// vous lisez...

Cession de dépendances du domaine privé

CE 25 novembre 2009, Commune de Mer, n° 310208, JCP A 2010, n° 2031, note M.-C. Rouault

Considérant que si la liberté reconnue aux collectivités territoriales par les dispositions précitées du code général des collectivités territoriales d’accorder certaines aides ou subventions à des personnes privées pour des motifs d’intérêt général local ne peut légalement s’exercer que dans le respect des principes constitutionnels, la cession par une commune d’un terrain à une association locale pour un prix inférieur à sa valeur ne saurait être regardée comme méconnaissant le principe selon lequel une collectivité publique ne peut pas céder un élément de son patrimoine à un prix inférieur à sa valeur à une personne poursuivant des fins d’intérêt privé lorsque la cession est justifiée par des motifs d’intérêt général, et comporte des contreparties suffisantes ;

Considérant, qu’en l’espèce, la différence entre le prix de cession de l’ensemble immobilier et l’évaluation du service des domaines doit être regardée comme ayant le caractère d’une aide apportée par la COMMUNE DE MER à l’association culturelle franco-turque de Mer et à l’association socio culturelle, éducative et sportive des jeunes turcs de Mer, dont l’objet statutaire est de favoriser l’intégration de la population d’origine turque dans la commune par la création d’activités culturelles, sociales, éducatives et sportives ; que d’une part, cette aide est apportée aux associations pour un double motif d’intérêt général invoqué par la commune et tendant tant à une meilleure insertion d’habitants d’origine étrangère au sein de la commune par la création d’activités collectives qu’au renforcement de la sécurité publique notamment pour la circulation en centre ville ; que, d’autre part, elle a pour contreparties suffisantes, de permettre à ces associations de mener à bien, dans le cadre de leurs statuts, leurs projets et de disposer d’un lieu de réunion adapté à la réalisation de ceux-ci par sa dimension et ses accès ; qu’ainsi, en déniant à cette opération un caractère d’intérêt communal, la cour a inexactement qualifié les faits qui lui étaient soumis ; que la COMMUNE DE MER est dès lors fondée à demander, pour ce motif, l’annulation de l’arrêt attaqué ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 25 novembre 2009, Commune de Mer, n° 310208, JCP A 2010, n° 2031, note M.-C. Rouault”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.