// vous lisez...

Contentieux administratif

CE 7 avril 2010, SCI La Tilleulière, n° 311694, BJDU n° 2/2010, p. 142, concl. J. Burguburu

Si la délivrance d’un nouveau permis de construire au bénéficiaire d’un précédent permis, sur le même terrain, a implicitement mais nécessairement pour effet de rapporter le permis initial, ce retrait est indivisible de la délivrance du nouveau permis

Considérant que si la délivrance d’un nouveau permis de construire au bénéficiaire d’un précédent permis, sur le même terrain, a implicitement mais nécessairement pour effet de rapporter le permis initial, ce retrait est indivisible de la délivrance du nouveau permis ; que, par suite, les conclusions aux fins d’annulation du permis initial ne deviennent sans objet du fait de la délivrance d’un nouveau permis qu’à la condition que le retrait qu’il a opéré ait acquis, à la date à laquelle le juge qui en est saisi se prononce, un caractère définitif ; que tel n’est pas le cas lorsque le nouveau permis de construire a fait l’objet d’un recours en annulation, quand bien même aucune conclusion expresse n’aurait été dirigée contre le retrait qu’il opère ; que, par suite, en jugeant que le retrait du permis de construire délivré à la SCI LA TILLEULIERE le 16 juillet 2003, opéré par le second permis de construire délivré le 23 mai 2005 à la même société sur le même terrain, était devenu définitif faute d’avoir été expressément contesté, alors que ce second permis avait fait l’objet d’un recours contentieux et avait d’ailleurs été suspendu par une ordonnance du juge des référés, la cour administrative d’appel de Lyon a entaché son arrêt d’erreur de droit ; que cet arrêt doit, dès lors, être annulé ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 7 avril 2010, SCI La Tilleulière, n° 311694, BJDU n° 2/2010, p. 142, concl. J. Burguburu”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.