// vous lisez...

Contentieux administratif

CE 5 mai 2011, Ministre de l’écologie c/ Bertaud, n° 336893

Le délai de retrait de 3 mois en matière d’urbanisme n’exclut pas la possibilité de former un recours administratif

Considérant qu’aux termes du premier alinéa de l’article L. 2131-6 du code général des collectivités territoriales : « Le représentant de l’Etat dans le département défère au tribunal administratif les actes (…) qu’il estime contraires à la légalité dans les deux mois suivant leur transmission » ; qu’aux termes du second alinéa de l’article L. 424-5 du code de l’urbanisme, dans sa rédaction issue de l’article 6 de la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement : « Le permis de construire, d’aménager ou de démolir, tacite ou explicite, ne peut être retiré que s’il est illégal et dans le délai de trois mois suivant la date de cette décision. Passé ce délai, le permis ne peut être retiré que sur demande explicite de son bénéficiaire » ; qu’en outre, un acte administratif obtenu par fraude ne créant pas de droits, il peut être abrogé ou retiré par l’autorité compétente pour le prendre, alors même que le délai qui lui est normalement imparti à cette fin serait expiré ;

Considérant que sauf dans le cas où des dispositions législatives ou réglementaires ont organisé des procédures particulières, toute décision administrative peut faire l’objet, dans le délai imparti pour l’introduction d’un recours contentieux, d’un recours gracieux ou hiérarchique qui interrompt le cours de ce délai ; que les dispositions précitées du code de l’urbanisme, qui limitent le délai pendant lequel une autorisation de construire peut être retirée, spontanément ou à la demande d’un tiers, par l’autorité qui l’a délivrée, n’ont ni pour objet ni pour effet de faire obstacle, d’une part, à ce que le représentant de l’Etat puisse former un recours gracieux, jusqu’à l’expiration du délai dont il dispose pour déférer un tel acte au tribunal administratif, et d’autre part à ce que le cours de ce délai soit interrompu par ce recours gracieux ; que d’ailleurs, alors même que le délai de trois mois fixé par l’article L. 424-5 du code de l’urbanisme serait arrivé à son terme, un tel recours n’est pas dépourvu d’utilité, soit que l’auteur de l’acte litigieux justifie de la légalité de celui-ci, soit que son bénéficiaire sollicite son retrait au profit d’une nouvelle décision légalement prise ;

Considérant qu’en se fondant sur la circonstance qu’à la date du 6 avril 2009 à laquelle le sous-préfet d’Arles a saisi le maire de Rognonas d’un recours gracieux dirigé contre le permis de construire délivré le 22 décembre 2008 à M. Bertaud, cet acte ne pouvait plus, en l’absence de fraude invoquée, être retiré qu’à la demande de son bénéficiaire, dès lors qu’il avait été délivré depuis plus de trois mois, et en en déduisant que ce recours gracieux n’avait pas prorogé le délai dont disposait le préfet pour le déférer au tribunal administratif, le juge des référés de la cour administrative d’appel de Marseille a commis une erreur de droit ; que le MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’ÉCOLOGIE, DE L’ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT est, dès lors, fondé à demander l’annulation de l’ordonnance rendue par ce juge le 18 décembre 2009 ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 5 mai 2011, Ministre de l’écologie c/ Bertaud, n° 336893”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.