annuellement.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à la présente sous-section.

          • SECTION 7 : DROIT D’ACCES AUX RESEAUX ET AUX INSTALLATIONS
            • SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESEAUX ELECTRIQUES

              I. ― Un droit d’accès aux réseaux publics de transport et de distribution est garanti par les gestionnaires de ces réseaux pour assurer :
              1° Les missions de service public définies à l’article L. 121-5 ;
              2° L’exécution des contrats d’achat d’électricité ;
              3° L’exécution des contrats d’exportation d’électricité conclus par un producteur ou par un fournisseur installés sur le territoire national.
              II. ― Pour mettre en œuvre les dispositions du I, des contrats sont conclus entre les gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution concernés et les utilisateurs de ces réseaux.
              Dans le cas où les gestionnaires des réseaux publics concernés et les utilisateurs de ces réseaux ne sont pas des personnes morales distinctes, des protocoles règlent leurs relations, notamment les conditions d’accès aux réseaux et de leur utilisation, ainsi que les conditions d’application de la tarification de l’utilisation des réseaux.
              Ces contrats et ces protocoles sont transmis à la Commission de régulation de l’énergie.

              Les gestionnaires des réseaux publics de distribution concluent, avec toute entreprise qui le souhaite, vendant de l’électricité à des clients ayant exercé leur droit de choisir leur fournisseur, un contrat ou, si cette entreprise et le gestionnaire ne sont pas des personnes morales distinctes, un protocole relatif à l’accès aux réseaux pour l’exécution des contrats de fourniture conclus par cette entreprise avec des consommateurs finals ayant exercé leur droit de choisir leur fournisseur.
              Lorsqu’une entreprise ayant conclu un tel contrat ou protocole assure la fourniture exclusive d’un site de consommation, le consommateur concerné n’est pas tenu de conclure lui-même un contrat d’accès aux réseaux pour ce site.

              I. ― Tout refus de conclure un contrat d’accès aux réseaux publics est motivé et notifié au demandeur et à la Commission de régulation de l’énergie. Le refus doit résulter de critères, objectifs et non discriminatoires, qui ne peuvent être fondés que sur des impératifs liés au bon accomplissement des missions de service public et sur des motifs techniques tenant à la sécurité et la sûreté des réseaux, et à la qualité de leur fonctionnement. Ces critères sont publiés.
              II. ― Le gestionnaire du réseau est, par ailleurs, tenu de refuser l’accès au réseau :
              1° A un producteur qui ne peut justifier d’une autorisation en application de l’article L. 311-1 ou de l’article L. 311-6 ;
              2° A un fournisseur qui n’exerce pas l’activité d’achat pour revente conformément aux prescriptions de l’autorisation délivrée conformément à l’article L. 333-1.

              Dans les conditions prévues à l’article L. 111-91, un droit d’accès aux réseaux publics de transport et de distribution est également garanti à toute collectivité territoriale pour satisfaire, à partir de ses installations de production et dans la limite de leur production, les besoins des services publics locaux dont elle assure la gestion directe.
              Le même droit est reconnu dans les mêmes conditions à tout établissement public de coopération intercommunale.

              Un décret en Conseil d’Etat précise les modalités d’application de la présente sous-section, notamment les procédures d’établissement des contrats et protocoles.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à la présente sous-section.

            • SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESEAUX GAZIERS ET AUX INSTALLATIONS DE GAZ NATUREL LIQUEFIE

              Un droit d’accès aux ouvrages de transport et de distribution de gaz naturel ainsi qu’aux installations de gaz naturel liquéfié, y compris les installations fournissant des services auxiliaires, est garanti par les opérateurs qui les exploitent aux clients ainsi qu’aux fournisseurs et à leurs mandataires, dans des conditions définies par contrat.
              Lorsque l’opérateur et l’utilisateur ne sont pas des personnes morales distinctes, des protocoles règlent leurs relations. Ces contrats et ces protocoles sont transmis, à sa demande, à la Commission de régulation de l’énergie.

              Un droit d’accès aux ouvrages et installations définis à l’article L. 111-97 est garanti par les opérateurs qui les exploitent pour assurer l’exécution des contrats de transit de gaz naturel entre les grands réseaux de transport de gaz à haute pression au sein de l’Espace économique européen.

              Les gestionnaires de réseaux mentionnés au III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales ont un droit d’accès aux réseaux de distribution de gaz naturel dans des conditions définies par voie réglementaire.

              Les opérateurs s’abstiennent de toute discrimination entre les utilisateurs ou les catégories d’utilisateurs. Les gestionnaires de réseaux mentionnés au III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales constituent une catégorie particulière d’utilisateurs.

              L’exercice des droits d’accès définis aux articles L. 111-97 à L. 111-99 ne peut faire obstacle à l’utilisation des ouvrages ou des installations par l’opérateur qui les exploite afin d’accomplir les obligations de service public qui lui incombent.

              Tout refus d’accès à un ouvrage de transport ou de distribution de gaz naturel ou à une installation de gaz naturel liquéfié, y compris aux installations fournissant des services auxiliaires, est motivé et notifié au demandeur et à la Commission de régulation de l’énergie.

              I. ― Un refus de conclure un contrat d’accès en application des articles L. 111-97 à L. 111-99 peut être fondé sur :
              1° Un manque de capacité ou des motifs techniques tenant à l’intégrité et à la sécurité des réseaux ou des installations de gaz naturel liquéfié ;
              2° Un ordre de priorité pour l’accès aux ouvrages et aux installations prescrit par le ministre chargé de l’énergie afin d’assurer l’accomplissement des obligations de service public mentionnées à l’article L. 121-32 ;
              3° Les critères fixés par une dérogation temporaire accordée en application de l’article L. 111-105.
              II. ― Si un opérateur refuse l’accès à un ouvrage de transport ou de distribution de gaz naturel ou à une installation de gaz naturel liquéfié, y compris aux installations fournissant des services auxiliaires, en raison d’un manque de capacité ou d’une difficulté liée au raccordement de l’installation du demandeur au réseau, la Commission de régulation de l’énergie peut lui demander et, le cas échéant, le mettre en demeure de procéder aux améliorations nécessaires si elles se justifient économiquement ou si un client potentiel indique qu’il s’engage à les prendre en charge.

              Une entreprise qui n’a pas bénéficié d’une dérogation temporaire accordée en application de l’article L. 111-105 ne peut refuser l’accès aux ouvrages et aux installations qu’elle exploite en raison de l’exécution de ses engagements contractuels à long terme d’achat de gaz naturel assortis d’une obligation d’enlèvement du gaz.

              Toute entreprise bénéficiant d’une autorisation de fourniture peut, dans la mesure où elle est menacée de graves difficultés économiques et financières du fait d’engagements contractuels à long terme d’achat de gaz naturel assortis d’une obligation d’enlèvement du gaz et dans la mesure où l’évolution défavorable de ses débouchés ne pouvait raisonnablement être prévue au moment de la conclusion de ces engagements, demander à la Commission de régulation de l’énergie de lui accorder une dérogation temporaire à l’exécution des obligations qui lui sont faites en vertu des articles L. 111-97 à L. 111-101.

              Pour statuer sur les demandes de dérogation autorisées par l’article L. 111-105, la Commission de régulation de l’énergie tient compte de :
              1° La nécessité d’assurer la sécurité d’approvisionnement et de remplir les autres obligations de service public qui incombent au demandeur en application de l’article L. 121-32 ;
              2° La situation du demandeur et l’état de la concurrence sur le marché du gaz naturel ;
              3° La gravité des difficultés économiques et financières dont sont menacés le demandeur ou ses clients, ainsi que les mesures prises par le demandeur en vue de trouver d’autres débouchés pour la vente du gaz naturel qu’il achète ;
              4° La date de conclusion des engagements contractuels mentionnés au premier alinéa de l’article L. 111-105 et les conditions d’adaptation de ces engagements en cas d’évolution des débouchés du demandeur ;
              5° Des difficultés techniques liées à l’interconnexion ou à l’interopérabilité des réseaux ;
              6° L’incidence qu’aurait la délivrance d’une dérogation sur le bon fonctionnement du marché intérieur du gaz naturel.

              La durée initiale de la dérogation ne peut excéder un an. Elle peut être renouvelée pour une même durée maximale. La décision accordant la dérogation est motivée et publiée. Elle est notifiée à la Commission européenne. Elle définit les conditions dans lesquelles le bénéficiaire est autorisé à refuser de conclure un contrat d’accès aux ouvrages de transport ou de distribution de gaz naturel ou aux installations de gaz naturel liquéfié, y compris aux installations fournissant des services auxiliaires.

              Les conditions d’application des articles L. 111-102 à L. 111-107, notamment les conditions de délivrance, de renouvellement et de publicité de la dérogation mentionnée à l’article L. 111-105, sont fixées par décret en Conseil d’Etat.

              L’autorité administrative peut autoriser, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, l’exploitant d’une installation de gaz naturel liquéfié ou de stockage de gaz naturel ou d’un ouvrage d’interconnexion avec un réseau de transport de gaz naturel situé sur le territoire d’un autre Etat membre de l’Union européenne à déroger, pour tout ou partie de cette installation ou de cet ouvrage, aux dispositions de la présente sous-section.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à la présente sous-section.

        • CHAPITRE II : LE MARCHE PETROLIER

          Sous réserve du respect des dispositions applicables du présent code, notamment de celles du livre VI, la réception en provenance de l’étranger et l’expédition à destination de celui-ci, le traitement, le transport, le stockage et la distribution du pétrole brut et des produits pétroliers s’effectuent librement.
          Dans les départements d’outre-mer, des restrictions à la réception en provenance de l’étranger et à l’expédition à destination de celui-ci peuvent être prévues.

      • TITRE II : LES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC ET LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS
        • CHAPITRE IER : LES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ
          • SECTION 1 : OBLIGATIONS ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DE L’ELECTRICITE
            • SOUS SECTION 1 : DEFINITIONS

              Le service public de l’électricité a pour objet de garantir, dans le respect de l’intérêt général, l’approvisionnement en électricité sur l’ensemble du territoire national.
              Dans le cadre de la politique énergétique, il contribue à l’indépendance et à la sécurité d’approvisionnement, à la qualité de l’air et à la lutte contre l’effet de serre, à la gestion optimale et au développement des ressources nationales, à la maîtrise de la demande d’énergie, à la compétitivité de l’activité économique et à la maîtrise des choix technologiques d’avenir, comme à l’utilisation rationnelle de l’énergie.
              Il concourt à la cohésion sociale, à la lutte contre les exclusions, au développement équilibré du territoire, dans le respect de l’environnement, à la recherche et au progrès technologique, ainsi qu’à la défense et à la sécurité publique.
              Matérialisant le droit de tous à l’électricité, produit de première nécessité, le service public de l’électricité est géré dans le respect des principes d’égalité, de continuité et d’adaptabilité et dans les meilleures conditions de sécurité, de qualité, de coûts, de prix et d’efficacité économique, sociale et énergétique.

              Conformément aux principes énoncés à l’article L. 121-1, le service public de l’électricité assure les missions de développement équilibré de l’approvisionnement en électricité, de développement et d’exploitation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ainsi que de fourniture d’électricité, dans les conditions définies à la présente section.

              I. ― La mission de développement équilibré de l’approvisionnement en électricité consiste à :
              1° Réaliser les objectifs définis par la programmation pluriannuelle des investissements de production arrêtée par le ministre chargé de l’énergie ;
              2° Garantir l’approvisionnement des zones du territoire non interconnectées au réseau métropolitain continental.
              II. ― Les producteurs, notamment Electricité de France, contribuent à la réalisation de cette mission. Les charges qui en découlent, notamment celles résultant des articles L. 311-10 et L. 314-1, font l’objet d’une compensation intégrale dans les conditions prévues à la sous-section 2 de la présente section.

              I. ― La mission de développement et d’exploitation des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité consiste à assurer :
              1° La desserte rationnelle du territoire national par les réseaux publics de transport et de distribution, dans le respect de l’environnement, et l’interconnexion avec les pays voisins ;
              2° Le raccordement et l’accès, dans des conditions non discriminatoires, aux réseaux publics de transport et de distribution.
              II. ― Sont chargées de cette mission, conformément à leurs compétences respectives, Electricité de France pour les zones non interconnectées au réseau métropolitain continental, la société gestionnaire de réseaux publics de distribution issue de la séparation des activités d’Electricité de France en application de l’article L. 111-57, la société gestionnaire du réseau public de transport, les entreprises locales de distribution définies à l’article L. 111-54 et les autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité. Elles accomplissent cette mission conformément aux dispositions du présent code relatives au transport et à la distribution d’électricité ainsi qu’au raccordement aux réseaux et, s’agissant des réseaux publics de distribution, à celles des cahiers des charges des concessions ou des règlements de service des régies mentionnés au II de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales. Les charges en résultant sont réparties dans les conditions prévues aux articles L. 121-9 à L. 121-31.
              Les missions imparties par le présent article aux gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité s’étendent à la mer territoriale, au plateau continental et à la zone économique au large des côtes du territoire de la République lorsque les ouvrages électriques sont raccordés aux réseaux publics terrestres exploités par ces gestionnaires. Ces missions s’exercent conformément à la loi n° 68-1181 du 30 décembre 1968 relative à l’exploration du plateau continental et à l’exploitation de ses ressources naturelles et à la loi n° 76-655 du 16 juillet 1976 relative à la zone économique et à la zone de protection écologique au large des côtes du territoire de la République.

              La mission de fourniture d’électricité consiste à assurer, en favorisant la maîtrise de la demande, la fourniture d’électricité, sur l’ensemble du territoire, aux clients bénéficiaires des tarifs réglementés de vente dans les conditions prévues aux articles L. 337-4 à L. 337-9. L’électricité est fournie par le raccordement aux réseaux publics ou, le cas échéant, par la mise en œuvre des installations de production d’électricité de proximité mentionnées à l’article L. 2224-33 du code général des collectivités territoriales.
              Cette fourniture concourt à la cohésion sociale, au moyen de la péréquation nationale des tarifs, de la mise en œuvre de la tarification spéciale dite « produit de première nécessité » mentionnée à l’article L. 337-3 et du maintien de la fourniture d’électricité en application de l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles.
              Cette mission incombe à Electricité de France ainsi que, dans leur zone de desserte, aux entreprises locales de distribution chargées de la fourniture. Elles l’accomplissent, pour les clients raccordés aux réseaux de distribution, conformément aux dispositions des cahiers des charges de concession ou des règlements de service des régies mentionnés au II de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.
              Les autorités organisatrices de la distribution publique d’électricité mentionnées à l’article L. 121-4 sont les autorités organisatrices du service public de la fourniture d’électricité aux clients raccordés à un réseau de distribution qui bénéficient des tarifs réglementés de vente mentionnés à l’article L. 337-1 ou de la tarification spéciale dite « produit de première nécessité ».
              Elle consiste également à assurer la fourniture d’électricité de secours aux clients raccordés aux réseaux publics dans les conditions prévues aux troisième et quatrième alinéas de l’article L. 333-3.

            • SOUS SECTION 2 : COMPENSATION DES CHARGES RESULTANT DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC

              Les charges imputables aux missions de service public assignées aux opérateurs électriques définies aux articles L. 121-7 et L. 121-8 sont intégralement compensées.

              En matière de production d’électricité, les charges imputables aux missions de service public comprennent :
              1° Les surcoûts qui résultent, le cas échéant, de la mise en œuvre des dispositions des articles L. 311-10 et L. 314-1 par rapport aux coûts évités à Electricité de France ou, le cas échéant, à ceux évités aux entreprises locales de distribution qui seraient concernées. Les coûts évités sont calculés par référence aux prix de marché de l’électricité ou, pour les entreprises locales de distribution, par référence aux tarifs de cession mentionnés à l’article L. 337-1 à proportion de la part de l’électricité acquise à ces tarifs dans leur approvisionnement total, déduction faite des quantités acquises au titre des articles L. 311-10 et L. 314-1. Les mêmes valeurs de coûts évités servent de références pour déterminer les surcoûts compensés lorsque les installations concernées sont exploitées par Electricité de France ou par une entreprise locale de distribution. Lorsque l’objet des contrats est l’achat de l’électricité produite par une installation de production implantée dans une zone non interconnectée au réseau métropolitain continental, les surcoûts sont calculés par rapport à la part relative à la production dans les tarifs réglementés de vente d’électricité ;
              2° Les surcoûts de production dans les zones non interconnectées au réseau métropolitain continental qui, en raison des particularités du parc de production inhérentes à la nature de ces zones, ne sont pas couverts par la part relative à la production dans les tarifs réglementés de vente d’électricité ou par les éventuels plafonds de prix prévus par l’article L. 337-1.
              Les conditions de rémunération du capital immobilisé dans les moyens de production d’électricité utilisées pour calculer la compensation des charges à ce titre sont définies par arrêté du ministre chargé de l’énergie afin de garantir la sécurité de l’approvisionnement en électricité des zones non interconnectées au réseau métropolitain continental.

              En matière de fourniture d’électricité, les charges imputables aux missions de service public comprennent :
              1° Les pertes de recettes et les coûts supportés par les fournisseurs d’électricité en raison de la mise en œuvre de la tarification spéciale dite « produit de première nécessité » mentionnée à l’article L. 337-3 ;
              2° Les coûts supportés par les fournisseurs d’électricité en raison de leur participation au dispositif institué en faveur des personnes en situation de précarité mentionné à l’article L. 121-5. Ces coûts sont pris en compte dans la limite d’un pourcentage, fixé par arrêté du ministre chargé de l’énergie, de la charge supportée par le fournisseur au titre de la tarification spéciale dite « produit de première nécessité » mentionnée au 1°.

              Le ministre chargé de l’énergie arrête chaque année le montant des charges, sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie.
              Les charges imputables aux missions de service public définies aux articles L. 121-7 et L. 121-8 sont calculées sur la base d’une comptabilité appropriée tenue par les opérateurs qui les supportent.
              Cette comptabilité, établie selon des règles établies par la Commission de régulation de l’énergie, est contrôlée aux frais des opérateurs qui supportent ces charges par leur commissaire aux comptes ou, pour les régies, par leur comptable public. La Commission de régulation de l’énergie peut, aux frais de l’opérateur, faire contrôler cette comptabilité par un organisme indépendant qu’elle choisit.

              La compensation, au profit des opérateurs qui les supportent, des charges imputables aux missions de service public définies aux articles L. 121-7 et L. 121-8 est assurée par des contributions dues par les consommateurs finals d’électricité installés sur le territoire national.

              Le montant des contributions mentionnées à l’article L. 121-10 est calculé au prorata de la quantité d’électricité consommée.
              Toutefois, l’électricité produite par un producteur pour son propre usage ou achetée pour son propre usage par un consommateur final à un tiers exploitant une installation de production sur le site de consommation n’est prise en compte pour le calcul de la contribution qu’à partir de 240 millions de kilowattheures par an et par site de production.

              Le montant de la contribution due, par site de consommation, par les consommateurs finals ne peut excéder 550 000 euros.
              Ce plafond est actualisé chaque année dans une proportion égale au taux prévisionnel de croissance de l’indice des prix à la consommation hors tabac associé au projet de loi de finances de l’année.
              Le même plafond est applicable à la contribution due par les entreprises exploitant des services de transport ferroviaire pour l’électricité de traction consommée sur le territoire national et à la contribution due par les entreprises propriétaires ou gestionnaires de réseaux ferroviaires ou de réseaux de transport collectifs urbains pour l’électricité consommée en aval des points de livraison d’électricité sur un réseau électriquement interconnecté.

              Le montant de la contribution applicable à chaque kilowattheure est calculé de sorte que les contributions couvrent l’ensemble des charges imputables aux missions de service public, ainsi que les frais de gestion exposés par la Caisse des dépôts et consignations et le budget du médiateur national de l’énergie. Le ministre chargé de l’énergie fixe chaque année ce montant par un arrêté pris sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie.
              A défaut d’arrêté fixant le montant de la contribution due pour une année donnée avant le 31 décembre de l’année précédente, le montant proposé par la Commission de régulation de l’énergie en application de l’alinéa précédent entre en vigueur le 1er janvier, dans la limite toutefois d’une augmentation de 0,003 euro par kilowattheure par rapport au montant applicable avant cette date.

              Les contributions des consommateurs finals ayant exercé leur droit de choisir librement leur fournisseur et alimentés par l’intermédiaire du réseau public de transport ou par un réseau public de distribution sont recouvrées par l’opérateur en charge de la gestion du réseau auquel ces consommateurs sont raccordés sous la forme d’un prélèvement additionnel aux tarifs d’utilisation des réseaux.
              Les contributions des consommateurs finals qui n’ont pas exercé leur droit de choisir leur fournisseur sont recouvrées par l’organisme en charge de la fourniture d’électricité qui les alimente, sous la forme d’un prélèvement additionnel aux tarifs réglementés de vente d’électricité.
              Le montant de la contribution est liquidé par l’organisme mentionné à l’alinéa précédent en fonction de la quantité d’électricité livrée au contributeur qui l’acquitte lors du règlement de sa facture d’électricité ou d’utilisation des réseaux.
              Les contributions effectivement recouvrées sont reversées aux opérateurs qui supportent les charges de service public par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations.

              Les producteurs d’électricité produisant pour leur propre usage et les consommateurs finals qui ne sont pas alimentés par l’intermédiaire du réseau public de transport ou de distribution acquittent spontanément leur contribution avant la fin du mois qui suit chaque semestre civil. A cet effet, ils adressent une déclaration indiquant la quantité d’électricité consommée au cours du semestre civil correspondant à la Commission de régulation de l’énergie et à la Caisse des dépôts et consignations.
              Ils procèdent dans le même délai au versement, auprès de la Caisse des dépôts et consignations, des contributions dues au profit des opérateurs qui supportent les charges de service public.
              En cas d’inobservation de ses obligations par un des contributeurs mentionnés au présent article, la Commission de régulation de l’énergie procède, après avoir mis l’intéressé en mesure de présenter ses observations, à la liquidation des contributions dues. Le cas échéant, elle émet un état exécutoire.

              La Caisse des dépôts et consignations reverse quatre fois par an aux opérateurs qui supportent les charges résultant des missions définies aux articles L. 121-7 et L. 121-8 les sommes collectées.
              Elle verse au médiateur national de l’énergie une somme égale au montant de son budget le 1er janvier de chaque année.

              La Caisse des dépôts et consignations retrace ces différentes opérations dans un compte spécifique. Les frais de gestion qu’elle expose sont arrêtés annuellement par les ministres chargés respectivement de l’économie et de l’énergie.

              Sans préjudice de l’application des sanctions prévues à l’article L. 121-25, en cas de défaut ou d’insuffisance de paiement de la contribution dans un délai de deux mois à compter de la date à laquelle elle est due, la Commission de régulation de l’énergie adresse une lettre de rappel assortie d’une pénalité de retard dont le taux est fixé à 10 % du montant de la contribution due.
              Les dispositions du premier alinéa ne s’appliquent pas aux personnes qui bénéficient ou qui viennent à bénéficier du dispositif mentionné à l’article L. 122-6.

              Lorsque le montant des contributions collectées ne correspond pas au montant constaté des charges de l’année, la régularisation intervient l’année suivante au titre des charges dues pour cette année. Si les sommes dues ne sont pas recouvrées au cours de l’année, elles sont ajoutées au montant des charges de l’année suivante.

              La Commission de régulation de l’énergie évalue chaque année le fonctionnement du dispositif relatif aux charges imputables aux missions de service public prévu à la présente sous-section. Cette évaluation figure à son rapport annuel.

              Sans préjudice des dispositions des articles L. 121-6 à L. 121-20, le montant total dû au titre de la contribution au service public de l’électricité par toute société industrielle consommant plus de 7 gigawattheures d’électricité par an est plafonné à 0,5 % de sa valeur ajoutée telle que définie selon les modalités prévues à l’article 1586 sexies du code général des impôts.
              Une société industrielle peut demander à la Commission de régulation de l’énergie l’arrêt de la facturation de la contribution au service public de l’électricité, pour un ou plusieurs sites de consommation, dès lors que les prévisions de cette société montrent qu’elle aurait déjà acquitté au titre de l’année considérée un montant égal ou supérieur au montant total plafonné dû au titre de l’année précédente. La régularisation intervient, le cas échéant, lorsque la valeur ajoutée de l’année considérée est connue. Toutefois, si le montant de cette régularisation est supérieur à 20 % du montant total réellement dû pour l’année, la société est redevable de la pénalité de retard mentionnée à l’article L. 121-18.

              Les consommateurs finals d’électricité acquérant de l’électricité produite à partir d’une source d’énergie renouvelable ou par cogénération dans un autre Etat membre de l’Union européenne peuvent demander le remboursement d’une part de la contribution acquittée en application de l’article L. 121-10 pour cette électricité lorsqu’ils en garantissent l’origine. Le montant total du remboursement s’élève au produit de la contribution acquittée au titre de cette électricité par la fraction que représentent, dans les charges imputables aux missions de service public, les surcoûts mentionnés au 1° de l’article L. 121-7.

              Les producteurs et les fournisseurs qui vendent dans un autre Etat membre de l’Union européenne de l’électricité produite à partir d’une source d’énergie renouvelable ou par cogénération et bénéficiant à ce titre d’une garantie d’origine acquittent une contribution pour cette électricité. Le montant total de cette contribution est égal à une fraction égale à la part que représentent, dans les charges de service public, les surcoûts mentionnés au 1° de l’article L. 121-7 du produit du nombre de kilowattheures vendus par la contribution applicable à chaque kilowattheure consommé conformément à l’article L. 121-11.

              Lorsque l’électricité acquise dans les conditions prévues par les articles L. 121-27, L. 311-10 et L. 314-1 fait l’objet, au bénéfice de l’acquéreur, d’une valorisation en raison de son origine, le montant de cette valorisation est déduit des charges de service public constatées pour cet acquéreur.

              En cas de défaillance de paiement par un redevable de la contribution aux charges de service public de l’électricité prévue à l’article L. 121-10, l’autorité administrative prononce, dans les conditions fixées à l’article L. 142-30 et suivants, une sanction pécuniaire, le retrait ou la suspension, pour une durée n’excédant pas un an, de l’autorisation d’exploiter une installation de production d’électricité.

              Un décret en Conseil d’Etat précise les modalités d’application des articles L. 121-6 à L. 121-25, notamment les modalités de liquidation par la Commission de régulation de l’énergie des droits prévus à l’article L. 121-21.

              Les surcoûts qui peuvent résulter de contrats d’achat d’électricité conclus ou négociés avant le 11 février 2000 entre Electricité de France ou des entreprises locales de distribution, d’une part, et les producteurs d’électricité, d’autre part, font l’objet, lorsqu’ils sont maintenus et jusqu’au terme initialement fixé lors de leur conclusion, d’une compensation dans les conditions prévues aux articles L. 121-6 à L. 121-20.

              Les surcoûts résultant de la modification des dispositions contractuelles liées à la variation des prix des combustibles utilisés pour la production d’électricité par cogénération dans les contrats conclus en application de l’article L. 314-1 ainsi que ceux résultant des contrats mentionnés à l’article L. 121-27 font, de plein droit, l’objet d’une compensation dans les conditions prévues aux articles L. 121-6 à L. 121-20, après approbation du modèle d’avenant par l’autorité administrative.

            • SOUS SECTION 3 : LE FONDS DE PEREQUATION DE L’ELECTRICITE

              I. ― Un fonds, dénommé « Fonds de péréquation de l’électricité » et dont la gestion comptable est confiée à Electricité de France, est chargé de répartir entre les gestionnaires des réseaux publics de distribution d’électricité les charges résultant de la mission d’exploitation des réseaux publics définie à l’article L. 121-4.
              II. ― Ces charges comprennent :
              1° Tout ou partie des coûts supportés par les gestionnaires de réseaux publics de distribution d’électricité et qui, en raison des particularités des réseaux publics de distribution qu’ils exploitent ou de leur clientèle, ne sont pas couverts par la part relative à l’utilisation de ces réseaux dans les tarifs réglementés de vente d’électricité et par les tarifs d’utilisation des réseaux publics de distribution ;
              2° La participation à l’aménagement du territoire dans les zones définies à l’article 42 de la loi n° 95-115 du 4 février 1995d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire.

              En cas de défaillance de paiement par un redevable de la contribution prévue en application des dispositions de l’article L. 121-29, l’autorité administrative prononce une sanction pécuniaire conformément à l’article L. 142-32, dans les conditions fixées aux articles L. 142-30 et suivants.

              Un décret en Conseil d’Etat précise les modalités d’application de la présente sous-section, notamment la méthode de péréquation, les modalités de fonctionnement ainsi que la composition du Fonds prévu à l’article L. 121-29.

          • SECTION 2 : OBLIGATIONS ASSIGNEES AUX ENTREPRISES DU SECTEUR DU GAZ
            • SOUS SECTION 1 : DEFINITIONS

              I. ― Des obligations de service public sont assignées :
              1° Aux opérateurs de réseaux de transport et de distribution de gaz naturel et aux exploitants d’installations de gaz naturel liquéfié, y compris les installations fournissant des services auxiliaires ;
              2° Aux fournisseurs mentionnés aux articles L. 443-1 et suivants du présent code, aux entreprises locales de distribution mentionnées à l’article L. 111-54 du même code et aux distributeurs agréés mentionnés au III de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales ;
              3° Aux titulaires de concessions de stockage souterrain de gaz naturel régies par le livre II du code minier.
              II. ― Elles portent sur :
              1° La sécurité des personnes et des installations en amont du raccordement des consommateurs finals ;
              2° La continuité de la fourniture de gaz ;
              3° La sécurité d’approvisionnement ;
              4° La qualité et le prix des produits et des services fournis ;
              5° La protection de l’environnement, en particulier l’application de mesures d’économies d’énergie ;
              6° L’efficacité énergétique ;
              7° La valorisation du biogaz ;
              8° Le développement équilibré du territoire ;
              9° La fourniture de gaz de dernier recours aux clients non domestiques assurant des missions d’intérêt général ;
              10° La fourniture de gaz naturel au tarif spécial de solidarité mentionné à l’article L. 445-5 du présent code ;
              11° Le maintien, conformément à l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles, d’une fourniture aux personnes en situation de précarité.
              III. ― Les obligations de service public qui, selon le cas, s’imposent sont précisées par les autorisations de fourniture ou de transport de gaz naturel, les concessions de stockage souterrain de gaz naturel, les cahiers des charges des concessions et les règlements des régies mentionnés au deuxième alinéa du II de l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.
              Ces obligations varient selon les différentes catégories d’opérateurs dans des conditions fixées par un décret en Conseil d’Etat qui précise également les modalités du contrôle de leur respect.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à l’article L. 121-32.

              Des conventions peuvent être conclues entre les bailleurs publics et privés gérant un parc de plus de 100 logements sociaux et les distributeurs en vue d’améliorer la sécurité des personnes et des installations intérieures de gaz naturel dans les logements concernés, ainsi que la maîtrise de la demande d’énergie.
              Les conventions prévues par l’article 6-3 de la loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement peuvent prévoir des diagnostics permettant d’assurer la sécurité des installations intérieures de gaz naturel et, le cas échéant, une aide pour leur mise en conformité.
              Les modalités d’application du présent article sont précisées par décret en Conseil d’Etat.

            • SOUS SECTION 2 : COMPENSATION DES CHARGES RESULTANT DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC

              Les charges imputables aux obligations de service public assignées aux fournisseurs de gaz naturel portant sur la fourniture de gaz naturel à un tarif spécial de solidarité sont compensées selon les modalités prévues de la présente sous-section.

              Les charges mentionnées à l’article L. 121-35 comprennent les pertes de recettes et les coûts supportés par les fournisseurs de gaz naturel en raison de la mise en œuvre du tarif spécial de solidarité mentionné à l’article L. 445-5.
              Elles sont calculées sur la base d’une comptabilité tenue par les fournisseurs qui les supportent. Cette comptabilité, établie selon des règles définies par la Commission de régulation de l’énergie, est contrôlée aux frais des opérateurs qui supportent ces charges par leur commissaire aux comptes ou, pour les régies, par leur comptable public. La Commission de régulation de l’énergie peut, aux frais de l’opérateur, faire contrôler cette comptabilité par un organisme indépendant qu’elle choisit.

              La compensation de ces charges, au profit des opérateurs qui les supportent, est assurée par des contributions dues par les fournisseurs de gaz naturel.
              Le montant de ces contributions est calculé au prorata de la quantité de gaz naturel vendue par ces fournisseurs aux consommateurs finals.

              Le montant de la contribution applicable à chaque kilowattheure est calculé de sorte que les contributions couvrent l’ensemble des charges mentionnées à l’article L. 121-35 ainsi que les frais de gestion exposés par la Caisse des dépôts et consignations.
              La contribution applicable à chaque kilowattheure ne peut dépasser 2 % du tarif réglementé de vente du kilowattheure, hors abonnement et hors taxes, applicable à un consommateur final domestique chauffé individuellement au gaz naturel.
              Le ministre chargé de l’énergie fixe ce montant chaque année par un arrêté pris sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie. A défaut d’entrée en vigueur d’un nouvel arrêté, le dernier montant fixé est applicable aux exercices suivants.

              Les fournisseurs, pour lesquels le montant de la contribution due est supérieur au coût des charges de service public mentionnées à l’article L. 121-35 qu’ils supportent, versent périodiquement à la Caisse des dépôts et consignations la différence entre cette contribution et ce coût. La Caisse des dépôts et consignations reverse, selon la même périodicité, aux fournisseurs pour lesquels le montant de la contribution due est inférieur au coût des charges de service public supportées, la différence entre ce coût et cette contribution.

              Sans préjudice des sanctions prévues à l’article L. 121-42, en cas de défaut ou d’insuffisance de paiement de la différence devant être versée par un fournisseur dans un délai de deux mois à compter de la date à laquelle elle est due, la Commission de régulation de l’énergie adresse à ce fournisseur une lettre de rappel assortie d’une pénalité de retard dont le taux est fixé à 10 % du montant dû.

              Lorsque le montant de la totalité des contributions dues par les fournisseurs ne correspond pas au montant constaté des charges de l’année mentionnées à l’article L. 121-35 qu’ils supportent, la régularisation intervient l’année suivante au titre des charges dues pour cette année. Si les sommes dues ne sont pas recouvrées au cours de l’année, elles sont ajoutées au montant des charges de l’année suivante.

              L’autorité administrative peut prononcer dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements aux obligations énoncées à la présente sous-section.

              Les charges imputables aux obligations de service public assignées aux fournisseurs de gaz naturel au titre de l’obligation d’achat de biogaz sont compensées. Elles comprennent le surcoût de l’achat du biogaz par rapport au coût d’approvisionnement en gaz naturel.
              La compensation de ces charges, au profit des opérateurs qui les supportent, est assurée par des contributions dues par les fournisseurs de gaz naturel. Le montant de ces contributions est calculé au prorata de la quantité de gaz naturel vendue par ces fournisseurs aux consommateurs finals.
              Ces compensations sont recouvrées selon les modalités prévues à la présente sous-section.

              Un décret en Conseil d’Etat précise les conditions d’application de la présente sous-section.

          • SECTION 3 : MISE EN ŒUVRE CONTRACTUELLE DES OBLIGATIONS DE SERVICE PUBLIC

            L’Etat, les communes ou leurs établissements publics de coopération organisent, chacun pour ce qui le concerne, le service public de l’électricité et le service public du gaz.
            Les ministres chargés respectivement de l’énergie et de l’économie ainsi que les autorités organisatrices de la distribution de l’électricité et du gaz veillent, chacun en ce qui le concerne, au bon accomplissement des missions du service public de l’électricité et du service public du gaz naturel définies au présent chapitre ainsi que, dans le respect des compétences propres de la Commission de régulation de l’énergie, au bon fonctionnement des marchés.

            I. ― Les objectifs et les modalités permettant d’assurer la mise en œuvre des missions de service public définies aux sections 1 et 2 du présent chapitre font l’objet de contrats conclus entre l’Etat, d’une part, et Electricité de France, GDF-Suez ainsi que les sociétés gestionnaires des réseaux de transport et de distribution, d’autre part, chacune à raison des missions de service public qui lui sont assignées, sans préjudice des contrats de concession mentionnés à l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales.
            II. ― Les contrats prévus au I portent, notamment, sur :
            1° Les exigences de service public en matière de sécurité d’approvisionnement, de régularité et de qualité du service rendu aux consommateurs ;
            2° Les moyens permettant d’assurer l’accès au service public ;
            3° Les modalités d’évaluation des coûts entraînés par la mise en œuvre du contrat et de compensation des charges correspondantes ;
            4° L’évolution pluriannuelle des tarifs réglementés de vente de l’électricité et du gaz ;
            5° La politique de recherche et développement des entreprises ;
            6° La politique de protection de l’environnement, incluant l’utilisation rationnelle des énergies et la lutte contre l’effet de serre ;
            7° Les objectifs pluriannuels en matière d’enfouissement des réseaux publics de distribution d’électricité ;
            8° Le cas échéant, les modalités de mise en œuvre d’une gestion coordonnée des ouvrages hydroélectriques dans le cadre des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux ;
            9° L’amélioration de la desserte en gaz naturel du territoire, définie en concertation avec le représentant des autorités mentionnées à l’article L. 2224-31 du code général des collectivités territoriales conformément à l’obligation de service public relative au développement équilibré du territoire mentionnée à l’article L. 121-32.
            III. ― Ces contrats définissent, pour chacun des objectifs identifiés au II, des indicateurs de résultats. Ces contrats et l’évolution de ces indicateurs font l’objet d’un rapport triennal transmis au Parlement.
            IV. ― Ces contrats se substituent, le cas échéant, à l’ensemble des contrats mentionnés à l’article 140 de la loi n° 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques.

            L’Etat peut également conclure avec les autres entreprises du secteur de l’électricité et du gaz assumant des missions de service public, des contrats précisant les objectifs et les modalités de mise en œuvre de ces dernières.

        • CHAPITRE II : LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS D’ELECTRICITE ET DE GAZ
          • SECTION 1 : LE MEDIATEUR NATIONAL DE L’ENERGIE

            Le médiateur national de l’énergie est chargé de recommander des solutions aux litiges entre les consommateurs et les fournisseurs d’électricité ou de gaz naturel et de participer à l’information des consommateurs d’électricité ou de gaz naturel sur leurs droits.
            Il ne peut être saisi que de litiges nés de l’exécution des contrats mentionnés à la section 12 du chapitre Ier du titre II du livre Ier du code de la consommation ou aux articles L. 332-2 et L. 442-2 du présent code et qui ont déjà fait l’objet d’une réclamation écrite préalable du consommateur auprès du fournisseur concerné, qui n’a pas permis de régler le différend dans un délai fixé par voie réglementaire.
            Il est saisi directement et gratuitement par le consommateur ou son mandataire. Il formule sa recommandation dans un délai fixé par voie réglementaire et motive sa réponse. Sa saisine suspend la prescription des actions en matière civile et pénale pendant ce délai.

            Le médiateur est nommé pour six ans par les ministres chargés respectivement de l’énergie et de la consommation. Son mandat n’est ni renouvelable ni révocable.

            Le médiateur rend compte de son activité, à leur demande, devant les commissions du Parlement compétentes en matière d’énergie ou de consommation.

            Le médiateur dispose de services placés sous son autorité. Il peut employer des fonctionnaires en position d’activité ou de détachement ainsi que des agents contractuels.

            La médiation nationale de l’énergie est dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Son budget est arrêté par les ministres chargés respectivement de l’économie, de l’énergie et de la consommation sur sa proposition. Les dispositions de la loi du 10 août 1922 relative à l’organisation du contrôle des dépenses engagées ne lui sont pas applicables.
            Elle perçoit pour son fonctionnement une part du produit de la contribution mentionnée à l’article L. 121-10.

          • SECTION 2 : AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AUX CONSOMMATEURS

            Les modalités selon lesquelles toute personne ou famille éprouvant des difficultés particulières a droit à une aide de la collectivité pour disposer de la fourniture d’énergie, dans les conditions fixées par la loi n° 90-449 du 31 mai 1990 visant à la mise en œuvre du droit au logement, sont énoncées à l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles.

            Les obligations imposées aux fournisseurs en vue de protéger les consommateurs d’électricité et de gaz sont énoncées aux chapitres II et III du titre III du livre III et aux chapitres II et III du titre IV du livre IV.

      • TITRE III : LA COMMISSION DE REGULATION DE L’ENERGIE
        • CHAPITRE IER : MISSIONS

          Dans le respect des compétences qui lui sont attribuées, la Commission de régulation de l’énergie concourt au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz naturel au bénéfice des consommateurs finals et en cohérence avec les objectifs de la politique énergétique fixés par l’article 1er de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique et par les articles 1er et 2 de la loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, notamment les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de maîtrise de l’énergie et de production d’énergie renouvelable.
          A ce titre, elle veille, en particulier, à ce que les conditions d’accès aux réseaux de transport et de distribution d’électricité et de gaz naturel n’entravent pas le développement de la concurrence.
          Elle assure le respect, par les gestionnaires et propriétaires de réseaux de transport et de distribution d’électricité et de gaz naturel et par les entreprises opérant dans les secteurs de l’électricité et du gaz, des obligations qui leur incombent en vertu des titres Ier et II du livre Ier et des livres III et IV du présent code.
          Elle contribue à garantir l’effectivité des mesures de protection des consommateurs.

          La Commission de régulation de l’énergie surveille, pour l’électricité et pour le gaz naturel, les transactions effectuées entre fournisseurs, négociants et producteurs, les transactions effectuées sur les marchés organisés ainsi que les échanges aux frontières.
          Elle surveille la cohérence des offres, y compris de garanties de capacités, faites par les producteurs, négociants et fournisseurs, notamment vers les consommateurs finals, avec leurs contraintes économiques et techniques, le cas échéant leurs conditions d’approvisionnement par l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique mentionné au même article. Elle peut formuler des avis et proposer toute mesure favorisant le bon fonctionnement et la transparence, notamment en matière de prix, du marché de détail.

          Dans le cadre de l’exercice de ses missions, la Commission de régulation de l’énergie surveille les transactions effectuées par les fournisseurs, négociants et producteurs d’électricité et de gaz naturel sur des quotas d’émission de gaz à effet de serre, tels que définis à l’article L. 229-15 du code de l’environnement, et sur les autres unités mentionnées au chapitre IX du titre II du livre II du même code, ainsi que sur les contrats et instruments financiers à terme dont ils constituent le sous-jacent, afin d’analyser la cohérence de ces transactions avec les contraintes économiques, techniques et réglementaires de l’activité de ces fournisseurs, négociants et producteurs d’électricité et de gaz naturel.

        • CHAPITRE II : ORGANISATION

          La Commission de régulation de l’énergie comprend un collège et un comité de règlement des différends et des sanctions.
          Hormis les cas d’attributions confiées expressément au comité de règlements des différends et des sanctions, les attributions confiées à la Commission de régulation de l’énergie ou à son président sont respectivement exercées par le collège ou par son président.
          Pour l’accomplissement des missions qui sont confiées à la Commission de régulation de l’énergie, le président de la commission et le président du comité ont respectivement qualité pour agir en justice au nom du collège et au nom du comité.

          Le collège est composé de cinq membres nommés en raison de leurs qualifications dans les domaines juridique, économique et technique. Le président est nommé par décret dans les conditions fixées par la loi organique n° 2010-837 du 23 juillet 2010 relative à l’application du cinquième alinéa de l’article 13 de la Constitution. Deux membres sont nommés par décret après avis des commissions du Parlement compétentes en matière d’énergie. Deux membres sont nommés respectivement par le président de l’Assemblée nationale et par le président du Sénat. Les membres du collège sont nommés pour six ans. Leur mandat n’est pas renouvelable.
          En cas de vacance d’un siège de membre du collège, il est procédé à son remplacement pour la durée du mandat restant à courir. Un mandat exercé pendant moins de deux ans n’est pas pris en compte pour l’application de la règle de non-renouvellement.
          Les fonctions de président et des autres membres du collège sont incompatibles avec tout mandat électif communal, départemental, régional, national ou européen et avec la détention, directe ou indirecte, d’intérêts dans une entreprise du secteur de l’énergie. Chaque membre du collège fait une déclaration d’intérêts au moment de sa désignation.

          Le comité de règlement des différends et des sanctions comprend quatre membres :
          1° Deux conseillers d’Etat désignés par le vice-président du Conseil d’Etat ;
          2° Deux conseillers à la Cour de cassation désignés par le premier président de la Cour de cassation.
          Les membres du comité sont nommés pour une durée de six ans non renouvelable. Le président est nommé par décret pour la durée de son mandat parmi les membres du comité.
          En cas de vacance d’un siège de membre du comité pour quelque cause que ce soit, il est procédé à son remplacement pour la durée du mandat restant à courir. Un mandat exercé pendant moins de deux ans n’est pas pris en compte pour l’application de la règle de non-renouvellement fixée à l’alinéa précédent.

          Les fonctions de membre du collège sont incompatibles avec celles de membre du comité.
          Les membres du collège ou du comité ne peuvent être nommés au-delà de l’âge de soixante-dix ans.

          Les membres du collège ou du comité ne prennent, à titre personnel, aucune position publique sur des sujets relevant de la compétence de la Commission de régulation de l’énergie.
          Le mandat des membres du collège et du comité n’est pas révocable, sous réserve des dispositions suivantes :
          1° Tout membre du collège ou du comité qui ne respecte pas les règles d’incompatibilité prévues à l’article L. 132-4 est déclaré démissionnaire d’office, après consultation du collège ou du comité, par arrêté du ministre chargé de l’énergie ;
          2° Il peut être mis fin aux fonctions d’un membre du collège ou du comité en cas d’empêchement constaté par le collège ou le comité dans des conditions prévues par leur règlement intérieur ;
          3° Il peut également être mis fin aux fonctions d’un membre du collège en cas de manquement grave à ses obligations par décret en conseil des ministres sur proposition du président d’une commission du Parlement compétente en matière d’énergie ou sur proposition du collège. Le cas échéant, la proposition du collège est adoptée à la majorité des membres le composant dans des conditions prévues par son règlement intérieur.
          Le président du collège ou du comité prend les mesures appropriées pour assurer le respect des obligations résultant du présent article.

        • CHAPITRE III : FONCTIONNEMENT

          Le collège et le comité délibèrent à la majorité des membres présents. En cas de partage égal des voix, celle du président est prépondérante.

          Le président et les autres membres du collège exercent leur fonction à plein temps.

          Lorsqu’ils sont occupés par un fonctionnaire, les emplois de président ou de membres du collège sont des emplois conduisant à pension au titre du code des pensions civiles et militaires de retraite.

          Un commissaire du Gouvernement auprès de la Commission de régulation de l’énergie, nommé par le ministre chargé de l’énergie, fait connaître les analyses du Gouvernement, en particulier en ce qui concerne la politique énergétique. Il ne peut être simultanément commissaire du Gouvernement auprès de GDF-Suez et de ses filiales issues de la séparation juridique prévue aux articles L. 111-7 et L. 111-57 ni chargé de suivre la gestion d’Electricité de France. Il se retire lors des délibérations de la commission.
          Il peut demander l’inscription à l’ordre du jour de la commission toute question intéressant la politique énergétique ou la sécurité et la sûreté des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ou la sécurité et la sûreté des ouvrages de transport, de distribution ou de stockage de gaz naturel et des installations de gaz naturel liquéfié.

          La Commission de régulation de l’énergie dispose de services qui sont placés sous l’autorité de son président ou, pour l’exercice des missions confiées au comité de règlement des différends et des sanctions, sous l’autorité du président du comité.
          Le collège et le comité établissent, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, chacun pour ce qui le concerne, un règlement intérieur qui est publié au Journal officiel.
          La commission peut employer des fonctionnaires en position d’activité ou de détachement. Elle peut également recruter des agents contractuels.
          La commission perçoit, le cas échéant, des rémunérations pour services rendus.
          La commission propose au ministre chargé de l’énergie et au ministre chargé des finances, lors de l’élaboration du projet de loi de finances, les crédits nécessaires, outre les ressources mentionnées à l’alinéa précédent, à l’accomplissement de ses missions. Ces crédits sont inscrits au budget général de l’Etat. Les dispositions de la loi du 10 août 1922 relative à l’organisation du contrôle des dépenses engagées ne sont pas applicables à leur gestion. Le président de la commission est ordonnateur des recettes et des dépenses. La commission est soumise au contrôle de la Cour des comptes.

          Les membres et agents de la Commission de régulation de l’énergie exercent leurs fonctions en toute impartialité, sans recevoir d’instruction du Gouvernement, ni d’aucune institution, personne, entreprise ou organisme.
          Les membres et agents de la Commission de régulation de l’énergie sont tenus au secret professionnel pour les faits, actes et renseignements dont ils ont pu avoir connaissance en raison de leurs fonctions. En particulier, les membres et agents de la commission ne communiquent pas les documents administratifs qui sont protégés par la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public et diverses dispositions d’ordre administratif, social et fiscal.
          Le non-respect du secret professionnel, établi par une décision de justice, entraîne la cessation d’office des fonctions au sein de la Commission de régulation de l’énergie.
          L’obligation de secret professionnel ne fait pas obstacle à la communication par la Commission de régulation de l’énergie des informations ou documents qu’elle détient aux commissions du Parlement compétentes en matière d’énergie, à l’Autorité des marchés financiers ou à une autorité d’un autre Etat membre de l’Union européenne exerçant des compétences analogues à celles de la Commission de régulation de l’énergie, sous réserve de réciprocité et à condition que ses membres et ses agents soient astreints aux mêmes obligations de secret professionnel que celles définies au présent article.

        • CHAPITRE IV : ATTRIBUTIONS
          • SECTION 1 : DECISIONS

            Dans le respect des dispositions législatives et réglementaires, la Commission de régulation de l’énergie précise, par décision publiée au Journal officiel de la République française, les règles concernant :
            1° Les missions des gestionnaires de réseaux publics de transport et de distribution d’électricité en matière d’exploitation et de développement des réseaux ;
            2° Les conditions de raccordement aux réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ;
            3° Les conditions d’accès aux réseaux et de leur utilisation y compris la méthodologie de calcul des tarifs d’utilisation des réseaux et les évolutions de ces tarifs ;
            4° La mise en œuvre et l’ajustement des programmes d’appel, d’approvisionnement et de consommation, et la compensation financière des écarts ;
            5° La conclusion de contrats d’achat et de réservation par les gestionnaires de réseaux publics de transport ou de distribution, en application des articles L. 321-11 et L. 321-12 ;
            6° Les périmètres de chacune des activités comptablement séparées, les règles d’imputation comptable appliquées pour obtenir les comptes séparés et les principes déterminant les relations financières entre ces activités, conformément aux dispositions de la section 6 du chapitre Ier du titre Ier du livre Ier ;
            7° La méthode de calcul des coûts de production de l’électricité nucléaire historique mentionnés à l’article L. 337-14 et les règles de calcul et d’ajustement des droits des fournisseurs à l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique prévu à l’article L. 336-1 ;
            8° Les conditions d’accès et de raccordement aux réseaux publics des nouvelles interconnexions mentionnées à l’article 17 du règlement (CE) n° 714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 sur les conditions d’accès au réseau pour les échanges transfrontaliers d’électricité.

            Dans le respect des dispositions législatives et réglementaires, la Commission de régulation de l’énergie précise, par décision publiée au Journal officiel, les règles concernant :
            1° Les missions des gestionnaires de réseaux de transport et de distribution de gaz naturel en matière d’exploitation et de développement de ces réseaux ;
            2° Les missions des gestionnaires des installations de gaz naturel liquéfié et celles des opérateurs de stockages souterrains de gaz naturel ;
            3° Les conditions de raccordement aux réseaux de transport et de distribution de gaz naturel ;
            4° Les conditions d’utilisation des réseaux de transport et de distribution de gaz naturel et des installations de gaz naturel liquéfié y compris la méthodologie d’établissement des tarifs d’utilisation de ces réseaux et de ces installations et les évolutions tarifaires ;
            5° La conclusion de contrats d’achat, que négocie tout transporteur, tout distributeur de gaz naturel ou tout exploitant d’installations de gaz naturel liquéfié pour sa fourniture en gaz naturel, et de protocoles par les gestionnaires de réseaux de transport ou de distribution de gaz naturel ;
            6° Les périmètres de chacune des activités faisant l’objet d’une séparation comptable en application des dispositions de la section 6 du chapitre Ier du titre Ier du livre Ier, les règles d’imputation comptable appliquées pour obtenir les comptes séparés et les principes déterminant les relations financières entre ces activités.

            La commission approuve :
            1° La liste des emplois mentionnée aux 1° et 2° du I de l’article L. 111-30, les accords, contrats ou décisions mentionnés aux articles L. 111-17, L. 111-36 et L. 111-37 ;
            2° Les programmes annuels d’investissements mentionnés aux II de l’article L. 321-6 et de l’article L. 431-6 ;
            3° Les modalités de participation et règles de détermination de la rémunération des capacités de réglage de la fréquence ou de la tension mentionnées à l’article L. 321-11 ;
            4° Les règles techniques et financières élaborées par les opérateurs et relatives à l’équilibrage des réseaux de gaz naturel et à la couverture des besoins mentionnées aux articles L. 431-4, L. 431-5 et L. 431-8 ;
            5° Les conditions techniques et commerciales relatives au raccordement au réseau de transport de gaz prévues aux articles L. 453-2 et L. 453-6.

            La Commission de régulation de l’énergie calcule le volume maximal d’électricité nucléaire historique pouvant être cédé à un fournisseur en application de l’article L. 336-3 répartit, si nécessaire, entre les fournisseurs le volume global maximal mentionné au même article et fixe le complément de prix à acquitter dans le cas prévu à l’article L. 336-5.

            La Commission de régulation de l’énergie propose les conditions et prix de vente de l’électricité nucléaire historique aux fournisseurs, conformément aux articles L. 336-2 et L. 337-13, les tarifs de cession aux entreprises locales de distribution, conformément à l’article L. 337-10, ainsi que les tarifs réglementés de vente d’électricité prévus à l’article L. 337-4.

            La commission peut s’opposer aux actes ou décisions mentionnés aux articles L. 111-25, L. 111-28 et L. 111-29 et aux méthodes de calcul des barèmes de raccordement mentionnées aux articles L. 342-8 et L. 453-1.

            La commission peut imposer aux gestionnaires des réseaux de transport de gaz et d’électricité la modification du plan ou du schéma décennal de développement du réseau.

            La commission peut, dans les cas prévus aux articles L. 321-6 et L. 431-6, mettre en demeure le gestionnaire du réseau de transport qui n’a pas réalisé un investissement prévu au plan ou au schéma décennal et, en cas de carence de celui-ci, procéder à un appel d’offres pour la réalisation de cet investissement.

            La Commission de régulation de l’énergie consulte le Conseil supérieur de l’énergie préalablement aux décisions, dont la liste est déterminée par décret en Conseil d’Etat, pouvant avoir une incidence importante sur les objectifs de la politique énergétique visés à l’article 1er de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique.

          • SECTION 2 : RAPPORTS, AVIS, CONSULTATIONS ET PROPOSITIONS

            La Commission de régulation de l’énergie est préalablement consultée sur les projets de dispositions à caractère réglementaire relatifs à l’accès aux réseaux publics de transport et de distribution d’électricité, aux ouvrages de transport et de distribution de gaz naturel et aux installations de gaz naturel liquéfié et à leur utilisation. Elle est également consultée sur le projet de décret en Conseil d’Etat fixant les obligations d’Electricité de France et des fournisseurs bénéficiant de l’électricité nucléaire historique et les conditions de calcul des volumes et conditions d’achat de cette dernière prévu à l’article L. 336-10.

            Les avis et propositions de la Commission de régulation de l’énergie sont motivés. Lorsque l’autorité administrative prend sa décision après avis, ou sur proposition de la commission, elle doit procéder à la publication de ces avis ou propositions ou, s’il s’agit d’une décision individuelle, à leur notification à l’intéressé.

            La commission est associée, à la demande du ministre chargé de l’énergie, à la préparation de la position française dans les négociations internationales dans les domaines de l’électricité et du gaz naturel. Elle participe, à la demande du ministre chargé de l’énergie, à la représentation française dans les organisations internationales et européennes compétentes en ces domaines.

            La Commission de régulation de l’énergie coopère avec l’agence de coopération des régulateurs de l’énergie instituée par le règlement (CE) n° 713/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009 instituant une agence de coopération des régulateurs de l’énergie, ainsi qu’avec les autorités de régulation des autres Etats membres de l’Union européenne ; elle peut conclure des accords de coopération avec ces dernières.

            Le président de la Commission de régulation de l’énergie rend compte des activités de la commission devant les commissions permanentes du Parlement compétentes en matière d’énergie, à leur demande.

            La Commission de régulation de l’énergie publie chaque année un rapport sur le respect, par les gestionnaires de réseaux de transport et de distribution d’électricité et de gaz, des codes de bonne conduite ainsi qu’une évaluation de l’indépendance des gestionnaires de ces réseaux.
            Elle propose, en tant que de besoin, au gestionnaire concerné, des mesures propres à garantir son indépendance.

            Le président de Commission de régulation de l’énergie saisit l’Autorité de la concurrence des abus de position dominante et des pratiques entravant le libre exercice de la concurrence dont il a connaissance dans les secteurs de l’électricité ou du gaz naturel, notamment lorsqu’il estime que ces pratiques sont prohibées par les articles L. 420-1 et L. 420-2 du code de commerce. Cette saisine peut être introduite dans le cadre d’une procédure d’urgence, conformément à l’article L. 464-1 du code de commerce. Il peut également le saisir, pour avis, de toute autre question relevant de sa compétence.
            L’Autorité de la concurrence communique à la Commission de régulation de l’énergie toute saisine entrant dans le champ des compétences de celle-ci. Elle peut également saisir la commission, pour avis, de toute question relative aux secteurs de l’électricité ou du gaz naturel. Lorsqu’elle est consultée, en application du présent alinéa, par l’Autorité de la concurrence sur des pratiques dont cette dernière est saisie dans le secteur de l’électricité ou du gaz, la Commission de régulation de l’énergie joint à son avis, dans le délai imparti, tous les éléments utiles à l’instruction de l’affaire qui sont en sa possession.

            La Commission de régulation de l’énergie et l’Autorité des marchés financiers coopèrent entre elles. Elles se communiquent les renseignements utiles à l’accomplissement de leurs missions respectives.
            La Commission de régulation de l’énergie saisit l’Autorité des marchés financiers des possibles manquements aux obligations résultant des dispositions législatives ou réglementaires ou des règles professionnelles relatives aux opérations d’initiés, manipulations de cours et diffusions de fausses informations, ou tout autre manquement de nature à porter atteinte au bon fonctionnement du marché des transactions portant sur des quotas d’émission de gaz à effet de serre définis à l’article L. 229-15 du code de l’environnement ou sur d’autres unités mentionnées au chapitre IX du titre II du livre II du même code, dont elle prend connaissance dans l’exercice de ses missions.
            Lorsqu’elle est consultée en application de l’article L. 621-21 du code monétaire et financier par l’Autorité des marchés financiers sur une question relevant de sa compétence, la Commission de régulation de l’énergie joint à son avis tous les éléments utiles qui sont en sa possession.

            Pour l’accomplissement des missions qui lui sont confiées, la Commission de régulation de l’énergie recueille toutes les informations nécessaires auprès des ministres chargés de l’économie, de l’environnement et de l’énergie, auprès des gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité, des opérateurs des ouvrages de transport ou de distribution de gaz naturel et des exploitants des installations de gaz naturel liquéfié, des fournisseurs de consommateurs finals sur le territoire métropolitain continental bénéficiant de l’accès régulé à l’électricité nucléaire historique mentionné à l’article L. 336-1, des exploitants de réseaux de transport et de stockage géologique de dioxyde de carbone ainsi qu’auprès des autres entreprises intervenant sur le marché de l’électricité ou du gaz naturel ou du captage, transport et stockage géologique de dioxyde de carbone. Elle peut également entendre toute personne dont l’audition lui paraît susceptible de contribuer à son information.

          • SECTION 3 : REGLEMENT DES DIFFERENDS

            Le comité de règlement des différends et des sanctions peut être saisi en cas de différend :
            1° Entre les gestionnaires et les utilisateurs des réseaux publics de transport ou de distribution d’électricité ;
            2° Entre les opérateurs et les utilisateurs des ouvrages de transport et de distribution de gaz naturel ;
            3° Entre les exploitants et les utilisateurs des installations de stockage de gaz naturel ou entre les exploitants et les utilisateurs des installations de gaz naturel liquéfié ;
            4° Entre les exploitants et les utilisateurs des installations de transport et de stockage géologique de dioxyde de carbone.
            Ces différends portent sur l’accès auxdits réseaux, ouvrages et installations ou à leur utilisation, notamment en cas de refus d’accès ou de désaccord sur la conclusion, l’interprétation ou l’exécution des contrats mentionnés aux articles L. 111-91 à L. 111-94, L. 321-11 et L. 321-12, ou des contrats relatifs aux opérations de transport et de stockage géologique de dioxyde de carbone mentionnés à l’article L. 229-49 du code de l’environnement.
            La saisine du comité est à l’initiative de l’une ou l’autre des parties.
            Le comité peut également être saisi en cas de différend, portant sur le respect des règles d’indépendance fixées à la section 1 du titre Ier du présent livre, intervenant entre les gestionnaires de réseaux d’électricité ou de gaz naturel et une des sociétés appartenant à l’entreprise verticalement intégrée, telle que définie à l’article L. 111-10, à laquelle les gestionnaires de réseaux appartiennent.

            Dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, le comité se prononce dans un délai de deux mois, après avoir diligenté, si nécessaire, une enquête dans les conditions fixées aux articles L. 135-3 et L. 135-4 et mis les parties à même de présenter leurs observations. Le délai peut être porté à quatre mois si la production de documents est demandée à l’une ou l’autre des parties. Ce délai de quatre mois peut être prorogé sous réserve de l’accord de la partie plaignante.
            La décision du comité, qui peut être assortie d’astreintes, est motivée et précise les conditions d’ordre technique et financier de règlement du différend dans lesquelles l’accès aux réseaux, ouvrages et installations mentionnés à l’article L. 134-19 ou leur utilisation sont, le cas échéant, assurés.
            Lorsque cela est nécessaire pour le règlement du différend, le comité peut fixer, de manière objective, transparente, non discriminatoire et proportionnée, les modalités de l’accès auxdits réseaux, ouvrages et installations ou les conditions de leur utilisation.
            Sa décision est notifiée aux parties et publiée au Journal officiel de la République française, sous réserve des secrets protégés par la loi.

            Les décisions prises par le comité de règlement des différends et des sanctions en application de l’article L. 134-20 sont susceptibles de recours en annulation ou en réformation.
            Le recours n’est pas suspensif. Toutefois, le sursis à exécution de la décision peut être ordonné par le juge, si celle-ci est susceptible d’entraîner des conséquences manifestement excessives ou s’il est survenu, postérieurement à sa notification, des faits nouveaux d’une exceptionnelle gravité.

            En cas d’atteinte grave et immédiate aux règles régissant l’accès aux réseaux, ouvrages et installations mentionnés à l’article L. 134-19 ou à leur utilisation, le comité peut, après avoir entendu les parties en cause, ordonner les mesures conservatoires nécessaires en vue notamment d’assurer la continuité du fonctionnement des réseaux. Ces mesures peuvent comporter la suspension des pratiques portant atteinte aux règles régissant l’accès auxdits réseaux, ouvrages et installations ou à leur utilisation.

            Les mesures conservatoires ordonnées par le comité de règlement des différends et des sanctions peuvent faire l’objet d’un recours en annulation ou en réformation.

            Les recours contre les décisions et mesures conservatoires prises par le comité de règlement des différends et des sanctions en application de la présente section sont de la compétence de la cour d’appel de Paris.

          • SECTION 4 : POUVOIR DE SANCTION

            Le comité de règlement des différends et des sanctions peut soit d’office, soit à la demande du ministre chargé de l’énergie, de l’environnement, d’une organisation professionnelle, d’une association agréée d’utilisateurs ou de toute autre personne concernée, sanctionner les manquements mentionnés aux titres Ier et II du présent livre et aux livres III et IV qu’il constate de la part des gestionnaires de réseaux publics de transport ou de distribution d’électricité, des opérateurs des ouvrages de transport ou de distribution de gaz naturel ou des exploitants des installations de stockage de gaz naturel ou des installations de gaz naturel liquéfié ou des exploitants de réseaux de transport et de stockage géologique de dioxyde de carbone ou des utilisateurs de ces réseaux, ouvrages et installations, y compris les fournisseurs d’électricité, dans les conditions fixées aux articles suivants.
            Le comité de règlement des différends et des sanctions peut également, soit d’office, soit à la demande du ministre chargé de l’énergie, sanctionner les manquements répétés qu’il constate de la part du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité ou d’un gestionnaire de réseau de transport de gaz naturel ou de la part des autres sociétés de l’entreprise verticalement intégrée, telle que définie à l’article L. 111-10, à laquelle appartient ce gestionnaire de réseau, aux règles d’indépendance mentionnées à la section 1 du chapitre Ier du titre Ier du présent livre, à l’obligation annuelle d’actualisation du schéma décennal de développement du réseau mentionné à l’article L. 321-6 ou du plan décennal de développement du réseau mentionné à l’article L. 431-6 ou au refus de réaliser un investissement prévu dans ce schéma ou dans ce plan.

            En cas d’abus du droit d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique mentionné à l’article L. 336-1 ou d’entrave à l’exercice de ce droit ou en cas de manquement d’un gestionnaire, d’un opérateur, d’un exploitant ou d’un utilisateur d’un réseau, d’un ouvrage ou d’une installation mentionné à l’article L. 134-19, à une disposition législative ou réglementaire relative à l’accès auxdits réseaux, ouvrages et installations ou à leur utilisation, à une décision prise par la Commission de régulation de l’énergie ou à une règle d’imputation, à un périmètre ou à un principe approuvés par elle en application des dispositions de la section 6 du chapitre Ier du titre Ier du livre Ier, ou aux règles et obligations mentionnées au deuxième alinéa de l’article L. 134-25, le comité met l’auteur de l’abus, de l’entrave ou du manquement en demeure de se conformer à ces dispositions législatives ou réglementaires ou à ces décisions ou règles et obligations dans un délai déterminé. Il peut rendre publique cette mise en demeure. Est regardé comme un abus du droit d’accès régulé à l’électricité nucléaire historique tout achat d’électricité nucléaire historique dans le cadre du dispositif d’accès régulé à celle-ci sans intention de constituer un portefeuille de clients y ouvrant droit, en particulier tout achat de quantités d’électricité nucléaire historique excédant substantiellement celles nécessaires à l’approvisionnement de sa clientèle et sans rapport avec la réalité du développement de son activité et les moyens consacrés à celui-ci, et plus généralement toute action participant directement ou indirectement au détournement des capacités d’électricité nucléaire historique à prix régulé.

            Lorsque l’intéressé ne se conforme pas dans les délais fixés à cette mise en demeure, le comité peut prononcer à son encontre, en fonction de la gravité du manquement :
            1° Soit une interdiction temporaire d’accès aux réseaux, ouvrages et installations mentionnés à l’article L. 134-19 pour une durée n’excédant pas un an ;
            2° Soit, si le manquement n’est pas constitutif d’une infraction pénale, une sanction pécuniaire, dont le montant est proportionné à la gravité du manquement, à la situation de l’intéressé, à l’ampleur du dommage et aux avantages qui en sont tirés.
            Ce montant ne peut excéder 3 % du chiffre d’affaires hors taxes lors du dernier exercice clos, porté à 5 % en cas de nouvelle violation de la même obligation dans le cas d’un manquement aux obligations de transmission d’informations ou de documents ou à l’obligation de donner accès à la comptabilité, ainsi qu’aux informations économiques, financières et sociales prévues à l’article L. 135-1. A défaut d’activité permettant de déterminer ce plafond, le montant de la sanction ne peut excéder 100 000 euros, porté à 250 000 euros en cas de nouvelle violation de la même obligation.
            Dans le cas des autres manquements, il ne peut excéder 8 % du chiffre d’affaires hors taxes lors du dernier exercice clos, porté à 10 % en cas de nouvelle violation de la même obligation. A défaut d’activité permettant de déterminer ce plafond, le montant de la sanction ne peut excéder 150 000 euros, porté à 375 000 euros en cas de nouvelle violation de la même obligation.
            Si le manquement a déjà fait l’objet d’une sanction pécuniaire au titre d’une autre législation, la sanction pécuniaire éventuellement prononcée par le comité est limitée de sorte que le montant global des sanctions pécuniaires ne dépasse pas le montant le plus élevé de l’une des sanctions encourues.

            Les sanctions énumérées à l’article L. 134-27 sont également encourues lorsque le gestionnaire, l’opérateur, l’exploitant ou l’utilisateur d’un réseau, d’un ouvrage ou d’une installation ou le fournisseur d’électricité mentionné à l’article L. 134-25 ne s’est pas conformé dans les délais requis à une décision prise par le comité en application de l’article L. 134-20, sans qu’il y ait lieu de le mettre préalablement en demeure.

            En cas de manquement, soit d’un gestionnaire, d’un opérateur ou d’un exploitant d’un réseau, d’un ouvrage ou d’une installation mentionné à l’article L. 134-25, soit d’une autre entreprise exerçant une activité dans le secteur de l’électricité ou du gaz naturel ou du transport et du stockage géologique de dioxyde de carbone, aux obligations de communication de documents et d’informations, ou à l’obligation de donner accès à leur comptabilité, ainsi qu’aux informations économiques, financières et sociales prévues à l’article L. 135-1, la Commission de régulation de l’énergie met l’intéressé en demeure de s’y conformer dans un délai qu’elle détermine.
            Lorsque l’intéressé ne se conforme pas à cette mise en demeure dans le délai fixé ou fournit des renseignements incomplets ou erronés, le comité de règlement des différends et des sanctions peut prononcer à son encontre les sanctions prévues à l’article L. 134-27.

            En cas de manquements persistants de la part du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité ou d’un gestionnaire de réseau de transport de gaz naturel, aux règles d’indépendance, et plus particulièrement en cas de comportement discriminatoire répété au bénéfice de l’entreprise verticalement intégrée à laquelle il appartient, la Commission de régulation de l’énergie peut, après mise en demeure restée sans effet, confier, tout ou partie, des tâches assurées par le gestionnaire de réseau de transport à une société tierce répondant aux exigences fixées au I de l’article L. 111-8. La société exerce ces missions en conformité avec les dispositions du titre II du livre III pour le transport d’électricité ou du titre III du livre IV pour le transport du gaz naturel.

            Les sanctions énumérées à l’article L. 134-27 sont prononcées après que le gestionnaire, l’opérateur, l’exploitant ou l’utilisateur d’un réseau, d’un ouvrage ou d’une installation ou le fournisseur d’électricité a reçu notification des griefs et a été mis à même de consulter le dossier et de présenter ses observations écrites et verbales, assisté par une personne de son choix.

            Les sanctions pécuniaires sont recouvrées comme les créances de l’Etat étrangères à l’impôt et au domaine.

            L’instruction et la procédure devant le comité de règlement des différends et des sanctions sont contradictoires.
            Le comité de règlement des différends et des sanctions ne peut être saisi de faits remontant à plus de trois ans s’il n’a été fait aucun acte tendant à leur recherche, leur constatation ou leur sanction.

            Les décisions de sanction sont motivées, notifiées à l’intéressé. En fonction de la gravité du manquement elles peuvent être publiées au Journal officiel de la République française.
            Elles peuvent faire l’objet d’un recours de pleine juridiction et d’une demande de sursis à exécution devant le Conseil d’Etat.

        • CHAPITRE V : POUVOIRS D’ENQUETE ET DE CONTROLE
          • SECTION 1 : DROIT D’ACCES A LA COMPTABILITE DES ENTREPRISES

            Pour l’application des dispositions du présent code relatives au secteur de l’électricité et au secteur du gaz, la Commission de régulation de l’énergie a, dans les conditions définies aux articles L. 135-3 à L. 135-11, le droit d’accès, quel qu’en soit le support, à la comptabilité des entreprises exerçant une activité dans le secteur de l’électricité et du gaz naturel ainsi qu’aux informations économiques, financières et sociales nécessaires à sa mission de contrôle.

            Dans le cadre des enquêtes prévues à l’article L. 135-3, la Commission de régulation de l’énergie peut se faire assister par des personnes appartenant à des organismes spécialisés. Ces personnes sont désignées par le président de la commission pour une mission de contrôle déterminée et pour une durée limitée.

          • SECTION 2 : ENQUETES ET EXPERTISES

            Les agents de la Commission de régulation de l’énergie habilités à cet effet par le président procèdent aux enquêtes nécessaires pour l’accomplissement des missions confiées à la commission.
            Les enquêtes donnent lieu à procès-verbal. Un double en est transmis dans les cinq jours aux parties intéressées.
            La Commission de régulation de l’énergie désigne toute personne compétente pour réaliser, le cas échéant, une expertise.

            Les agents mentionnés à l’article L. 135-3 accèdent à toutes les informations utiles détenues par le gestionnaire du réseau public de transport d’électricité et obtiennent de lui tout renseignement ou toute justification. Ils peuvent accéder à tous locaux à usage professionnel ouverts au public relevant de ce gestionnaire, à l’exclusion des domiciles et parties domiciliaires de locaux professionnels, et procéder à toutes constatations.
            Ces agents ont également accès aux établissements, terrains, locaux et véhicules professionnels, à l’exclusion des domiciles et parties domiciliaires de locaux professionnels, qui relèvent du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité, des entreprises exerçant une activité de production, de distribution, de négoce ou de fourniture d’électricité ou de gaz naturel, une activité de transport ou de stockage de gaz naturel ou une activité de traitement de gaz naturel liquéfié ou une activité de captage, transport et stockage géologique de dioxyde de carbone. Ils peuvent pénétrer dans ces lieux aux heures et selon les modalités habituelles d’ouverture.
            Ils reçoivent, à leur demande, communication des documents comptables et factures, de toute pièce ou document utile, en prennent copie, et recueillent, sur convocation ou sur place, les renseignements et justifications propres à l’accomplissement de leur mission.

            En dehors des cas mentionnés à l’article L. 135-4 ou lorsque l’accès à des locaux professionnels leur est refusé ou lorsque ceux-ci comprennent des parties à usage d’habitation, les fonctionnaires et agents habilités en vertu du même article ne peuvent procéder aux visites en tous lieux, ainsi qu’à la saisie de pièces et de documents, dans le cadre d’enquêtes demandées par la Commission de la régulation de l’énergie, que sur autorisation judiciaire dans les conditions définies ci-après.
            La visite est autorisée par ordonnance du juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance dans le ressort duquel sont situés les lieux à visiter.
            L’ordonnance comporte l’adresse des lieux à visiter, le nom et la qualité du ou des fonctionnaires ou agents habilités à procéder aux opérations de visite et de saisie ainsi que les heures auxquelles ils sont autorisés à se présenter.
            L’ordonnance est exécutoire au seul vu de la minute.

            L’ordonnance est notifiée sur place, au moment de la visite, à l’occupant des lieux ou à son représentant qui en reçoit copie intégrale contre récépissé ou émargement au procès-verbal de visite. En l’absence de l’occupant des lieux ou de son représentant, l’ordonnance est notifiée, après la visite, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception. La notification est réputée faite à la date de réception figurant sur l’avis. A défaut de réception, il est procédé à la signification de l’ordonnance par acte d’huissier de justice.
            L’acte de notification comporte mention des voies et délais de recours contre l’ordonnance ayant autorisé la visite et contre le déroulement des opérations de visite. Il mentionne également que le juge ayant autorisé la visite peut être saisi d’une demande de suspension ou d’arrêt de cette visite.

            La visite et la saisie de documents s’effectuent sous l’autorité et le contrôle du juge des libertés et de la détention qui les a autorisées. Le juge des libertés et de la détention peut, s’il l’estime utile, se rendre dans les locaux pendant l’intervention. A tout moment, il peut décider la suspension ou l’arrêt de la visite. La saisine du juge des libertés et de la détention aux fins de suspension ou d’arrêt des opérations de visite et de saisie n’a pas d’effet suspensif.

            La visite ne peut commencer avant 6 heures et après 21 heures. Elle est effectuée en présence de l’occupant des lieux ou de son représentant, qui peut se faire assister de l’avocat de son choix. En l’absence de l’occupant des lieux, les agents chargés de la visite ne peuvent procéder à celle-ci qu’en présence de deux témoins qui ne sont pas placés sous leur autorité.
            Les fonctionnaires et agents habilités, l’occupant des lieux ou son représentant peuvent seuls prendre connaissance des pièces et documents avant leur saisie.
            Un procès-verbal relatant les modalités et le déroulement de l’opération et consignant les constatations effectuées est dressé sur-le-champ par les agents habilités à procéder à la visite. Un inventaire des pièces et documents saisis lui est annexé s’il y a lieu. Le procès-verbal et l’inventaire sont signés par les agents habilités et l’occupant des lieux ou, le cas échéant, par son représentant et les témoins. En cas de refus de signer, mention en est faite au procès-verbal.
            Les originaux du procès-verbal et de l’inventaire sont, dès qu’ils ont été établis, adressés au juge qui a autorisé la visite. Une copie de ces mêmes documents est remise ou adressée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception à l’occupant des lieux ou à son représentant.
            Le procès-verbal et l’inventaire mentionnent le délai et les voies de recours.
            Les pièces saisies sont conservées pour les besoins de la procédure, à moins qu’une décision insusceptible de pourvoi en cassation par les parties n’en ordonne la restitution.

            L’ordonnance autorisant la visite peut faire l’objet d’un appel devant le premier président de la cour d’appel suivant les règles prévues par le code de procédure civile. Cet appel n’est pas soumis au ministère d’avocat.
            Cet appel est formé par déclaration remise ou adressée par pli recommandé au greffe de la cour dans un délai de quinze jours. Ce délai court à compter de la notification de l’ordonnance. Cet appel n’est pas suspensif.
            Le greffe du tribunal de grande instance transmet sans délai le dossier de l’affaire au greffe de la cour d’appel où les parties peuvent le consulter.
            L’ordonnance du premier président de la cour d’appel est susceptible d’un pourvoi en cassation, selon les règles prévues par le code de procédure civile. Le délai du pourvoi en cassation est de quinze jours.

            Le premier président de la cour d’appel connaît des recours contre le déroulement des opérations de visite ou de saisie autorisées par le juge des libertés et de la détention suivant les règles prévues par le code de procédure civile. Ces recours ne sont pas soumis au ministère d’avocat.
            Le recours est formé par déclaration remise ou adressée par pli recommandé au greffe de la cour dans un délai de quinze jours. Ce délai court à compter de la remise ou de la réception soit du procès-verbal, soit de l’inventaire, susmentionnés. Ce recours n’est pas suspensif.
            L’ordonnance du premier président de la cour d’appel est susceptible d’un pourvoi en cassation selon les règles prévues par le code de procédure civile. Le délai du pourvoi en cassation est de quinze jours.

            Les articles L. 135-5 à L. 135-10 sont reproduits dans l’acte de notification de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention autorisant la visite.

          • SECTION 3 : RECHERCHE ET CONSTATATION DES INFRACTIONS

            Les manquements mentionnés aux articles L. 134-26, L. 134-28 et L. 134-29 sont constatés par les fonctionnaires et agents mentionnés à l’article L. 135-3.
            Ces manquements font l’objet de procès-verbaux qui, ainsi que les sanctions maximales encourues, sont notifiés à la ou aux personnes concernées et communiqués à la Commission de régulation de l’énergie et au ministre de l’environnement dès lors que ces manquements ou sanctions portent sur les activités de transport ou de stockage géologique de dioxyde de carbone. La ou les personnes concernées sont invitées à présenter leurs observations écrites ou orales dans un délai de quinze jours à compter de cette notification, sans préjudice des droits prévus à l’article L. 134-31.

            Sont qualifiés pour procéder, dans l’exercice de leurs fonctions, à la recherche et à la constatation des infractions aux dispositions du présent code relatives au marché et au service public de l’électricité et du gaz, les agents de la Commission de régulation de l’énergie habilités par le président, mentionnés à l’article L. 135-3, et assermentés dans des conditions définies par décret en Conseil d’Etat.
            Pour la recherche et la constatation de ces infractions, ces fonctionnaires et agents disposent des pouvoirs d’enquête définis aux articles L. 135-3 et L. 135-4.
            Les infractions pénales prévues par les dispositions du présent code relatives au marché et au service public de l’électricité et du gaz sont constatées par des procès-verbaux qui sont adressés, sous peine de nullité, dans les cinq jours qui suivent leur clôture, au procureur de la République. Une copie en est remise dans le même délai à l’intéressé. Ces procès-verbaux font foi jusqu’à preuve contraire.
            Le procureur de la République est préalablement informé des opérations envisagées en vue de la recherche des infractions. Il peut s’opposer à ces opérations.

          • SECTION 4 : SANCTIONS PENALES POUR ENTRAVE AU CONTROLE

            Le fait de s’opposer de quelque façon que ce soit à l’exercice des fonctions dont les agents désignés à l’article L. 135-3 sont chargés ou de refuser de leur communiquer les éléments mentionnés aux articles L. 135-4 et L. 135-5 est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.

            Les personnes physiques coupables des infractions prévues à l’article L. 135-14 encourent également les peines complémentaires suivantes :
            1° La fermeture temporaire ou à titre définitif de l’un, de plusieurs, ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
            2° L’interdiction d’exercer l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise, suivant les modalités prévues par l’article 131-27 du code pénal ;
            3° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

            Les peines encourues par les personnes morales responsables des infractions mentionnées à l’article L. 135-14 sont :
            1° L’amende, suivant les modalités prévues à l’article 131-38 du code pénal ;
            2° La fermeture temporaire, pour une durée de cinq ans au plus, ou à titre définitif de l’un, de plusieurs, ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
            3° L’interdiction, à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, d’exercer directement ou indirectement l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise ;
            4° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

      • TITRE IV : LE ROLE DE L’ETAT
        • CHAPITRE IER : L’EVALUATION DES BESOINS ET LA PROGRAMMATION DES CAPACITES ENERGETIQUES
          • SECTION 1 : LA PROGRAMMATION DES CAPACITES DE PRODUCTION D’ELECTRICITE

            Afin de permettre l’élaboration par l’autorité administrative de la programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité, dont le périmètre tient compte de l’ensemble du territoire des zones non interconnectées au réseau public de transport d’électricité, le gestionnaire du réseau public de transport établit au moins tous les deux ans, sous le contrôle de l’Etat, un bilan prévisionnel pluriannuel. Ce bilan prend en compte les évolutions de la consommation, des capacités de transport, de distribution et des échanges avec les réseaux étrangers. Afin d’établir ce bilan, le gestionnaire du réseau public de transport a accès à toutes les informations utiles auprès des gestionnaires de réseaux publics de distribution, des producteurs, des fournisseurs et des consommateurs. Il préserve la confidentialité des informations ainsi recueillies.

            Les éléments figurant dans ce bilan, ses modalités d’élaboration et les conditions dans lesquelles le gestionnaire du réseau public de transport saisit l’autorité administrative des risques de déséquilibre entre les besoins nationaux et l’électricité disponible pour les satisfaire sont définis par voie réglementaire.

            Aux mêmes fins, les gestionnaires des réseaux publics de distribution des zones non interconnectées au réseau métropolitain continental élaborent un bilan prévisionnel de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité dans leur zone de desserte.

          • SECTION 2 : LA PROGRAMMATION DES CAPACITES D’APPROVISIONNEMENT EN GAZ NATUREL

            Cette section ne comprend pas de dispositions législatives.

          • SECTION 3 : LA PROGRAMMATION DES INVESTISSEMENTS POUR LA PRODUCTION DE CHALEUR

            Cette section ne comprend pas de dispositions législatives.

        • CHAPITRE II : LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE ENERGETIQUE
          • SECTION 1 : ACCES DU GOUVERNEMENT AUX INFORMATIONS NECESSAIRES A LA POLITIQUE ENERGETIQUE
            • SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES A TOUTES LES ENERGIES

              Toute personne physique ou morale qui produit, transporte, distribue, importe, stocke, exporte ou fournit de l’énergie adresse à l’autorité administrative les données relatives à son activité qui sont nécessaires :
              1° A l’application des dispositions du présent code relatives à la politique énergétique ;
              2° A l’établissement de statistiques aux fins d’élaboration de la politique énergétique ;
              3° A l’information des organismes spécialisés, dans le cadre des engagements internationaux de la France.
              A cette fin, le ministre chargé de l’énergie fixe, par arrêté, la liste des données à fournir.

              En outre, pour l’électricité, doivent également être adressées à l’autorité administrative toutes les données nécessaires au suivi de l’impact des dispositions du présent code relatives au secteur de l’électricité sur le niveau et la structure de l’emploi dans ce secteur.
              De même, pour le gaz naturel, les données comprennent toutes les informations nécessaires relatives aux investissements effectués en matière de sûreté.

              Les agents chargés de recueillir et d’exploiter les données mentionnées à l’article L. 142-1 sont tenus au secret professionnel.
              Les informations sont recueillies sans préjudice des dispositions de l’article 6 de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d’amélioration des relations entre l’administration et le public et diverses dispositions d’ordre administratif, social et fiscal.
              Toutefois, l’autorité administrative peut décider de rendre publiques les données relatives à la puissance raccordée aux réseaux publics de transport et de distribution d’électricité des installations de production d’électricité pour lesquelles a été conclu un contrat prévu à l’article L. 311-41.

            • SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ

              Pour l’accomplissement des missions qui lui sont confiées dans les secteurs de l’électricité et du gaz, le ministre chargé de l’énergie recueille les informations nécessaires auprès de la Commission de régulation de l’énergie, du ministre chargé de l’économie, auprès des gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité, des opérateurs des ouvrages de transport ou de distribution de gaz naturel et des exploitants des installations de gaz naturel liquéfié, ainsi qu’auprès des autres entreprises intervenant sur le marché de l’électricité ou du gaz naturel.

              Pour l’application des dispositions du présent code relatives au secteur de l’électricité et du gaz, les ministres chargés de l’énergie et de l’économie ont, dans les conditions définies aux articles L. 142-22 à L. 142-29, le droit d’accès, quel qu’en soit le support, à la comptabilité des entreprises exerçant une activité dans le secteur de l’électricité et du gaz naturel ainsi qu’aux informations économiques, financières et sociales nécessaires à leur mission de contrôle.

              Le ministre chargé de l’énergie peut prononcer, dans les conditions définies aux articles L. 142-30 et suivants, l’une des sanctions prévues à l’article L. 142-31 à l’encontre des auteurs de manquements qu’il constate à l’obligation de fourniture des données ou informations prévue à l’article L. 142-1, à l’article L. 142-4 et à l’article L. 142-5.

              Les entreprises qui assurent la fourniture de gaz ou d’électricité aux consommateurs industriels finals mentionnés au cinquième alinéa du présent article communiquent à l’autorité administrative les éléments et informations statistiques suivants :
              1° Leurs prix et conditions de vente aux consommateurs industriels finals de gaz ou d’électricité ;
              2° Les systèmes de prix en vigueur et les informations relatives à leur élaboration ;
              3° La répartition des consommateurs et des volumes correspondants par catégories de consommation, sans que soit compromis le caractère confidentiel des contrats.
              Les consommateurs industriels finals au sens du présent article sont l’ensemble des industriels qui utilisent le gaz ou l’électricité pour en consommer l’énergie, à l’exclusion des centrales électriques publiques qui se servent du gaz pour produire de l’électricité.
              La forme et la teneur des informations communiquées en vertu des alinéas précédents, ainsi que la périodicité et les modalités de leur transmission, sont déterminées par décret.
              L’autorité administrative peut demander que lui soient communiquées les données désagrégées ainsi que les procédés de calcul ou d’évaluation sur lesquels se fondent les données agrégées recueillies en application du présent article.
              Elle peut, en outre, demander que lui soit communiqué le détail de la construction des tarifs à partir des coûts de production, d’approvisionnement, de transport et de distribution de l’électricité et du gaz.

              L’article 7 de la loi n° 51-711 du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques détermine les sanctions administratives applicables aux entreprises ou organismes qui auront méconnu les obligations définies à l’article L. 142-5.

              Les articles 2, 3, 6 et 7 bis de la loi n° 51-711 du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques sont applicables aux enquêtes statistiques prévues par l’article L. 142-7 sans toutefois faire obstacle à la diffusion des résultats agrégés au niveau national pour les tranches de consommation comportant au moins trois consommateurs finals.

            • SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS APPLICABLES AU PETROLE ET AUX PRODUITS PETROLIERS

              Toute personne qui réceptionne ou expédie en provenance ou à destination de l’étranger, traite, transporte, y compris par voie maritime, stocke du pétrole brut ou des produits pétroliers ou distribue des produits pétroliers est tenue de fournir à l’autorité administrative, à la demande de cette dernière, tous documents et informations sur sa contribution à l’approvisionnement du marché français en pétrole brut et en produits pétroliers en période de difficultés d’approvisionnement ou directement nécessaires à l’appréciation du respect des dispositions des livres Ier et VI ou au respect des engagements internationaux de la France.
              La transmission des documents et informations mentionnés à l’alinéa précédent doit s’effectuer dans un délai qui ne peut être inférieur à huit jours à compter de la réception de la demande, sauf en cas d’urgence, ou pour respecter les engagements internationaux de la France.
              Les documents et informations mentionnés au premier alinéa peuvent être d’ordre administratif, technique, économique ou financier.

              L’inobservation des obligations prescrites par l’article L. 142-10 fait l’objet d’un procès-verbal dressé par les agents assermentés désignés par le ministre chargé de l’énergie.
              Une copie de ce procès-verbal est remise à la personne physique ou morale qui en fait l’objet. Cette personne a accès au dossier et est mise à même de présenter ses observations écrites dans un délai de dix jours au moins sur les manquements relevés.

              Au vu du procès-verbal mentionné à l’article L. 142-11 et des observations susmentionnées, l’autorité administrative peut prendre une décision motivée ordonnant une astreinte journalière. Cette décision, notifiée à la personne contrevenante, lui fixe un délai pour satisfaire aux obligations pour lesquelles le procès-verbal constate un manquement. A l’expiration de ce délai, dont le point de départ se situe au jour de la notification de la décision, la personne précitée devra régler l’astreinte journalière si elle persiste à refuser de communiquer les documents et informations demandés, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
              Le montant journalier de l’astreinte ne peut excéder 1 500 euros.
              En cas d’inexécution, totale ou partielle, ou d’exécution tardive, l’autorité administrative procède à la liquidation de l’astreinte qu’elle a prononcée.
              Elle peut consentir une remise ou un reversement partiel du produit des astreintes lorsque le redevable établit que l’exécution tardive de la mise en demeure résulte d’un cas fortuit ou de force majeure.

          • SECTION 2 : POUVOIRS D’ENQUETE ET DE CONTROLE. ― SANCTIONS ADMINISTRATIVES
            • SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS PROPRES AU SECTEUR PETROLIER

              En vue de contrôler le niveau des stocks et les modalités selon lesquelles ils sont constitués et conservés en application des articles L. 642-2 à L. 642-10 et à l’article L. 651-1, les agents assermentés dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat et désignés par le ministre chargé de l’énergie ont accès aux locaux professionnels des établissements où sont conservés des stocks stratégiques. Ils ne peuvent le faire que pendant les heures et selon les modalités d’ouverture de ces établissements. Ils peuvent, à cet effet, demander communication de tout document, quel qu’en soit le support. Le propriétaire de ces stocks ou son représentant est avisé de ces contrôles en temps utile et peut y assister. Ils dressent des procès-verbaux de constat. Les autres conditions dans lesquelles se déroulent ces visites sont définies aux articles L. 142-23 à L. 142-29.

              En cas de manquement aux obligations prescrites par les articles L. 642-2 à L. 642-10 et à l’article L. 651-1, un procès-verbal de manquement est dressé par des agents assermentés désignés par le ministre chargé de l’énergie et par le ministre chargé des douanes dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
              Une copie de ce procès-verbal est remise à la personne physique ou morale qui en fait l’objet. Cette personne a accès au dossier et est mise à même de présenter, dans un délai d’un mois, ses observations écrites sur les manquements relevés.
              La sanction susceptible d’être infligée est définie à l’article L. 642-10.

              En cas de manquement aux obligations prescrites par les articles L. 631-1 et L. 631-2, un procès-verbal de manquement est dressé par les agents assermentés désignés par le ministre chargé de l’énergie ou le ministre chargé de la marine marchande.
              Les agents désignés par le ministre chargé de la marine marchande sont assermentés dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
              Une copie de ce procès-verbal est remise à la personne physique ou morale qui en fait l’objet. Cette personne a accès au dossier et est mise à même de présenter ses observations écrites dans un délai d’un mois sur les manquements relevés.
              La sanction susceptible d’être infligée est définie à l’article L. 631-3.

              L’inobservation des obligations prescrites par l’article L. 641-2 fait l’objet d’un procès-verbal dressé par les agents assermentés désignés par le ministre chargé de l’énergie.
              Une copie de ce procès-verbal est remise à la personne physique ou morale qui en fait l’objet. Cette personne a accès au dossier et est mise à même de présenter ses observations écrites dans un délai d’un mois sur les manquements relevés.
              La sanction susceptible d’être infligée est définie à l’article L. 641-3.

              Les amendes et l’astreinte mentionnées aux articles L. 142-12, L. 631-3, L. 641-3 et L. 642-10 sont versées au Trésor. Leur recouvrement est poursuivi comme en matière de douane.

              Les décisions de sanction mentionnées aux articles L. 142-15 et L. 142-16 sont susceptibles d’un recours de pleine juridiction.

            • SOUS SECTION 2 : DISPOSITIONS PROPRES AUX GAZ COMBUSTIBLES

              Le ministre chargé de l’énergie est chargé du contrôle de la production, du transport et de la distribution des gaz combustibles de toute nature.
              Le contrôle technique, administratif et financier de l’Etat est exercé, par des fonctionnaires ou agents placés sous l’autorité du ministre chargé de l’énergie, dans les conditions fixées par arrêté. Les agents du contrôle peuvent procéder à toutes investigations utiles à l’exercice de leur mission dans les conditions prévues aux articles L. 142-22 à L. 142-29.

            • SOUS SECTION 3 : DISPOSITIONS PROPRES AUX SECTEURS ELECTRIQUE ET GAZIER
              • PARAGRAPHE 1 : POUVOIRS D’ENQUETE

                Le ministre chargé de l’énergie et le ministre chargé de l’économie disposent, pour la mise en œuvre des compétences qui leur sont attribuées par les dispositions des livres Ier, III et IV du présent code relatives au marché de l’électricité et du marché du gaz, d’un pouvoir d’enquête dans les conditions fixées par les articles L. 142-22 à L. 142-29.

                Chacun de ces ministres habilite à cet effet des fonctionnaires et agents publics qui procèdent aux enquêtes nécessaires à l’application des dispositions du présent code relatives aux secteurs de l’électricité et du gaz. Dans le cadre de ces enquêtes, les personnes habilitées peuvent être assistées par des personnes appartenant à des organismes spécialisés désignées par ces ministres pour une mission de contrôle déterminée et pour une durée limitée.
                Les enquêtes donnent lieu à procès-verbal. Un double en est transmis dans les cinq jours aux parties intéressées.
                Le ministre chargé de l’énergie désigne toute personne compétente pour réaliser, si nécessaire, une expertise.

                Les fonctionnaires et agents mentionnés à l’article L. 142-21 peuvent accéder à tous locaux ou moyens de transport à usage professionnel relevant du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité dont l’accès est ouvert au public et procéder à toutes constatations.
                Les fonctionnaires et agents mentionnés à l’article L. 142-21 ont également accès aux établissements, terrains, locaux et véhicules professionnels, à l’exclusion des domiciles et parties domiciliaires de locaux professionnels, qui relèvent du gestionnaire du réseau public de transport d’électricité, des entreprises exerçant une activité de production, de distribution, de négoce ou de fourniture d’électricité ou de gaz naturel, une activité de transport ou de stockage de gaz naturel ou une activité de traitement de gaz naturel liquéfié ou une activité de captage, transport et stockage géologique de dioxyde de carbone conformément aux horaires et aux conditions prévues par les dispositions qui leur sont applicables.
                Les fonctionnaires et agents mentionnés à l’article L. 142-21 reçoivent, à leur demande, communication des documents comptables et factures, de toute pièce ou document utile, quel qu’en soit le support, en prennent copie, et recueillent, sur convocation ou sur place, les renseignements et justifications propres à l’accomplissement de leur mission.

                En dehors des cas mentionnés à l’article L. 142-22 ou lorsque l’accès à des locaux professionnels leur est refusé ou lorsque ceux-ci comprennent des parties à usage d’habitation, les fonctionnaires et agents habilités en vertu du même article ne peuvent procéder aux visites en tous lieux, ainsi qu’à la saisie de pièces et de documents, dans le cadre d’enquêtes demandées par le ministre de l’énergie ou le ministre chargé de l’économie, que sur autorisation judiciaire dans les conditions définies par le présent article et par les articles L. 142-24 à L. 142-29.
                La visite est autorisée par ordonnance du juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance dans le ressort duquel sont situés les lieux à visiter.
                L’ordonnance est exécutoire au seul vu de la minute.

                L’ordonnance est notifiée sur place, au moment de la visite, à l’occupant des lieux ou à son représentant qui en reçoit copie intégrale contre récépissé ou émargement au procès-verbal de visite. En l’absence de l’occupant des lieux ou de son représentant, l’ordonnance est notifiée, après la visite, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception. La notification est réputée faite à la date de réception figurant sur l’avis. A défaut de réception, il est procédé à la signification de l’ordonnance par acte d’huissier de justice.
                L’acte de notification comporte mention des voies et délais de recours contre l’ordonnance ayant autorisé la visite et contre le déroulement des opérations de visite. Il mentionne également que le juge ayant autorisé la visite peut être saisi d’une demande de suspension ou d’arrêt de cette visite.

                La visite et la saisie de documents s’effectuent sous l’autorité et le contrôle du juge des libertés et de la détention qui les a autorisées. Le juge des libertés et de la détention peut, s’il l’estime utile, se rendre dans les locaux pendant l’intervention. A tout moment, il peut décider la suspension ou l’arrêt de la visite. La saisine du juge des libertés et de la détention aux fins de suspension ou d’arrêt des opérations de visite et de saisie n’a pas d’effet suspensif.

                La visite ne peut commencer avant 6 heures et après 21 heures. Elle est effectuée en présence de l’occupant des lieux ou de son représentant, qui peut se faire assister de l’avocat de son choix. En l’absence de l’occupant des lieux, les agents chargés de la visite ne peuvent procéder à celle-ci qu’en présence de deux témoins qui ne sont pas placés sous leur autorité.
                Les fonctionnaires et agents habilités, l’occupant des lieux ou son représentant peuvent seuls prendre connaissance des pièces et documents avant leur saisie.
                Un procès-verbal relatant les modalités et le déroulement de l’opération et consignant les constatations effectuées est dressé sur-le-champ par les agents habilités à procéder à la visite. Un inventaire des pièces et documents saisis lui est annexé s’il y a lieu. Le procès-verbal et l’inventaire sont signés par les agents habilités et l’occupant des lieux ou, le cas échéant, par son représentant et les témoins. En cas de refus de signer, mention en est faite au procès-verbal.
                Les originaux du procès-verbal et de l’inventaire sont, dès qu’ils ont été établis, adressés au juge qui a autorisé la visite. Une copie de ces mêmes documents est remise ou adressée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception à l’occupant des lieux ou à son représentant.
                Le procès-verbal et l’inventaire mentionnent le délai et les voies de recours.
                Les pièces saisies sont conservées pour les besoins de la procédure, à moins qu’une décision insusceptible de pourvoi en cassation par les parties n’en ordonne la restitution.

                L’ordonnance autorisant la visite peut faire l’objet d’un appel devant le premier président de la cour d’appel suivant les règles prévues par le code de procédure civile. Cet appel n’est pas soumis au ministère d’avocat.
                Cet appel est formé par déclaration remise ou adressée par pli recommandé au greffe de la cour dans un délai de quinze jours. Ce délai court à compter de la notification de l’ordonnance. Cet appel n’est pas suspensif.
                Le greffe du tribunal de grande instance transmet sans délai le dossier de l’affaire au greffe de la cour d’appel où les parties peuvent le consulter.
                L’ordonnance du premier président de la cour d’appel est susceptible d’un pourvoi en cassation, selon les règles prévues par le code de procédure civile. Le délai du pourvoi en cassation est de quinze jours.

                Le premier président de la cour d’appel connaît des recours contre le déroulement des opérations de visite ou de saisie autorisées par le juge des libertés et de la détention suivant les règles prévues par le code de procédure civile. Ces recours ne sont pas soumis au ministère d’avocat.
                Le recours est formé par déclaration remise ou adressée par pli recommandé au greffe de la cour dans un délai de quinze jours. Ce délai court à compter de la remise ou de la réception, soit du procès-verbal, soit de l’inventaire, mentionnés au troisième alinéa de l’article L. 142-26. Ce recours n’est pas suspensif.
                L’ordonnance du premier président de la cour d’appel est susceptible d’un pourvoi en cassation selon les règles prévues par le code de procédure civile. Le délai du pourvoi en cassation est de quinze jours.

                Les articles L. 142-23 à L. 142-28 sont reproduits dans l’acte de notification de l’ordonnance du juge des libertés et de la détention autorisant la visite.

              • PARAGRAPHE 2 : RECHERCHE ET CONSTATATION DES MANQUEMENTS ET SANCTIONS ADMINISTRATIVES

                Les manquements mentionnés aux titres II et III du présent livre et des livres III et IV du présent code relatifs aux secteurs de l’électricité et du gaz qui sont susceptibles de faire l’objet d’une sanction administrative sont constatés par les fonctionnaires et agents mentionnés aux articles L. 142-22 à L. 142-29.
                Ces manquements font l’objet de procès-verbaux qui, ainsi que les sanctions maximales encourues, sont notifiés à la ou aux personnes concernées et communiqués à l’autorité administrative dès lors que ces manquements ou sanctions portent sur les activités de transport ou de stockage géologique de dioxyde de carbone. La ou les personnes concernées sont invitées à présenter leurs observations écrites ou orales dans un délai de quinze jours à compter de cette notification, sans préjudice des droits prévus à l’article L. 142-33.

                Lorsqu’elle sanctionne ces manquements, l’autorité administrative met l’intéressé en demeure de se conformer dans un délai déterminé aux dispositions du présent code dont elle vise à assurer le respect ou aux dispositions réglementaires prises pour leur application. Elle peut rendre publique cette mise en demeure.
                Lorsque l’intéressé ne se conforme pas dans les délais fixés à cette mise en demeure, l’autorité administrative peut prononcer à son encontre en fonction de la gravité du manquement :
                1° Une sanction pécuniaire ;
                2° Le retrait ou la suspension, pour une durée n’excédant pas un an, de l’autorisation d’exploiter une installation prévue à l’article L. 311-1 ou à l’article L. 431-1 ou de l’autorisation de fourniture prévue à l’article L. 333-1 ou à l’article L. 443-1 dont l’intéressé est titulaire.

                Le montant de la sanction pécuniaire, qui peut être prononcée si le manquement n’est pas constitutif d’une infraction pénale, est proportionné à la gravité du manquement, à la situation de l’intéressé, à l’ampleur du dommage et aux avantages qui en sont tirés.
                Ce montant ne peut excéder 3 % du chiffre d’affaires hors taxes lors du dernier exercice clos, porté à 5 % en cas de nouvelle violation de la même obligation dans le cas d’un manquement aux obligations prévues aux articles L. 141-1, L. 141-2, L. 142-1 et L. 142-4. A défaut d’activité permettant de déterminer ce plafond, le montant de la sanction ne peut excéder 100 000 euros, porté à 250 000 euros en cas de nouvelle violation de la même obligation.
                Dans le cas des autres manquements, il ne peut excéder 8 % du chiffre d’affaires hors taxes lors du dernier exercice clos, porté à 10 % en cas de nouvelle violation de la même obligation. A défaut d’activité permettant de déterminer ce plafond, le montant de la sanction ne peut excéder 150 000 euros, porté à 375 000 euros en cas de nouvelle violation de la même obligation.
                Si le manquement a déjà fait l’objet d’une sanction pécuniaire au titre d’une autre législation, la sanction pécuniaire éventuellement prononcée par l’autorité administrative est limitée de sorte que le montant global des sanctions pécuniaires ne dépasse pas le montant le plus élevé de l’une des sanctions encourues.

                Les sanctions sont prononcées après que l’intéressé a reçu notification des griefs et a été mis à même de consulter le dossier et de présenter ses observations écrites et verbales, assisté par une personne de son choix.

                Les sanctions pécuniaires sont recouvrées comme les créances de l’Etat étrangères à l’impôt et au domaine.

                L’instruction et la procédure devant le ministre sont contradictoires.
                L’autorité administrative ne peut être saisie de faits remontant à plus de trois ans s’il n’a été fait aucun acte tendant à leur recherche, leur constatation ou leur sanction.

                Les décisions sont motivées, notifiées à l’intéressé. En fonction de la gravité de l’infraction, elles peuvent faire l’objet d’une publication au Journal officiel de la République française. La décision de publication est motivée.

          • SECTION 3 : SANCTIONS PENALES
            • SOUS SECTION 1 : SANCTIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DE L’ELECTRICITE ET DU GAZ

              Sont qualifiés pour procéder, dans l’exercice de leurs fonctions, à la recherche et à la constatation des infractions aux dispositions des livres Ier, III et IV du présent code relatives aux secteurs de l’électricité et du gaz, outre les officiers et agents de police judiciaire, les fonctionnaires et agents publics habilités par le ministre chargé de l’énergie mentionnés à l’article L. 142-21 et assermentés dans des conditions définies par décret en Conseil d’Etat.
              Pour la recherche et la constatation de ces infractions, ces fonctionnaires et agents disposent des pouvoirs d’enquête définis à l’article L. 142-21.
              Les infractions pénales prévues par les dispositions du présent code relatives aux secteurs de l’électricité et du gaz sont constatées par des procès-verbaux qui sont adressés, sous peine de nullité, dans les cinq jours qui suivent leur clôture, au procureur de la République. Une copie en est remise dans le même délai à l’intéressé. Ces procès-verbaux font foi jusqu’à preuve contraire.
              Le procureur de la République est préalablement informé des opérations envisagées en vue de la recherche des infractions. Il peut s’opposer à ces opérations.

              Le fait de s’opposer, en méconnaissance des dispositions des articles L. 142-22 à L. 142-29, à l’exercice des fonctions dont les fonctionnaires et agents désignés à l’ article L. 142-21 sont chargés ou de refuser de leur communiquer les éléments mentionnés aux articles L. 142-22 et L. 142-23 est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.

              Les personnes physiques coupables des infractions prévues à l’article L. 142-38 encourent également les peines complémentaires suivantes :
              1° La fermeture temporaire ou à titre définitif de l’un, de plusieurs ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
              2° L’interdiction d’exercer l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise, suivant les modalités prévues par l’article 131-27 du code pénal ;
              3° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

              Les peines encourues par les personnes morales responsables des infractions mentionnées à l’article L. 142-38 sont :
              1° L’amende, suivant les modalités prévues à l’article 131-38 du code pénal ;
              2° La fermeture temporaire, pour une durée de cinq ans au plus, ou à titre définitif de l’un, de plusieurs, ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
              3° L’interdiction, à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, d’exercer directement ou indirectement l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise ;
              4° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

            • SOUS SECTION 2 : SANCTIONS APPLICABLES AUX SECTEURS DU GAZ ET DES HYDROCARBURES

              Est passible des sanctions prévues aux articles 322-1 et 322-2 du code pénal le fait de porter atteinte volontairement au bon fonctionnement des ouvrages et installations de distribution ou de transport de gaz naturel, aux installations de stockage souterrain de gaz, aux installations de gaz naturel liquéfié ou aux ouvrages et installations de distribution ou de transport d’hydrocarbures liquides et liquéfiés.

        • CHAPITRE III : LES MESURES DE SAUVEGARDE EN CAS DE CRISE
          • SECTION 1 : DISPOSITIONS APPLICABLES A TOUTES LES SOURCES D’ENERGIE
            • SOUS SECTION 1 : DISPOSITIONS JUSTIFIEES PAR UNE PENURIE ENERGETIQUE

              En vue de remédier à une pénurie énergétique y compris localisée ou à une menace sur l’équilibre des échanges extérieurs, le Gouvernement peut, par décret en conseil des ministres, et pour une période déterminée, soumettre à contrôle et répartition, en tout ou en partie, les ressources en énergie et en produits énergétiques de toute nature, ainsi que les produits pétroliers, même à usage non énergétique, et les produits dérivés ou substituables y compris les produits chimiques. Il peut également, dans les mêmes conditions, interdire toute publicité ou toute campagne d’information commerciale relative à ces produits ou à leurs conditions d’utilisation. Toutefois, des dérogations peuvent être accordées à des actions publicitaires compatibles avec la politique d’économie d’énergie du Gouvernement.
              Ces mesures concernent la production, l’importation, l’exportation, la circulation, le transport, la distribution, le stockage, le destockage, l’acquisition, la cession, l’utilisation et la récupération des produits mentionnés au premier alinéa ci-dessus, et peuvent comporter la mobilisation, le rationnement et, sans préjudice de l’application, des dispositions de l’article L. 410-2 du code de commerce, la fixation des conditions techniques et financières de mise à disposition et de vente desdits produits ainsi que celles relatives à l’installation des équipements les utilisant.
              Sous réserve des dispositions des articles L. 224-1 et L. 224-2 du code de l’environnement et des textes pris pour leur application, ces mesures peuvent également obliger tout constructeur, importateur, vendeur ou loueur de tous appareils, matériels ou équipements consommant de l’énergie à mentionner la consommation de ces appareils, matériels ou équipements dans des conditions normalisées d’utilisation. Il peut être imposé, dans les mêmes conditions, aux vendeurs ou aux loueurs de locaux achevés après le 16 juillet 1980 d’indiquer aux acheteurs ou locataires les caractéristiques et les quantités des fournitures énergétiques destinées aux installations de chauffage, de climatisation et de production d’eau chaude et les dépenses prévisionnelles correspondantes.
              Lorsqu’elles ne constituent pas des infractions au code des douanes, les infractions aux dispositions prises en application des alinéas précédents sont constatées, poursuivies et réprimées dans les conditions de l’ordonnance n° 58-1331 du 23 décembre 1958 relative à la constatation, la poursuite et la répression des infractions en matière de répartition des produits industriels et de l’énergie.

          • SECTION 2 : DISPOSITIONS PARTICULIERES A L’ELECTRICITE ET AU GAZ

            En cas de crise grave sur le marché de l’énergie, de menace pour la sécurité ou la sûreté des réseaux et installations électriques, ou de risque pour la sécurité des personnes, des mesures temporaires de sauvegarde peuvent être prises par le ministre chargé de l’énergie, notamment en matière d’octroi ou de suspension des autorisations d’exploiter des installations de production d’électricité, sans que ces mesures puissent faire l’objet d’une indemnisation.

            En cas d’atteinte grave et immédiate à la sécurité et à la sûreté des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité ou à la qualité de leur fonctionnement, et sans préjudice des pouvoirs reconnus aux gestionnaires de réseaux et à la Commission de régulation de l’énergie, le ministre chargé de l’énergie peut d’office ou sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie ordonner les mesures conservatoires nécessaires.

            En cas de menace pour la sécurité d’approvisionnement du pays en gaz naturel, le ministre chargé de l’énergie peut ordonner les mesures conservatoires strictement nécessaires, notamment en matière d’octroi ou de suspension des autorisations de fourniture ou de transport et des concessions de stockage souterrain de gaz naturel. Les modalités d’application du présent article sont précisées par un décret en Conseil d’Etat.

          • SECTION 3 : DISPOSITIONS PARTICULIERES AU PETROLE

            Le Gouvernement peut, par voie réglementaire, réglementer ou suspendre l’importation ou l’exportation de pétrole brut ou de produits pétroliers :
            1° En cas de guerre ;
            2° En cas de tension internationale grave constituant une menace de guerre ;
            3° Pour faire face aux engagements contractés en vue du maintien de la paix ;
            4° Pour l’application de mesures prises par l’Union européenne.

            L’inobservation des mesures décidées en application de l’article L. 143-7 est constatée selon les règles fixées par le code des douanes. Elle est passible des peines prévues par l’article 414 du même code.

        • CHAPITRE IV : L’ORGANISATION DE LA RECHERCHE EN MATIERE D’ENERGIE
          • SECTION 1 : LA STRATEGIE NATIONALE DE LA RECHERCHE EN MATIERE D’ENERGIE

            Le ministre chargé de l’énergie et le ministre chargé de la recherche arrêtent et rendent publique une stratégie nationale de la recherche énergétique. Définie pour une période de cinq ans, cette stratégie, fondée sur les objectifs définis à l’article 5 de la loi n° 2005-781 du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique, précise les thèmes prioritaires de la recherche dans le domaine énergétique et organise l’articulation entre les recherches publique et privée. L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques évalue cette stratégie et sa mise en œuvre.

          • SECTION 2 : L’IFP ENERGIES NOUVELLES

            L’établissement public national à caractère industriel et commercial, dénommé « IFP Energies nouvelles » ou « IFPEN », a pour objet, dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement, pour ce qui concerne le développement des technologies et matériaux du futur :
            1° La réalisation directe ou indirecte d’études et de recherches dans les domaines scientifique et technique et la valorisation sous toutes formes de leurs résultats ;
            2° La formation de personnes capables de participer au développement des connaissances, à leur diffusion et à leur application ;
            3° L’information des administrations, de l’industrie, des techniciens et des chercheurs sur les connaissances scientifiques et les techniques industrielles.
            Il peut, pour valoriser le résultat de ses activités, prendre des participations dans des sociétés industrielles ou commerciales. Ces participations peuvent être détenues par une ou plusieurs personnes morales existantes ou créées à cet effet.

            Le conseil d’administration de l’IFP Energies nouvelles comprend, dans des proportions fixées par le décret mentionné à l’article L. 144-7, des représentants de l’Etat, des personnalités choisies en raison de leurs compétences dans le domaine d’activité de l’établissement et des représentants du personnel.

            L’IFP Energies nouvelles et ses filiales ne sont pas soumis aux dispositions de la loi n° 83-675 du 26 juillet 1983 relative à la démocratisation du secteur public.

            Pour le financement de ses missions, l’IFP Energies nouvelles peut notamment percevoir des subventions publiques ou privées, des sommes perçues au titre des services et prestations rendus, des dons et legs, des produits financiers ou d’autres produits accessoires.

            L’IFP Energies nouvelles assure sa gestion et présente sa comptabilité suivant les règles en usage dans les sociétés commerciales. Il dispose de la faculté de transiger et de conclure des conventions d’arbitrage.

            Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application des articles L. 144-2 à L. 144-6.

      • TITRE V : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’OUTRE MER
        • CHAPITRE UNIQUE

          A Mayotte, le service public de l’électricité est organisé, chacun pour ce qui le concerne, par l’Etat et le Département de Mayotte dans les conditions prévues à l’article L. 362-2.

          Pour l’application à Mayotte des dispositions du présent livre, les droits et obligations impartis dans les zones non interconnectées du territoire métropolitain à Electricité de France sont conférés à la société concessionnaire de la distribution publique d’électricité à Mayotte.

          Les dispositions de la section 3 du chapitre Ier du titre Ier du présent livre relatives aux entreprises locales de distribution définies à l’article L. 111-54 ne s’appliquent ni dans les départements d’outre-mer, ni à Saint-Pierre-et-Miquelon.

          La sous-section 3 de la section 1 du chapitre Ier du titre II du présent livre n’est pas applicable à Mayotte.

          Les dispositions des articles L. 121-5 et L. 122-7 relatives à l’application de l’article L. 115-3 du code de l’action sociale et des familles ne sont pas applicables à Mayotte.

          Pour l’application du présent livre à Mayotte et à Saint-Pierre-et-Miquelon, les références au « tribunal de grande instance » sont remplacées par des références au « tribunal de première instance ».

      • TITRE VI : LES DISPOSITIONS RELATIVES AU PERSONNEL DES ENTREPRISES ELECTRIQUES ET GAZIERES
        • CHAPITRE UNIQUE

          Dans les industries électriques et gazières, des accords professionnels peuvent compléter, dans des conditions plus favorables aux salariés, les dispositions statutaires ou en déterminer les modalités d’application dans les limites fixées par les articles L. 2233-1 et L. 2233-2 du code du travail.

          Les dispositions du livre II de la deuxième partie du code du travail (dispositions législatives) relatives aux conventions ou accords collectifs de travail sont applicables au personnel des industries électriques et gazières dans les conditions fixées par un décret en Conseil d’Etat après avis du Conseil supérieur de l’énergie.
          Les attributions conférées par les dispositions de la section 7 du chapitre Ier du titre VI du livre II de la deuxième partie du code du travail (dispositions législatives) au ministre du travail sont exercées, en ce qui concerne les conventions et accords collectifs de travail de la branche des industries électriques et gazières, conjointement par le ministre chargé de l’énergie et le ministre chargé du travail.

          Les attributions de la Commission nationale de la négociation collective en matière d’extension des accords collectifs et d’abrogation des arrêtés d’extension sont exercées, pour les conventions et accords collectifs conclus dans la branche des industries électriques et gazières, par la Commission supérieure nationale du personnel des industries électriques et gazières qui comprend, en nombre égal et sous la présidence du ministre chargé de l’énergie, des représentants des organisations syndicales de salariés et des représentants des organisations d’employeurs représentatives de cette branche. Le décret en Conseil d’Etat mentionné à l’article L. 161-2 fixe la composition et les modalités de fonctionnement de cette commission.

          Des dispositions stipulées par accord professionnel se substituent, sous réserve que l’accord soit étendu dans les conditions fixées à l’article L. 161-2, à toute mesure prise, avant le 11 février 2000, par Electricité de France ou par Gaz de France, en exécution du statut national du personnel des industries électriques et gazières.

          Pour les entreprises dans lesquelles s’applique le statut national du personnel des industries électriques et gazières prévu par l’article 47 de la loi n° 46-628 du 8 avril 1946 sur la nationalisation de l’électricité et du gaz modifiée, un décret en Conseil d’Etat détermine la liste des mesures nécessaires à l’application de ce statut que le ministre chargé de l’énergie est autorisé à prendre, en cas de nécessité, jusqu’à l’intervention d’un accord collectif étendu.

          Un décret en Conseil d’Etat procède pour les entreprises dont le personnel relève du statut national du personnel des industries électriques et gazières à des adaptations dans les conditions prévues aux articles L. 2311-1, L. 2321-1, L. 4111-1 et L. 4111-2 du code du travail.

    • LIVRE II : LA MAITRISE DE LA DEMANDE D’ENERGIE ET LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES
      • TITRE IER : DISPOSITIONS GENERALES
        • CHAPITRE UNIQUE

          Les dispositions relatives à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie sont énoncées aux articles L. 131-3 à L. 131-7 du code de l’environnement.

          Les sources d’énergies renouvelables sont les énergies éolienne, solaire, géothermique, aérothermique, hydrothermique, marine et hydraulique, ainsi que l’énergie issue de la biomasse, du gaz de décharge, du gaz de stations d’épuration d’eaux usées et du biogaz.
          La biomasse est la fraction biodégradable des produits, déchets et résidus provenant de l’agriculture, y compris les substances végétales et animales issues de la terre et de la mer, de la sylviculture et des industries connexes, ainsi que la fraction biodégradable des déchets industriels et ménagers.

          Des groupements d’intérêt public peuvent être constitués entre des personnes de droit public ou de droit privé pour exercer, pendant une durée déterminée, des activités dans le domaine de la maîtrise de l’énergie ou de la promotion des énergies renouvelables, ainsi que pour créer ou gérer des équipements, des personnels ou des services communs nécessaires à ces activités.
          Les dispositions prévues aux articles L. 341-1 à L. 341-4 du code de la recherche ainsi qu’aux articles L. 351-1 à L. 355-1 du même code sont applicables à ces groupements d’intérêt public.

          Les conditions dans lesquelles les collectivités territoriales, les établissements publics de coopération intercommunale ou les syndicats mixtes compétents en matière de distribution publique d’énergies de réseau peuvent réaliser ou faire réaliser des actions tendant à maîtriser la demande d’énergies conformément à l’article L. 1111-2 du code général des collectivités territoriales sont énoncées à l’article L. 2224-34 du code général des collectivités territoriales.

          Les conditions dans lesquelles les communautés de communes, les communautés urbaines et les communautés d’agglomération exercent une compétence de soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie sont énoncées aux articles L. 5214-16, L. 5215-20 et L. 5216-5 du code général des collectivités territoriales.

          Les dispositions relatives aux mesures techniques nationales de prévention de la pollution atmosphérique et de l’utilisation rationnelle de l’énergie sont énoncées aux articles L. 224-1 et L. 224-2 du code de l’environnement.

          Les dispositions relatives à la recherche et à la constatation des infractions à la réglementation intervenue, en application des articles L. 224-1 et L. 224-2 du code de l’environnement, en vue de réduire la consommation d’énergie et de limiter les sources d’émission de substances polluantes nocives pour la santé humaine et l’environnement, sont énoncées aux articles L. 226-2 à L. 226-5 de ce même code.

      • TITRE II : LES CERTIFICATS D’ECONOMIES D’ENERGIE
        • CHAPITRE IER : LE DISPOSITIF DES CERTIFICATS D’ECONOMIES D’ENERGIE

          Sont soumises à des obligations d’économies d’énergie :
          1° Les personnes morales qui mettent à la consommation des carburants automobiles et dont les ventes annuelles sont supérieures à un seuil défini par décret en Conseil d’Etat.
          2° Les personnes qui vendent de l’électricité, du gaz, du fioul domestique, de la chaleur ou du froid aux consommateurs finals et dont les ventes annuelles sont supérieures à un seuil défini par décret en Conseil d’Etat.
          Les ventes annuelles de fioul domestique des personnes morales exclues par le seuil fixé en application du 2° doivent représenter moins de 5 % du marché. Les obligations des personnes morales dont les ventes annuelles de fioul domestique dépassent le seuil fixé en application du 2° ne portent que sur les ventes supérieures à ce seuil.
          Les personnes mentionnées aux 1° et 2° peuvent se libérer de ces obligations soit en réalisant, directement ou indirectement, des économies d’énergie, soit en acquérant des certificats d’économies d’énergie.
          Une part de ces économies d’énergie doit être réalisée au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique.
          La définition des montants d’économies d’énergie à réaliser prend en compte les certificats d’économies d’énergie obtenus par la contribution à des programmes mentionnés au deuxième alinéa de l’article L. 221-7.

          A l’issue de la période considérée, les personnes mentionnées à l’article L. 221-1 justifient de l’accomplissement de leurs obligations en produisant des certificats d’économies d’énergie obtenus ou acquis dans les conditions prévues aux articles L. 221-7, L. 221-8 et L. 221-9.
          Afin de se libérer de leurs obligations, les personnes mentionnées aux 1° et 2° de l’article L. 221-1 sont autorisées à se regrouper dans une structure pour mettre en place des actions collectives visant à la réalisation d’économies d’énergie ou pour acquérir des certificats d’économies d’énergie.

          Les personnes qui n’ont pas produit les certificats d’économies d’énergie nécessaires sont mises en demeure d’en acquérir.

          Les personnes qui ne respectent pas les prescriptions de la mise en demeure dans le délai imparti sont tenues de se libérer par un versement au Trésor public. Ce versement est calculé sur la base d’une pénalité maximale de 0,02 euro par kilowattheure.
          Les titres de recettes sont émis par l’autorité administrative et sont recouvrés comme en matière de créances étrangères à l’impôt et au domaine. Une pénalité de 10 % du montant dû est infligée pour chaque semestre de retard.

          Les coûts liés à l’accomplissement des obligations s’attachant aux ventes à des clients qui bénéficient de tarifs de vente d’énergie réglementés sont pris en compte dans les évolutions tarifaires arrêtées par les ministres chargés de l’économie et de l’énergie. Cette prise en compte ne peut donner lieu à subventions croisées entre les clients ayant exercé leur éligibilité et les clients ne l’ayant pas exercée.

          Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application des articles L. 221-1 à L. 221-5, en particulier les seuils mentionnés à l’article L. 221-1, le contenu, la nature et la quote-part maximale allouée aux programmes d’information, de formation et d’innovation, les conditions et les modalités de fixation des obligations d’économies d’énergie, en fonction du type d’énergie considéré, des catégories de clients et du volume de l’activité.

          Toute personne visée à l’article L. 221-1 ou toute autre collectivité publique, l’Agence nationale de l’habitat et tout organisme visé à l’article L. 411-2 du code de la construction et de l’habitation ou toute société d’économie mixte exerçant une activité de construction ou de gestion de logements sociaux, si leur action, additionnelle par rapport à leur activité habituelle, permet la réalisation d’économies d’énergie d’un volume supérieur à un seuil fixé par arrêté du ministre chargé de l’énergie obtiennent, sur leur demande, en contrepartie, des certificats d’économies d’énergie délivrés par l’Etat ou, en son nom, par un organisme habilité à cet effet par le ministre chargé de l’énergie. Ils peuvent atteindre ce seuil en se regroupant et désignant l’un d’entre eux ou un tiers qui obtient, pour son compte, les certificats d’économies d’énergie correspondants. Pour les collectivités publiques, seules les actions permettant la réalisation d’économies d’énergie sur leur propre patrimoine ou dans le cadre de leurs compétences peuvent donner lieu à la délivrance de certificats d’économies d’énergie.
          La contribution à des programmes de réduction de la consommation énergétique des ménages les plus défavorisés ou à des programmes d’information, de formation et d’innovation en faveur de la maîtrise de la demande énergétique, notamment en faveur du développement de la mobilité durable, et en particulier du développement des véhicules ayant de faibles émissions de dioxyde de carbone, peut donner lieu à la délivrance de certificats d’économies d’énergie. La liste des programmes éligibles et les conditions de délivrance des certificats d’économies d’énergie sont définies par un arrêté du ministre chargé de l’énergie.
          L’installation d’équipements permettant le remplacement d’une source d’énergie non renouvelable par une source d’énergie renouvelable pour la production de chaleur consommée dans un local à usage d’habitation ou d’activités agricoles ou tertiaires donne lieu à la délivrance de certificats d’économies d’énergie selon des modalités de calcul spécifiques.
          Les économies d’énergie réalisées dans les installations classées visées à l’article L. 229-5 du code de l’environnement ou celles qui résultent exclusivement de la substitution entre combustibles fossiles ou du respect de la réglementation en vigueur à une date de référence fixe ne donnent pas lieu à délivrance de certificats d’économies d’énergie.

          Les certificats d’économies d’énergie sont des biens meubles négociables, dont l’unité de compte est le kilowattheure d’énergie finale économisé. Ils peuvent être détenus, acquis ou cédés par toute personne visée à l’article L. 221-1 ou par toute autre personne morale. Le nombre d’unités de compte est fonction des caractéristiques des biens, équipements, services, processus ou procédés utilisés pour réaliser les économies d’énergie et de l’état de leurs marchés à une date de référence fixe. Il peut être pondéré en fonction de la nature des bénéficiaires des économies d’énergie, de la nature des actions d’économies d’énergie et de la situation énergétique de la zone géographique où les économies sont réalisées.

          Un décret en Conseil d’Etat précise, outre les conditions d’application des articles L. 221-7 et L. 221-8, les critères d’additionnalité des actions, la date de référence mentionnée à ces articles et la durée de validité des certificats d’économies d’énergie, qui ne peut être inférieure à cinq ans.

          Les certificats d’économies d’énergie sont exclusivement matérialisés par leur inscription au registre national des certificats d’économies d’énergie, accessible au public et destiné à tenir la comptabilité des certificats obtenus, acquis ou restitués à l’Etat. Toute personne visée à l’article L. 221-1 ou toute autre personne morale peut ouvrir un compte dans le registre national.
          La tenue du registre national peut être déléguée à une personne morale désignée par l’Etat.
          Un décret en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application du présent article, en particulier les missions du délégataire, les conditions de sa rémunération et les modalités d’inscription des différentes opérations relatives aux certificats sur le registre national.

          Afin d’assurer la transparence des transactions liées aux certificats d’économies d’énergie, l’Etat ou, le cas échéant, la personne morale visée au deuxième alinéa de l’article L. 221-10 rend public le prix moyen auquel ces certificats ont été acquis ou vendus.

        • CHAPITRE II : LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES ET PENALES

          Dans les conditions définies aux articles suivants, le ministre chargé de l’énergie peut sanctionner les manquements qu’il constate, de la part des personnes mentionnées à l’article L. 221-1, aux dispositions des articles L. 221-1 à L. 221-5 ou aux dispositions réglementaires prises pour leur application.

          Le ministre met l’intéressé en demeure de se conformer dans un délai déterminé aux dispositions dont le non-respect peut être sanctionné conformément à l’article L. 222-1. Il peut rendre publique cette mise en demeure.
          Lorsque l’intéressé ne se conforme pas dans les délais fixés à cette mise en demeure, le ministre peut prononcer à son encontre une sanction pécuniaire dont le montant est proportionné à la gravité du manquement, à la situation de l’intéressé, à l’ampleur du dommage et aux avantages qui en sont tirés, sans pouvoir excéder 2 % du chiffre d’affaires hors taxes du dernier exercice clos, porté à 4 % en cas de nouvelle violation de la même obligation.

          Les sanctions sont prononcées après que l’intéressé a reçu notification des griefs et a été mis à même de consulter le dossier et de présenter ses observations, assisté, le cas échéant, par une personne de son choix.

          Les sanctions pécuniaires sont recouvrées comme les créances de l’Etat étrangères à l’impôt et au domaine.

          L’instruction et la procédure devant le ministre sont contradictoires.
          Le ministre ne peut être saisi de faits remontant à plus de trois ans s’il n’a été fait aucun acte tendant à leur recherche, leur constatation ou leur sanction.

          Les décisions sont motivées, notifiées à l’intéressé et publiées au Journal officiel.

          L’autorité administrative peut sanctionner les manquements qu’elle constate aux dispositions réglementaires prises pour l’application des articles L. 221-7 à L. 221-9 concernant l’archivage et la mise à disposition des informations et pièces justificatives conservées après la délivrance des certificats d’économies d’énergie.
          L’autorité administrative met l’intéressé en demeure de se conformer, dans un délai déterminé, aux dispositions des articles L. 221-7 à L. 221-9 ou aux dispositions prises pour leur application. Elle peut rendre publique cette mise en demeure.
          Lorsque l’intéressé ne s’y conforme pas dans le délai fixé par la mise en demeure, l’autorité administrative peut prononcer à son encontre une sanction pécuniaire dont le montant est proportionné à la gravité du manquement sans toutefois pouvoir excéder, par kilowattheure concerné par le manquement, deux fois le montant de la pénalité prévue à l’article L. 222-2.
          Les sanctions sont prononcées et recouvrées selon les modalités prévues aux articles L. 222-3 à L. 222-6.

          Le fait de se faire délivrer indûment, par quelque moyen frauduleux que ce soit, un certificat d’économies d’énergie est puni des peines prévues aux articles 441-6 et 441-10 du code pénal.
          La tentative du délit prévu à l’alinéa précédent est punie des mêmes peines.
          Les peines encourues par les personnes morales responsables de l’infraction définie au présent article sont celles prévues à l’article 441-12 du code pénal.

          Les fonctionnaires et agents des services de l’Etat chargés de l’industrie mentionnés au 2° de l’article L. 226-2 du code de l’environnement sont habilités à rechercher et à constater l’infraction prévue à l’article L. 222-8 dans les conditions prévues aux articles L. 226-3 et L. 226-5 du même code.
          Le fait de faire obstacle à l’exercice des fonctions confiées par l’alinéa précédent aux fonctionnaires et agents est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.
          Les peines encourues par les personnes morales responsables de l’infraction définie au présent article sont celles prévues à l’article L. 226-10 du code de l’environnement.

      • TITRE III : LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DANS L’HABITAT
        • CHAPITRE UNIQUE

          Les dispositions relatives aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions nouvelles ou des bâtiments ou parties de bâtiments existants sont énoncées aux articles L. 111-9 à L. 111-10-1 du code de la construction et de l’habitation.

          Les dispositions relatives au diagnostic de performance énergétique d’un bâtiment ou partie de bâtiment sont énoncées aux articles L. 134-1 à L. 134-5 du code de la construction et de l’habitation.

          Les dispositions favorisant la performance énergétique et les énergies renouvelables dans l’habitat sont énoncées aux articles L. 128-1 et L. 128-2 du code de l’urbanisme.

          Les dispositions relatives au livret de développement durable sont énoncées aux articles L. 221-27 et L. 221-28 du code monétaire et financier.

      • TITRE IV : LES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE CLIMATISATION
        • CHAPITRE UNIQUE

          La mise en œuvre des installations de chauffage et de climatisation par tous exploitants ou utilisateurs doit être assurée de façon à limiter la température de chauffage et de climatisation des locaux et la température de chauffage de l’eau sanitaire et de l’eau des piscines à des valeurs fixées par voie réglementaire.
          Les dispositions de l’alinéa précédent s’appliquent aux contrats en cours à la date d’entrée en vigueur des textes pris pour son application. A défaut d’accord amiable, toute partie peut demander en justice la révision du contrat.

          Sont nulles et de nul effet toutes stipulations contractuelles relatives à l’exploitation des installations de chauffage et de climatisation ou se référant à cette exploitation notamment pour la gestion des immeubles lorsqu’elles comportent des modalités de rémunération des services favorisant l’accroissement de la quantité d’énergie consommée.

          Les contrats d’exploitation de chauffage ou de climatisation ont une durée limitée à :
          1° Seize ans s’ils comportent une clause de garantie totale de tout ou partie du matériel ;
          2° Huit ans, correspondant à huit saisons complètes de chauffe, s’ils comportent une clause de paiement de combustibles forfaitaire et indépendante des conditions climatiques ;
          3° Cinq ans, correspondant à cinq saisons complètes de chauffe dans les autres cas.
          Toutefois, lorsque l’exploitant met en œuvre et finance des travaux ayant, notamment, pour effet de faire appel aux énergies et techniques nouvelles, la durée de ces contrats peut, dans des conditions fixées par voie réglementaire, être portée à seize ans.

          Les contrats d’exploitation de chauffage ou de climatisation qui comportent une clause de paiement forfaitaire du combustible ou de l’énergie doivent comporter une clause obligeant l’exploitant à informer son cocontractant des quantités de combustible ou d’énergie réellement consommées et fixant les modalités du contrôle de cette information.
          Les informations relatives aux quantités de combustible ou d’énergie consommées sont fournies aux cocontractants à la fin de la période précédant le renouvellement du contrat. Elles leur sont communiquées, sur leur demande, à la fin de chaque saison de chauffe.

          Tout contrat d’exploitation de chauffage ou de climatisation fait l’objet d’un avenant à la demande de l’une des parties lorsque sont mises en œuvre des énergies ou des techniques nouvelles, ou réalisés des travaux d’amélioration, ou sont adoptées des dispositions relevant de la technique d’exploitation entraînant une économie de combustible ou d’énergie supérieure à 10 % par rapport à la consommation initiale. Cet avenant a, notamment, pour effet de définir les nouvelles clauses contractuelles de paiement du combustible ou de l’énergie.
          Dans le cas où une énergie nouvelle est substituée à l’énergie précédemment utilisée le contrat d’exploitation de chauffage ou de climatisation en cours peut être résilié moyennant indemnisation du titulaire de celui-ci.

          Les contrats de fourniture d’énergie calorifique ou frigorifique comportent des clauses stipulant une facturation des dépenses correspondant aux quantités d’énergie livrées.

          Les dispositions des articles L. 241-2 à L. 241-5 ne sont pas applicables aux cas suivants :
          1° Régies municipales de chauffage urbain ;
          2° Contrats publics de concession ou d’affermage des installations de chauffage ou de climatisation ;
          3° Contrats privés de chauffage urbain et d’installations de production et de distribution de fluides industriels dont les caractéristiques sont définies par voie réglementaire.

          Des décrets en Conseil d’Etat précisent les conditions d’application des articles L. 241-2 à L. 241-7.
          Ces décrets peuvent également imposer des clauses types concernant l’objet des stipulations mentionnées aux articles visés à l’alinéa précédent.
          Ils peuvent également rendre obligatoires dans tous les contrats celles des dispositions du guide de rédaction des clauses techniques des marchés publics d’exploitation de chauffage avec ou sans gros entretien des matériels et avec obligation de résultat passés au nom de l’Etat qui ont pour objet ou pour effet de permettre des économies d’énergie. A défaut d’accord amiable, toute partie peut demander en justice la révision du contrat.

          Tout immeuble collectif pourvu d’un chauffage commun doit comporter, quand la technique le permet, une installation permettant de déterminer la quantité de chaleur et d’eau chaude fournie à chaque local occupé à titre privatif.
          Nonobstant toute disposition, convention ou usage contraires, les frais de chauffage et de fourniture d’eau chaude mis à la charge des occupants comprennent, en plus des frais fixes, le coût des quantités de chaleur calculées comme il est dit ci-dessus.
          Un décret pris en Conseil d’Etat fixe les conditions d’application du présent article, et notamment la part des frais fixes visés au précédent alinéa, les délais d’exécution des travaux prescrits ainsi que les cas et conditions dans lesquels il peut être dérogé à l’obligation prévue au premier alinéa, en raison d’une impossibilité technique ou d’un coût excessif.

          Pour les bâtiments réhabilités raccordés à un réseau de distribution de chaleur, la puissance souscrite dans le cadre des contrats existants peut faire l’objet d’un réajustement à la demande des souscripteurs après travaux, selon des modalités fixées par voie réglementaire.

          Les fonctionnaires et agents contractuels du ministère chargé de l’énergie, assermentés et commissionnés à cet effet, ainsi que les officiers ou agents de police judiciaire, les fonctionnaires et agents de l’Etat et des collectivités publiques, commissionnés à cet effet par le maire ou le ministre chargé de l’urbanisme et, le cas échéant, par le ministre chargé des monuments historiques et des sites, et assermentés, sont habilités à rechercher et constater les infractions à l’article L. 241-1 pour les établissements industriels et commerciaux et pour les établissements recevant du public.

      • TITRE VI : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A MAYOTTE
        • CHAPITRE UNIQUE

          A Mayotte, les articles L. 241-2 à L. 241-8 sont applicables à compter du renouvellement ou de la reconduction des contrats en cours au 1er janvier 2008.

    • LIVRE III : LES DISPOSITIONS RELATIVES A L’ELECTRICITE
      • TITRE IER : LA PRODUCTION
        • CHAPITRE IER : LES DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES A LA PRODUCTION D’ELECTRICITE
          • SECTION 2 : L’AUTORISATION D’EXPLOITER

            L’autorisation d’exploiter une installation de production d’électricité est délivrée par l’autorité administrative en tenant compte des critères suivants :
            1° La sécurité et la sûreté des réseaux publics d’électricité, des installations et des équipements associés ;
            2° Le choix des sites, l’occupation des sols et l’utilisation du domaine public ;
            3° L’efficacité énergétique ;
            4° Les capacités techniques, économiques et financières du candidat ou du demandeur ;
            5° La compatibilité avec les principes et les missions de service public, notamment avec les objectifs de programmation pluriannuelle des investissements et la protection de l’environnement ;
            6° Le respect de la législation sociale en vigueur.
            L’autorisation est nominative et incessible. En cas de changement d’exploitant, l’autorisation ne peut être transférée au nouvel exploitant que par décision de l’autorité administrative.

            Les installations dont la puissance installée par site de production est inférieure ou égale à un seuil, dépendant du type d’énergie utilisée et fixé par décret en Conseil d’Etat, sont réputées autorisées.
            Les installations existantes, régulièrement établies au 11 février 2000, sont également réputées autorisées.
            Lorsque l’augmentation de la puissance installée d’une installation existante est inférieure à 10 %, elle fait l’objet d’une déclaration de l’exploitant adressée à l’autorité administrative.

            Electricité de France et les entreprises locales de distribution chargées de la fourniture ne peuvent acheter l’énergie produite par les producteurs installés sur le territoire national que si leurs installations ont été régulièrement autorisées et, le cas échéant, concédées.

            L’octroi d’une autorisation au titre de la présente section ne dispense pas son bénéficiaire d’obtenir les titres requis par d’autres législations.

            Des décrets en Conseil d’Etat fixent les modalités d’application de la présente section.

          • SECTION 3 : L’APPEL D’OFFRES

            Lorsque les capacités de production ne répondent pas aux objectifs de la programmation pluriannuelle des investissements, notamment ceux concernant les techniques de production et la localisation géographique des installations, l’autorité administrative peut recourir à la procédure d’appel d’offres.
            Les critères mentionnés à l’article L. 311-5 servent à l’élaboration du cahier des charges de l’appel d’offres.
            Sous réserve des articles L. 2224-32 et L. 2224-33 du code général des collectivités territoriales, toute personne exploitant ou désirant construire et exploiter une unité de production, installée sur le territoire d’un Etat membre de l’Union européenne ou, dans le cadre de l’exécution d’accords internationaux, sur le territoire de tout autre Etat, peut participer à l’appel d’offres.
            Les modalités de l’appel d’offres sont définies par décret en Conseil d’Etat.

            L’autorité administrative désigne le ou les candidats retenus et délivre les autorisations prévues à l’article L. 311-5 dans des conditions fixées par voie réglementaire.
            Elle a la faculté de ne pas donner suite à l’appel d’offres.

            Lorsqu’elles ne sont pas retenues à l’issue de l’appel d’offres, Electricité de France et, si les installations de production sont raccordées aux réseaux de distribution dans leur zone de desserte, les entreprises locales de distribution chargées de la fourniture sont tenues de conclure, dans les conditions fixées par l’appel d’offres, un contrat d’achat de l’électricité avec le candidat retenu, en tenant compte du résultat de l’appel d’offres.
            Electricité de France ou, le cas échéant, les entreprises locales de distribution mentionnées à l’alinéa précédent préservent la confidentialité des informations d’ordre économique, commercial, industriel, financier ou technique dont le service qui négocie et conclut le contrat d’achat d’électricité a connaissance dans l’accomplissement de ses missions et dont la communication serait de nature à porter atteinte aux règles de concurrence libre et loyale et de non-discrimination.

            Lorsque Electricité de France et les entreprises locales de distribution mentionnées à l’article L. 311-12 sont retenues à l’issue de l’appel d’offres, les surcoûts éventuels des installations qu’elles exploitent font l’objet d’une compensation au titre des obligations de service public dans les conditions prévues aux articles L. 121-6 et suivants.

          • SECTION 4 : LES SANCTIONS ADMINISTRATIVES ET PENALES

            Si l’autorité administrative constate qu’une installation n’est pas régulièrement autorisée ou concédée ou que l’exploitant ne respecte pas les prescriptions définies par l’autorisation ou la concession et, le cas échéant, par le 2° du I de l’article L. 214-17 et par l’article L. 214-18 du code de l’environnement, le contrat d’achat de l’énergie produite conclu avec Electricité de France ou une entreprise locale de distribution est suspendu ou résilié dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.

            En cas de manquement aux dispositions législatives ou réglementaires régissant l’activité de production ou aux prescriptions du titre en vertu duquel cette activité est exercée, l’autorité administrative peut prononcer les sanctions prévues à l’article L. 142-31.

            Le fait d’exploiter une installation de production d’électricité sans être titulaire de l’autorisation mentionnée à l’article L. 311-5 est puni d’un an d’emprisonnement et de 150 000 euros d’amende.

            Les personnes physiques coupables de l’infraction prévue à l’article L. 311-16 encourent également les peines complémentaires suivantes :
            1° La fermeture temporaire ou à titre définitif de l’un, de plusieurs ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
            2° L’interdiction d’exercer l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise, suivant les modalités prévues par l’article 131-27 du code pénal ;
            3° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

            Les peines encourues par les personnes morales responsables de l’infraction mentionnée à l’article L. 311-16 sont :
            1° L’amende, suivant les modalités prévues à l’article 131-38 du code pénal ;
            2° La fermeture temporaire, pour une durée de cinq ans au plus, ou à titre définitif de l’un, de plusieurs, ou de l’ensemble des établissements de l’entreprise appartenant à la personne condamnée ;
            3° L’interdiction, à titre définitif ou pour une durée de cinq ans au plus, d’exercer directement ou indirectement l’activité professionnelle ou sociale dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de laquelle l’infraction a été commise ;
            4° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée, dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.

            Est puni de 15 000 euros d’amende le fait pour une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire de révéler des informations mentionnées à l’article L. 311-12 à toute personne étrangère au service qui négocie et qui conclut le contrat d’achat.

        • CHAPITRE II : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A LA PRODUCTION HYDROELECTRIQUE

          La production hydroélectrique est régie par les dispositions du livre V en tant qu’elles concernent l’hydroélectricité.

          Les titres administratifs délivrés en application du livre V valent autorisation au sens de l’article L. 311-5.

        • CHAPITRE III : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A LA PRODUCTION D’ELECTRICITE NUCLEAIRE

          Les installations nucléaires de base qui produisent de l’électricité sont soumises au régime prévu au titre IV de la loi n° 2006-686relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire et à l’article 20 de la loi n° 2006-739 du 28 juin 2006 de programme relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs.

          Les dispositions relatives à la gestion durable des déchets radioactifs sont énoncées au chapitre II du titre IV du livre V du code de l’environnement ainsi qu’aux articles 1er, 3, 4, 7, 10, 17 et 20 à 23 de la loi n° 2006-739 du 28 juin 2006 de programme relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs.

        • CHAPITRE IV : LES DISPOSITIONS PARTICULIERES A L’ELECTRICITE PRODUITE A PARTIR D’ENERGIES RENOUVELABLES
          • SECTION 1 : L’OBLIGATION D’ACHAT

            Sous réserve de la nécessité de préserver le fonctionnement des réseaux, Electricité de France et, si les installations de production sont raccordées aux réseaux publics de distribution dans leur zone de desserte, les entreprises locales de distribution chargées de la fourniture sont tenues de conclure, lorsque les producteurs intéressés en font la demande, un contrat pour l’achat de l’électricité produite sur le territoire national par :
            1° Les installations qui valorisent des déchets ménagers ou assimilés mentionnés aux articles L. 2224-13 et L. 2224-14 du code général des collectivités territoriales ou qui visent l’alimentation d’un réseau de chaleur ; dans ce dernier cas, la puissance installée de ces installations doit être en rapport avec la taille du réseau existant ou à créer ;
            2° Les installations de production d’électricité qui utilisent des énergies renouvelables, à l’exception des énergies mentionnées au 3°, les installations situées à terre utilisant l’énergie mécanique du vent dans une zone non interconnectée au réseau métropolitain continental ou les installations qui mettent en œuvre des techniques performantes en termes d’efficacité énergétique telles que la cogénération. Un décret en Conseil d’Etat fixe les limites de puissance installée des installations de production qui peuvent bénéficier de l’obligation d’achat. Ces limites, qui ne peuvent excéder 12 mégawatts, sont fixées pour chaque catégorie d’installation pouvant bénéficier de l’obligation d’achat sur un site de production. Pour apprécier le respect de ces limites, deux machines électrogènes, appartenant à une même catégorie d’installations, exploitées par une même personne ou par les sociétés qu’elle contrôle directement ou indirectement au sens de l’article L. 233-3 du code de commerce, ne peuvent être considérées comme situées sur deux sites distincts si la distance qui les sépare est inférieure à une distance minimale fixée par voie réglementaire. Ces limites sont révisées pour prendre en compte l’ouverture progressive du marché national de l’électricité.
            Les nouvelles installations destinées au turbinage des débits minimaux mentionnés à l’article L. 214-18 du code de l’environnement réalisées par le titulaire d’une autorisation ou d’une concession hydroélectrique en cours bénéficient de l’obligation d’achat indépendamment de l’ouvrage principal à la condition que leur puissance installée respecte les limites prévues à l’alinéa précédent ;
            3° Les installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent qui sont implantées dans le périmètre d’une zone de développement de l’éolien terrestre définie selon les modalités fixées à l’article L. 314-9 ou qui sont implantées sur le domaine public maritime ou dans la zone économique exclusive et les installations qui utilisent l’énergie marine, l’énergie solaire thermique ou l’énergie géothermique ou hydrothermique. Pour l’éolien, ces installations doivent constituer des unités de production composées d’un nombre de machines électrogènes au moins égal à cinq, à l’exception de celles pour lesquelles une demande de permis de construire a été déposée avant le 14 juillet 2010 et de celles composées d’une machine électrogène de puissance inférieure ou égale à 250 kilowatts et dont la hauteur du mât est inférieure à trente mètres.
            Toutefois, en zone non interconnectée au réseau métropolitain continental, un producteur utilisant l’énergie mécanique du vent peut choisir de relever du 2° ou du 3°. Une fois son choix effectué, il ne peut prétendre bénéficier des dispositions alternatives ;
            4° Les moulins à vent réhabilités pour la production d’électricité ;
            5° Les moulins à eaux réhabilités pour la production d’électricité ;
            6° Les installations qui valorisent des énergies de récupération dans les limites et conditions définies au présent article, notamment au 2° ;
            7° Dans les départements d’outre-mer, les installations électriques qui produisent de l’électricité à partir de la biomasse, dont celle issue de la canne à sucre.

            Sous réserve du maintien des contrats d’obligation d’achat en cours au 11 août 2004, les installations bénéficiant de l’obligation d’achat au titre de l’article L. 121-27 ou de l’article L. 314-1 ne peuvent bénéficier qu’une seule fois d’un contrat d’obligation d’achat. Cette disposition ne s’applique pas aux contrats d’achat d’une durée de quinze ans, qui arrivent à échéance à partir de 2012, dont bénéficient les installations de production hydroélectrique qui pourront être renouvelés une fois à leur échéance aux mêmes conditions et pour une durée de quinze ans, sous réserve de la réalisation d’un programme d’investissement défini par arrêté.

            Les surcoûts éventuels des installations de production d’électricité exploitées par Electricité de France ou par les entreprises locales de distribution et qui entrent dans le champ d’application de l’article L. 314-1 font l’objet d’une compensation dans les conditions prévues aux articles L. 121-6 et suivants.

            Les conditions dans lesquelles les ministres chargés de l’économie et de l’énergie arrêtent, après avis de la Commission de régulation de l’énergie, les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations mentionnées à l’article L. 314-1, sont précisées par voie réglementaire.
            Pour les installations mentionnées au 7° du même article, les ministres chargés de l’économie, de l’énergie, de l’agriculture et de l’outre-mer arrêtent, dans des conditions précisées par voie réglementaire et après avis de la Commission de régulation de l’énergie, les conditions d’achat à un prix qui ne peut être inférieur au prix de vente moyen de l’électricité issu du dernier appel d’offres biomasse national et qui tient compte des coûts évités par rapport à l’utilisation d’énergies fossiles.

            Lorsque les quantités d’électricité produites par les installations bénéficiant de l’obligation d’achat raccordées au réseau dans la zone de desserte d’une entreprise locale de distribution excèdent les quantités d’électricité que cette entreprise peut écouler auprès des clients situés dans sa zone de desserte, Electricité de France est tenue de conclure avec cette entreprise un contrat pour l’achat de ce surplus d’électricité. Les conditions d’achat de ce surplus sont celles fixées pour la catégorie d’installations à laquelle appartiennent les installations de production ayant conduit à la mise en œuvre de cette disposition.
            Les surcoûts éventuels qui en résultent pour Electricité de France font l’objet d’une compensation dans les conditions prévues à l’article L. 121-6 et suivants.

            Sous réserve du maintien des contrats en cours, l’obligation de conclure un contrat d’achat prévu à l’article L. 314-1 peut être partiellement ou totalement suspendue par l’autorité administrative, pour une durée qui ne peut excéder dix ans, si cette obligation ne répond plus aux objectifs de la programmation pluriannuelle des investissements.

            Les contrats conclus en application de la présente section par Electricité de France et les entreprises locales de distribution sont des contrats administratifs qui ne sont conclus et qui n’engagent les parties qu’à compter de leur signature.
            Ils prévoient des conditions d’achat prenant en compte les coûts d’investissement et d’exploitation évités par ces acheteurs, auxquels peut s’ajouter une prime prenant en compte la contribution de la production livrée ou des filières à la réalisation des objectifs définis au deuxième alinéa de l’article L. 121-1. Le niveau de cette prime ne peut conduire à ce que la rémunération des capitaux immobilisés dans les installations bénéficiant de ces conditions d’achat excède une rémunération normale des capitaux, compte tenu des risques inhérents à ces activités et de la garantie dont bénéficient ces installations d’écouler l’intégralité de leur production à un tarif déterminé.
            Les conditions d’achat font l’objet d’une révision périodique afin de tenir compte de l’évolution des coûts évités et des charges mentionnées aux articles L. 121-7 et L. 121-8.

            L’autorité administrative peut, pour des raisons de sécurité d’approvisionnement, ordonner que les installations de production existantes à la date du 11 février 2000, qui utilisent du charbon produit en France comme énergie primaire, soient appelées en priorité par le gestionnaire du réseau public de transport dans une proportion n’excédant pas, au cours d’une année civile, 10 % de la quantité totale d’énergie primaire nécessaire pour produire l’électricité consommée en France.
            Les surcoûts éventuels qui en découlent sont compensés dans les conditions prévues aux articles L. 121-6 et suivants.

            Les zones de développement de l’éolien sont définies par le représentant de l’Etat dans le département en fonction :
            1° Des délimitations territoriales inscrites au schéma régional éolien ;
            2° De leur potentiel éolien ;
            3° Des possibilités de raccordement aux réseaux électriques ;
            4° De la possibilité pour les projets à venir de préserver la sécurité publique, les paysages, la biodiversité, les monuments historiques et les sites remarquables et protégés ainsi que le patrimoine archéologique.
            Elles sont proposées par la ou les communes dont tout ou partie du territoire est compris dans le périmètre proposé ou par un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, sous réserve de l’accord de la ou des communes membres dont tout ou partie du territoire est compris dans le périmètre proposé.

            Les zones de développement de l’éolien créées ou modifiées postérieurement à la publication du schéma régional éolien mentionné au 3° du I de l’article L. 222-1 du code de l’environnement doivent être situées au sein des parties du territoire régional favorables au développement de l’énergie éolienne définies par ce schéma. Le schéma régional éolien prend en compte les zones de développement de l’éolien créées antérieurement à son élaboration.
            A défaut de publication du schéma régional au 30 juin 2012, le préfet de région est compétent pour élaborer et arrêter le schéma régional selon des modalités déterminées par décret en Conseil d’Etat.

            Lorsqu’un contrat d’achat a été conclu en application des articles L. 121-27 et L. 314-1 pour l’achat d’électricité produite par une installation utilisant des techniques énergétiques performantes et située dans une zone de fragilité des réseaux publics de transport ou de distribution d’électricité, cette installation peut alimenter directement un consommateur industriel final situé dans la même zone.
            Cette alimentation est autorisée pendant les périodes présentant des risques de perturbation des réseaux publics concernés si elle permet d’éviter des investissements de renforcement de ces réseaux. L’électricité ne peut être vendue dans ces conditions que si un contrat d’îlotage entre l’exploitant de l’installation de production et le consommateur industriel a été conclu, après avoir recueilli l’accord du gestionnaire de réseau concerné. Le gestionnaire de réseau ne peut opposer un refus que pour des raisons liées à la sécurité, à la sûreté et au bon fonctionnement des réseaux.
            Le contrat d’achat est suspendu pour une durée égale à la durée de l’îlotage de l’installation de production et sa date d’échéance demeure inchangée.

            Un consommateur industriel final qui n’a pas, préalablement à la mise en œuvre des dispositions de l’article L. 314-11, exercé son droit prévu à l’article L. 331-1 pour le site concerné est réputé ne pas exercer ce même droit pour ce site lorsqu’il est alimenté directement dans les conditions définies à l’article L. 314-11.

            Les conditions et modalités d’application de la présente section sont déterminées par décret en Conseil d’Etat.

          • SECTION 2 : LES GARANTIES D’ORIGINE

            Le gestionnaire du réseau public de transport délivre aux producteurs qui en font la demande des garanties d’origine pour la quantité d’électricité produite en France à partir d’énergies renouvelables ou par cogénération. La délivrance de garanties d’origine n’est pas subordonnée à l’accès de l’électricité produite au réseau de transport ou de distribution.
            Le coût du service ainsi créé pour délivrer les garanties d’origine est à la charge du demandeur.
            La personne achetant, en application des articles L. 121-27, L. 311-12 et L. 314-1, de l’électricité produite en France à partir d’énergies renouvelables ou par cogénération est subrogée au producteur de cette électricité dans son droit à obtenir la délivrance des garanties d’origine correspondantes.

            Au maximum, une garantie d’origine est émise pour chaque unité d’énergie produite correspondant à un mégawattheure. Chaque unité d’énergie produite à partir d’énergies renouvelables ou par cogénération ne peut être prise en compte qu’une seule fois.
            Une garantie d’origine ne peut être utilisée que dans les douze mois suivant la production de l’unité d’énergie correspondante. La garantie d’origine est annulée dès qu’elle a été utilisée.
            Le gestionnaire du réseau public de transport établit et tient à jour un registre des garanties d’origine. Ce registre est accessible au public.
            Un décret en Conseil d’Etat précise les conditions de délivrance des garanties d’origine et de tenue du registre, les tarifs d’accès à ce service ainsi que les pouvoirs et moyens d’action et de contrôle attribués aux gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité. Il précise également les conditions et modalités particulières de délivrance des garanties d’origine dans les zones non interconnectées.

      • TITRE II : LE TRANSPORT ET LA DISTRIBUTION
        • CHAPITRE IER : LE TRANSPORT
          • SECTION 1 : L’AUTORITE CONCEDANTE DU RESEAU PUBLIC DE TRANSPORT D’ELECTRICITE ET LA CONSISTANCE DE CE RESEAU

            La concession de la gestion du réseau public de transport d’électricité est donnée par l’Etat au gestionnaire du réseau public de transport d’électricité mentionné à l’article L. 111-40.

            Le gestionnaire du réseau public de transport d’électricité exerce ses missions dans les conditions fixées par un cahier des charges type de concession approuvé par décret en Conseil d’Etat, après avis de la Commission de régulation de l’énergie.

            L’acte de concession prévu à l’article L. 321-1 ne peut imposer au concessionnaire au titre de la rémunération du concédant une charge pécuniaire autre que les redevances mentionnées à l’article L. 323-2.

            Le réseau public de transport est constitué par :
            1° Les ouvrages exploités au 11 août 2004 par le gestionnaire du réseau public de transport, à l’exception des ouvrages déclassés en application de l’article L. 321-5 ;
            2° Les ouvrages de tension supérieure ou égale à 50 kV qui après cette date sont créés sur le territoire métropolitain continental ou transférés en application de l’article 10 de la loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières.
            Sont exclus du réseau public de transport :
            a) Les lignes directes mentionnées à l’article L. 343-1 ;
            b) Les ouvrages des concessions de distribution de service public mentionnées à l’article L. 324-1 ;
            c) Les ouvrages déclassés en application de l’article L. 321-5.
            Un décret en Conseil d’Etat définit, en particulier pour les postes de transformation, les conditions de l’appartenance au réseau public de transport des ouvrages ou parties d’ouvrages mentionnés aux 1° et 2°, notamment en ce qui concerne leurs caractéristiques, leurs fonctions ou la date de leur mise en service.

            Un décret en Conseil d’Etat précise les conditions dans lesquelles le ministre chargé de l’énergie peut déroger aux règles de classement mentionnées aux 1° et 2° de l’article L. 321-4, pour les ouvrages de tension supérieure ou égale à 50 kV qui assurent exclusivement une fonction de distribution d’électricité au bénéfice des entreprises locales de distribution. En cas de désaccord, notamment financier, entre les gestionnaires de réseaux, il est fait application des dispositions de l’article 10 de la loi n° 2004-803 du 9 août 2004 relative au service public de l’électricité et du gaz et aux entreprises électriques et gazières.

          • SECTION 2 : LES MISSIONS DU GESTIONNAIRE DU RESEAU DE TRANSPORT

            I. ― Le gestionnaire du réseau public de transport exploite et entretient le réseau public de transport d’électricité. Il est responsable de son développement afin de permettre le raccordement des producteurs, des consommateurs, la connexion avec les réseaux publics de distribution et l’interconnexion avec les réseaux des autres pays européens.
            A cet effet, il élabore chaque année un schéma décennal de développement du réseau établi sur l’offre et la demande existantes ainsi que sur les hypothèses raisonnables à moyen terme de l’évolution de la production, de la consommation et des échanges d’électricité sur les réseaux transfrontaliers. Le schéma prend notamment en compte le bilan prévisionnel pluriannuel et la programmation pluriannuelle des investissements de production arrêtée par l’Etat, ainsi que les schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables mentionnés à l’article L. 321-7.
            Le schéma décennal mentionne les principales infrastructures de transport qui doivent être construites ou modifiées de manière significative dans les dix ans, répertorie les investissements déjà décidés ainsi que les nouveaux investissements qui doivent être réalisés dans les trois ans, en fournissant un calendrier de tous les projets d’investissements.
            Chaque année, le schéma décennal est soumis à l’examen de la Commission de régulation de l’énergie. La Commission de régulation de l’énergie consulte, selon des modalités qu’elle détermine, les utilisateurs du réseau public ; elle rend publique la synthèse de cette consultation.
            Elle vérifie si le schéma décennal couvre tous les besoins en matière d’investissements et s’il est cohérent avec le plan européen non contraignant élaboré par le Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport institué par le règlement (CE) n° 714/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009. En cas de doute sur cette cohérence, la Commission de régulation de l’énergie peut consulter l’Agence de coopération des régulateurs de l’énergie, instituée par le règlement (CE) n° 713/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009. Elle peut imposer au gestionnaire du réseau public de transport la modification du schéma décennal de développement du réseau.
            Le schéma décennal de développement du réseau est également soumis, à intervalle maximal de quatre ans, à l’approbation du ministre chargé de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie.
            II. ― Pour l’application du schéma décennal, la direction générale ou le directoire de la société gestionnaire du réseau public de transport établit un programme annuel d’investissements, qu’il soumet à l’approbation préalable de la Commission de régulation de l’énergie.
            Lorsque, pour des motifs autres que des raisons impérieuses qu’il ne contrôle pas, le gestionnaire du réseau public de transport ne réalise pas un investissement qui, en application du schéma décennal, aurait dû être réalisé dans un délai de trois ans, la Commission de régulation de l’énergie, sans préjudice du recours aux sanctions prévues à la section 4 du chapitre IV du titre III du livre Ier, peut, si l’investissement est toujours pertinent compte tenu du schéma décennal de développement du réseau en cours :
            a) Mettre en demeure le gestionnaire du réseau public de transport de se conformer à cette obligation ;
            b) Organiser, au terme d’un délai de trois mois après une mise en demeure restée infructueuse, un appel d’offres ouvert à des investisseurs tiers.
            La Commission de régulation de l’énergie élabore le cahier des charges de l’appel d’offres et procède à la désignation des candidats retenus. Sa décision portant désignation des candidats est transmise à l’autorité administrative en vue de sa publication au Journal officiel de la République française. La procédure d’appel d’offres est précisée par voie réglementaire.
            Les candidats retenus bénéficient des mêmes droits et sont soumis aux mêmes obligations que ceux du gestionnaire du réseau public de transport pour la réalisation des ouvrages électriques. Ceux-ci sont remis, dès l’achèvement des travaux, au gestionnaire du réseau public de transport.

            Le gestionnaire du réseau public de transport élabore, en accord avec les gestionnaires des réseaux publics de distribution et après avis des autorités organisatrices de la distribution concernés dans leur domaine de compétence, un schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables, qu’il soumet à l’approbation du préfet de région dans un délai de six mois suivant l’établissement du schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie.
            Le schéma régional de raccordement définit les ouvrages à créer ou à renforcer pour atteindre les objectifs fixés par le schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie. Il définit également un périmètre de mutualisation des postes du réseau public de transport, des postes de transformation entre les réseaux publics de distribution et le réseau public de transport et des liaisons de raccordement de ces postes au réseau public de transport. Il mentionne, pour chacun d’eux, qu’ils soient existants ou à créer, les capacités d’accueil de production permettant d’atteindre les objectifs définis par le schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie et, s’il existe, par le document stratégique de façade mentionné à l’article L. 219-3 du code de l’environnement. Il évalue le coût prévisionnel d’établissement des capacités d’accueil nouvelles nécessaires à l’atteinte des objectifs quantitatifs visés au 3° du I de l’article L. 222-1 du même code.
            Les capacités d’accueil de la production prévues dans le schéma régional de raccordement au réseau sont réservées pendant une période de dix ans au bénéfice des installations de production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelable.
            Les conditions d’application en mer du présent article sont précisées par voie réglementaire.

            A la demande des collectivités territoriales, le gestionnaire du réseau public de transport peut participer au financement de la mise en souterrain des ouvrages existants dont il a la charge pour des motifs liés au développement économique local ou à la protection de l’environnement. Sa participation fait l’objet d’une convention avec les collectivités territoriales et sa contribution financière est fixée selon des critères et un barème arrêtés conjointement par les ministres chargés de l’économie et de l’énergie, sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie.
            Toutefois, lorsque le gestionnaire du réseau public de transport décide de profiter du projet de mise en souterrain pour anticiper les travaux de développement du réseau, la part correspondant aux coûts de développement anticipés est à sa charge exclusive.
            Le gestionnaire du réseau public de transport tient une comptabilité séparée pour ces investissements, selon des règles approuvées par la Commission de régulation de l’énergie.

            Pour assurer techniquement l’accès au réseau public de transport, prévu à l’article L. 111-91, le gestionnaire du réseau met en œuvre les programmes d’appel et les programmes d’approvisionnement préalablement établis.
            Les programmes d’appel sont établis par les producteurs et par les personnes qui ont recours à des sources ayant fait l’objet de contrats d’acquisition intracommunautaire ou d’importation. Ils portent sur les quantités d’électricité que ces personnes prévoient de livrer au cours de la journée suivante. Ils précisent les propositions d’ajustement mentionnées à l’article L. 321-10.
            Les programmes d’approvisionnement sont établis par les organismes en charge de la fourniture aux clients n’ayant pas exercé leur droit prévu à l’article L. 331-1, les propriétaires et les gestionnaires de réseaux ferroviaires ou de réseaux de transports collectifs urbains et les fournisseurs mentionnés à l’article L. 333-1. Ces programmes portent sur les quantités d’électricité qu’il est prévu de leur livrer et qu’ils prévoient de livrer au cours de la journée suivante.
            Les programmes d’appel et les programmes d’approvisionnement sont soumis au gestionnaire du réseau public de transport qui s’assure avant leur mise en œuvre de leur équilibre avec ses prévisions de la consommation nationale.
            La durée des contrats doit être compatible avec l’équilibre global des réseaux publics de transport et de distribution.

            Le gestionnaire du réseau public de transport assure à tout instant l’équilibre des flux d’électricité sur le réseau ainsi que la sécurité, la sûreté et l’efficacité de ce réseau, en tenant compte des contraintes techniques pesant sur celui-ci. Il veille également au respect des règles relatives à l’interconnexion des différents réseaux nationaux de transport d’électricité.
            A cette fin, le gestionnaire du réseau public de transport peut modifier les programmes d’appel mentionnés à l’article L. 321-9. Sous réserve des contraintes techniques du réseau et des obligations de sûreté, de sécurité et de qualité du service public de l’électricité, ces modifications tiennent compte de l’ordre de préséance économique entre les propositions d’ajustement qui lui sont soumises. Les critères de choix sont objectifs et non discriminatoires. Ils sont publiés.
            Les règles de présentation des programmes et des propositions d’ajustement et les critères de choix entre les propositions d’ajustement qui sont soumises au gestionnaire du réseau public de transport sont approuvés par la Commission de régulation de l’énergie, préalablement à leur mise en œuvre.

            Le gestionnaire du réseau public de transport veille à la disponibilité et à la mise en œuvre des réserves nécessaires au fonctionnement du réseau. Il veille à la compensation des pertes liées à l’acheminement de l’électricité.
            A cette fin, il négocie librement avec les producteurs et les fournisseurs de son choix les contrats nécessaires à l’exécution des missions énoncées à l’alinéa précédent, selon des procédures concurrentielles, non discriminatoires et transparentes, telles que notamment des consultations publiques ou le recours à des marchés organisés.
            Pour couvrir ses besoins à court terme, le gestionnaire du réseau public de transport peut demander la modification des programmes d’appel dans les conditions définies à l’article L. 321-10.
            Le gestionnaire du réseau public de transport veille également à la disponibilité et à la mise en œuvre des services nécessaires au fonctionnement du réseau. Tout producteur dont les installations disposent d’une capacité constructive de réglage de la fréquence ou de la tension met, en application de l’article L. 342-5, cette capacité à la disposition du gestionnaire du réseau public de transport, selon des modalités de participation et des règles de détermination de la rémunération fondées sur des critères objectifs et non discriminatoires, qui sont élaborées et publiées par le gestionnaire du réseau public de transport.
            Ces modalités et règles sont approuvées par la Commission de régulation de l’énergie préalablement à leur mise en œuvre. Le gestionnaire du réseau public de transport conclut les contrats nécessaires à l’exercice de cette mission.

            Le gestionnaire du réseau public de transport peut conclure des contrats de réservation de puissance avec les consommateurs raccordés au réseau public de transport ou aux réseaux publics de distribution, lorsque leurs capacités d’effacement de consommation sont de nature à renforcer la sûreté du système électrique, notamment dans les périodes de surconsommation. Les coûts associés sont répartis entre les utilisateurs de ces réseaux et les responsables d’équilibre dans le cadre du règlement des écarts. Lorsqu’il décide de solliciter la mise en application d’un contrat de réservation de puissance conclu en vertu du présent article, le gestionnaire du réseau public de transport informe les gestionnaires des réseaux publics de distribution concernés.

            La totalité de la puissance non utilisée techniquement disponible sur chacune des installations de production raccordées au réseau public de transport est mise à disposition du gestionnaire de ce réseau par les producteurs dans leurs offres sur le mécanisme d’ajustement.
            L’autorité administrative peut demander aux producteurs de justifier que leurs installations de production ne sont pas disponibles techniquement.

            Le gestionnaire du réseau public de transport procède aux comptages nécessaires à l’exercice de ses missions. Sous réserve des stipulations contractuelles, il peut, compte tenu des écarts constatés par rapport aux programmes mentionnés à l’article L. 321-9 et des coûts liés aux ajustements, demander ou attribuer une compensation financière aux utilisateurs concernés.
            Les méthodes de calcul des écarts et des compensations financières mentionnées au précédent alinéa sont approuvées par la Commission de régulation de l’énergie.

            Chaque producteur d’électricité raccordé aux réseaux publics de transport ou de distribution et chaque consommateur d’électricité, pour les sites pour lesquels il a exercé son droit prévu à l’article L. 331-1, est responsable des écarts entre les injections et les soutirages d’électricité auxquels il procède. Il peut soit définir les modalités selon lesquelles lui sont financièrement imputés ces écarts par contrat avec le gestionnaire du réseau public de transport, soit contracter à cette fin avec un responsable d’équilibre qui prend en charge les écarts ou demander à l’un de ses fournisseurs de le faire.
            Lorsque les écarts pris en charge par un responsable d’équilibre compromettent l’équilibre des flux d’électricité sur le réseau, le gestionnaire du réseau public de transport peut le mettre en demeure de réduire ces écarts dans les huit jours.
            Au terme de ce délai, si la mise en demeure est restée infructueuse, le gestionnaire du réseau public de transport peut dénoncer le contrat le liant au responsable d’équilibre.
            Il revient alors au fournisseur ayant conclu avec ce responsable d’équilibre un contrat relatif à l’imputation financière des écarts de désigner un nouveau responsable d’équilibre pour chaque site en cause. A défaut, les consommateurs bénéficient pour chacun de ces sites d’une fourniture de secours dans les conditions prévues à l’article L. 333-3.

            Le gestionnaire de réseau de transport certifie la disponibilité et le caractère effectif des garanties de capacités prévues à l’article L. 335-2.
            A cet effet, toute installation de production raccordée au réseau public de transport ou au réseau public de distribution et toute capacité d’effacement de consommation doit faire l’objet, par son exploitant, d’une demande de certification de capacité auprès du gestionnaire du réseau public de transport. Les modalités de cette certification de capacité, qui peuvent être adaptées pour les installations dont la participation à la sécurité d’approvisionnement est réduite, sont définies par le décret en Conseil d’Etat mentionné à l’article L. 335-6.
            La totalité des garanties de capacités certifiées doit être mise à disposition des fournisseurs soit directement, soit indirectement, en vue du respect des obligations définies à l’article L. 335-2. Les garanties de capacités détenues par un fournisseur en excédent de ces obligations doivent faire l’objet d’une offre publique de vente.

            Le gestionnaire de réseau de transport procède à la comptabilité des garanties de capacités détenues par chaque fournisseur et au calcul des écarts entre ces capacités et les obligations définies à l’article L. 335-2.
            Sur proposition du gestionnaire du réseau public de transport, la Commission de régulation de l’énergie approuve, préalablement à leur mise en œuvre, les méthodes de calcul des écarts mentionnées à l’alinéa précédent.

          • SECTION 3 : LA QUALITE DE L’ELECTRICITE

            Le gestionnaire du réseau public de transport conçoit et exploite ce réseau de façon à assurer une desserte en électricité d’une qualité régulière, définie et compatible avec les utilisations usuelles de l’énergie électrique.
            Les niveaux de qualité et les prescriptions techniques en matière de qualité qui doivent être respectés par le gestionnaire du réseau public de transport sont définis par voie réglementaire. Les niveaux de qualité peuvent être modulés par zone géographique.
            Dans le respect des dispositions réglementaires prises en application de l’alinéa précédent, le cahier des charges de concession du réseau public de transport fixe les niveaux de qualité requis.

            Lorsque le fonctionnement normal du réseau public de transport est menacé de manière grave et immédiate ou requiert des appels aux réserves mobilisables, le gestionnaire du réseau public de transport procède, à son initiative, à l’interruption instantanée de la consommation des consommateurs finals raccordés au réseau public de transport et à profil d’interruption instantanée.
            Les conditions d’agrément des consommateurs finals à profil d’interruption instantanée, les modalités techniques générales de l’interruption instantanée et la liste des consommateurs finals à profil d’interruption instantanée agréés sont fixées par arrêté du ministre chargé de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie.
            Les sujétions de service public ainsi imposées aux consommateurs finals à profil d’interruption instantanée agréés font l’objet d’une compensation par le gestionnaire du réseau public de transport dans des conditions fixées par arrêté conjoint des ministres chargés de l’économie et de l’énergie, après avis de la Commission de régulation de l’énergie.

        • CHAPITRE II : LA DISTRIBUTION
          • SECTION 1 : LES AUTORITES ORGANISATRICES DU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION D’ELECTRICITE ET LA CONSISTANCE DE CE RESEAU

            Les autorités organisatrices d’un réseau public de distribution sont définies à l’