// vous lisez...

Cession de dépendances du domaine privé

CE 25 septembre 2009, Commune de Courtenay, n° 298918, DA 2009, n° 148, note F. Melleray

Considérant qu’après avoir relevé que la COMMUNE DE COURTENAY n’entendait pas soutenir qu’elle avait entendu consentir à l’acquéreur du bien une aide indirecte sur le fondement des dispositions de l’article L. 1511-3 du code général des collectivités territoriales, la cour a, par une appréciation souveraine exempte de dénaturation, constaté que la dernière évaluation du service des domaines, ramenant la valeur vénale du bien à une somme comprise entre 710 000 euros et 770 000 euros, avait pris en compte la circonstance que la commune n’avait pas réalisé certains travaux de rénovation, alors que le prix de cession de ce bien avait été fixé par la délibération du 29 avril 2002 du conseil municipal à 533 571 euros ; que c’est sans erreur de droit que la cour en a déduit, par un arrêt suffisamment motivé, que cette vente consentie à un prix très inférieur à l’estimation du service des domaines, dont elle a jugé par une appréciation souveraine qu’il correspondait à la valeur vénale de l’immeuble, avait été illégalement décidée ; que, par suite, la COMMUNE DE COURTENAY n’est pas fondée à demander l’annulation de l’arrêt attaqué en tant qu’il statue sur la légalité de sa délibération ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 25 septembre 2009, Commune de Courtenay, n° 298918, DA 2009, n° 148, note F. Melleray”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.