// vous lisez...

Compétence de la juridiction administrative

TC 12 avril 2010, ERDF c/ Michel, n° 3718, JCP A 2010, n° 2173, note J. Moreau

Les transformateurs d’ERDF conservent leur qualité ouvrage public

Considérant que les époux Michel se sont plaints d’ennuis de santé qu’ils attribuent aux ondes électromagnétiques émises par un poste de transformation électrique installé au sous-sol du bâtiment qu’ils habitent ; qu’Electricité de France (EDF) ayant refusé de faire droit à leur demande d’enlèvement du transformateur ou de réalisation de travaux de protection, ils ont saisi le tribunal administratif d’un recours contre cette décision ; que cette juridiction s’étant déclarée incompétente pour connaître de leur demande, M. et Mme Michel ont fait assigner EDF, aux droits de laquelle vient la société Electricité Réseau Distribution de France (ERDF), devant le tribunal de grande instance de Rennes, pour obtenir, à titre  principal, le déplacement du poste de transformation ou, subsidiairement, l’exécution de travaux de protection, ainsi que le paiement de dommages-intérêts ;

En ce qui concerne la demande de déplacement du transformateur :

Considérant que des conclusions tendant à faire ordonner le déplacement ou la transformation d’un ouvrage public relèvent par nature de la compétence du juge administratif ; que le juge judiciaire ne peut prescrire aucune mesure de nature à porter atteinte, sous quelque forme que ce soit, à l’intégrité ou au fonctionnement d’un ouvrage public, sauf dans l’hypothèse où la réalisation de l’ouvrage procède d’un acte manifestement insusceptible de se rattacher à un pouvoir dont dispose l’administration ;

Considérant que les postes de transformation qui appartenaient à l’établissement public EDF avant la loi du 9 août 2004 transformant cet établissement en société avaient le caractère d’ouvrage public ; qu’étant directement affectés au service public de distribution électrique dont la société ERDF a désormais la charge, ils conservent leur caractère d’ouvrage public ;

Considérant que les époux Michel demandent à titre principal le déplacement d’un poste de transformation qui constitue, ainsi qu’il a été dit, un ouvrage public et, subsidiairement, la modification de ses conditions d’installation ; qu’en l’absence de voie de fait, cette demande relève de la seule compétence de la juridiction administrative ;

En ce qui concerne la demande indemnitaire :

Considérant que, si les litiges nés des rapports de droit privé qui lient un service public industriel et commercial assurant la distribution d’électricité à ses usagers relèvent de la compétence des juridictions judiciaires, il en va autrement lorsque l’usager demande réparation d’un dommage qui est étranger à la fourniture de la prestation et provient du fonctionnement d’un ouvrage ne constituant pas un raccordement particulier au réseau public ;

Considérant que les époux Michel demandent réparation d’un préjudice qui résulte selon eux du fonctionnement d’un poste de transformation installé au sous-sol de l’immeuble dans lequel ils habitent ; que ce dommage, rattaché au fonctionnement d’un ouvrage public et dont la source ne se situe pas dans un branchement particulier, est dépourvu de lien avec la fourniture d’électricité ; qu’il en résulte que les époux Michel doivent être considérés comme des tiers vis-à-vis de l’ouvrage public et qu’en conséquence, leur demande relève également à ce titre de la compétence de la juridiction administrative ;

D E C I D E :

————–

Article 1er : La juridiction de l’ordre administratif est compétente pour connaître du litige opposant les époux Michel à la société ERDF.

Discussion

Aucun commentaire pour “TC 12 avril 2010, ERDF c/ Michel, n° 3718, JCP A 2010, n° 2173, note J. Moreau”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.