// vous lisez...

Référé-liberté

CE, ord., 4 mai 2011, Ministre des affaires étrangères et européennes, n° 348778

Considérant, en premier lieu, que le ministre ne critique pas en appel le motif par lequel le premier juge a estimé que la condition particulière d’urgence requise par les dispositions de l’article L. 521-2 du code de justice administrative était en l’espèce remplie ; qu’il n’appartient pas au juge d’appel de s’en saisir d’office ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE, ord., 4 mai 2011, Ministre des affaires étrangères et européennes, n° 348778”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.