// vous lisez...

Featured

Décret n° 2010-1234 du 20 octobre 2010 modifiant diverses dispositions du code de l’organisation judiciaire, JORF n°0246 du 22 octobre 2010 page 18898

 

        

Close the Calendar

Détail d’un texte

JORF n°0246 du 22 octobre 2010 page 18898
texte n° 13

DECRET
Décret n° 2010-1234 du 20 octobre 2010 modifiant diverses dispositions du code de l’organisation judiciaire

NOR: JUSB1017998D

Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés,
Vu l’ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature, notamment son article 7 ;
Vu le code de l’organisation judiciaire ;
Vu le code procédure civile ;
Vu le code de procédure pénale ;
Le Conseil d’Etat (section de l’intérieur) entendu,
Décrète :

Article 1

Le code de l’organisation judiciaire (partie réglementaire) est modifié conformément aux articles 2 à 7 du présent décret.

Article 2

Après l’article R. 111-7, il est ajouté un article R. 111-8 ainsi rédigé :
« Art. R. 111-8. – Lorsqu’il est procédé à l’installation d’un magistrat par écrit, le procès-verbal d’installation fait mention des réquisitions du ministère public. »

Article 3

A l’article R. 211-2, le second alinéa est remplacé par les alinéas suivants :
« Lorsqu’un tribunal de grande instance est supprimé, toutes les procédures en cours devant cette juridiction à la date d’entrée en vigueur du décret de suppression sont transférées en l’état au tribunal de grande instance dans le ressort duquel est situé le siège du tribunal supprimé sans qu’il y ait lieu de renouveler les actes, formalités et jugements régulièrement intervenus antérieurement à cette date, à l’exception des convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins qui n’auraient pas été suivies d’une comparution devant la juridiction supprimée.
« Avant l’entrée en vigueur du décret de suppression du tribunal de grande instance, les convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins peuvent être délivrées pour une comparution à une date postérieure à cette date d’entrée en vigueur devant la juridiction à laquelle les procédures seront transférées.
« Lorsque le ressort du tribunal de grande instance supprimé est réparti entre plusieurs tribunaux de grande instance, les mesures de protection des mineurs sont directement transférées, par dérogation au deuxième alinéa, au tribunal de grande instance dans le ressort duquel le mineur a son domicile.
« Les parties ayant comparu devant le tribunal de grande instance supprimé sont informées, par l’une ou l’autre des juridictions, qu’il leur appartient d’accomplir les actes de la procédure devant le tribunal de grande instance auquel la procédure a été transférée.
« Les archives et les minutes du greffe du tribunal de grande instance supprimé sont transférées au greffe du tribunal de grande instance dans le ressort duquel est situé le siège du tribunal supprimé. Les frais de transfert de ces archives et minutes sont pris sur le crédit ouvert à cet effet au budget du ministère de la justice. »

Article 4

L’article R. 212-18 est ainsi modifié :
1° Au deuxième alinéa, les mots : « à fin de comparution personnelle » sont remplacés par les mots : « qui n’auraient pas été suivies d’une comparution devant la juridiction supprimée. »
2° Après le dernier alinéa est ajouté l’alinéa suivant :
« Les parties ayant comparu devant le tribunal de grande instance sont informées, par ce dernier ou par la chambre détachée, qu’il leur appartient d’accomplir les actes de la procédure devant la chambre détachée à laquelle la procédure a été transférée. »

Article 5

A l’article R. 221-2, le second alinéa est remplacé par les alinéas suivants :
« Lorsqu’un tribunal d’instance est supprimé, toutes les procédures en cours devant cette juridiction à la date d’entrée en vigueur du décret de suppression sont transférées en l’état au tribunal d’instance dans le ressort duquel est situé le siège du tribunal supprimé sans qu’il y ait lieu de renouveler les actes, formalités et jugements régulièrement intervenus antérieurement à cette date, à l’exception des convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins qui n’auraient pas été suivies d’une comparution devant la juridiction supprimée.
« Avant l’entrée en vigueur du décret de suppression du tribunal d’instance, les convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins peuvent être délivrées pour une comparution à une date postérieure à cette date d’entrée en vigueur devant la juridiction à laquelle les procédures seront transférées.
« Lorsque le ressort du tribunal d’instance supprimé est réparti entre plusieurs tribunaux d’instance, les procédures de saisies des rémunérations sont directement transférées au tribunal d’instance dans le ressort duquel le débiteur a son domicile et les procédures devant le juge des tutelles au tribunal d’instance dans le ressort duquel le majeur à protéger ou protégé a sa résidence habituelle ou le tuteur son domicile.
« Les parties ayant comparu devant le tribunal d’instance supprimé sont informées par l’une ou l’autre des juridictions qu’il leur appartient d’accomplir les actes de la procédure devant le tribunal d’instance auquel la procédure a été transférée.
« Les archives et les minutes du greffe du tribunal d’instance supprimé sont transférées au greffe du tribunal d’instance dans le ressort duquel est situé le siège du tribunal supprimé. Les frais de transfert de ces archives et minutes sont pris sur le crédit ouvert à cet effet au budget du ministère de la justice. »

Article 6

A l’article R. 231-2, le second alinéa est remplacé par les alinéas suivants :
« Lorsqu’une juridiction de proximité est supprimée, toutes les procédures en cours devant cette juridiction à la date d’entrée en vigueur du décret de suppression sont transférées en l’état à la juridiction de proximité dans le ressort de laquelle est situé le siège de la juridiction supprimée sans qu’il y ait lieu de renouveler les actes, formalités et jugements régulièrement intervenus antérieurement à cette date, à l’exception des convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins qui n’auraient pas été suivies d’une comparution devant la juridiction supprimée.
« Avant l’entrée en vigueur du décret de suppression de la juridiction de proximité, les convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins peuvent être délivrées pour une comparution à une date postérieure à cette date d’entrée en vigueur devant la juridiction à laquelle les procédures seront transférées.
« Les parties ayant comparu devant la juridiction de proximité supprimée sont informées par l’une ou l’autre des juridictions qu’il leur appartient d’accomplir les actes de la procédure devant la juridiction de proximité à laquelle la procédure a été transférée.
« Les archives et les minutes du greffe de la juridiction de proximité supprimée sont transférées au greffe de la juridiction de proximité dans le ressort de laquelle est situé le siège de la juridiction de proximité supprimée. Les frais de transfert de ces archives et minutes sont pris sur le crédit ouvert à cet effet au budget du ministère de la justice. »

Article 7

A l’article R. 311-2, le second alinéa est remplacé par les alinéas suivants :
« Lorsqu’une cour d’appel est supprimée, toutes les procédures en cours devant cette juridiction à la date d’entrée en vigueur du décret de suppression sont transférées en l’état à la cour d’appel dans le ressort de laquelle est situé le siège de la juridiction supprimée sans qu’il y ait lieu de renouveler les actes, formalités et jugements régulièrement intervenus antérieurement à cette date, à l’exception des convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins qui n’auraient pas été suivies d’une comparution devant la juridiction supprimée.
« Avant l’entrée en vigueur du décret de suppression de la cour d’appel, les convocations, citations et assignations données aux parties et aux témoins peuvent être délivrées pour une comparution à une date postérieure à cette date d’entrée en vigueur devant la juridiction à laquelle les procédures seront transférées.
« Les parties ayant comparu devant la cour d’appel supprimée sont informées par l’une ou l’autre des juridictions qu’il leur appartient d’accomplir les actes de la procédure devant la cour d’appel à laquelle la procédure a été transférée.
« Les archives et les minutes du greffe de la cour d’appel supprimée sont transférées au greffe de la cour d’appel dans le ressort de laquelle est situé le siège de la cour d’appel supprimée. Les frais de transfert de ces archives et minutes sont pris sur le crédit ouvert à cet effet au budget du ministère de la justice. »

Article 8

La ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, est chargée de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 20 octobre 2010.

François Fillon

Par le Premier ministre :

La ministre d’Etat, garde des sceaux,

ministre de la justice et des libertés,

Michèle Alliot-Marie


Discussion

Aucun commentaire pour “Décret n° 2010-1234 du 20 octobre 2010 modifiant diverses dispositions du code de l’organisation judiciaire, JORF n°0246 du 22 octobre 2010 page 18898”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.