// vous lisez...

Légalité de l'action administrative

CAA Marseille, 3 juillet 2008, SCI PLanet, n° 07MA03520 et 07MA04732, BJCL 4/2009, p. 231, note S. Deliancourt

Le juge administratif est compétent pour examiner la légalité d’une décision administrative au regard des dispositions de l’article 432-12 du code pénal ; que le délit prévu par ces dispositions peut être caractérisé par la prise d’un intérêt matériel ou moral, direct ou indirect ; qu’en application des dispositions précitées, un conseil municipal ne peut légalement prendre une délibération qui, ayant pour objet d’autoriser un acte, exposerait le destinataire de celui-ci à l’application de l’article 432-12 du nouveau code pénal ;

Considérant qu’aux termes de l’article 432-12 du code pénal : « Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge d’assurer la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement, est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Toutefois, dans les communes comptant 3 500 habitants au plus, les maires, adjoints ou conseillers municipaux délégués ou agissant en remplacement du maire peuvent chacun traiter avec la commune dont ils sont élus pour le transfert de biens mobiliers ou immobiliers ou la fourniture de services dans la limite d’un montant annuel fixé à 16 000 euros. En outre, dans ces communes, les maires, adjoints ou conseillers municipaux délégués ou agissant en remplacement du maire peuvent acquérir une parcelle d’un lotissement communal pour y édifier leur habitation personnelle ou conclure des baux d’habitation avec la commune pour leur propre logement. Ces actes doivent être autorisés, après estimation des biens concernés par le service des domaines, par une délibération motivée du conseil municipal. Dans les mêmes communes, les mêmes élus peuvent acquérir un bien appartenant à la commune pour la création ou le développement de leur activité professionnelle. Le prix ne peut être inférieur à l’évaluation du service des domaines. L’acte doit être autorisé, quelle que soit la valeur des biens concernés, par une délibération motivée du conseil municipal. Pour l’application des trois alinéas qui précèdent, la commune est représentée dans les conditions prévues par l’article L. 2122-26 du code général des collectivités territoriales et le maire, l’adjoint ou le conseiller municipal intéressé doit s’abstenir de participer à la délibération du conseil municipal relative à la conclusion ou à l’approbation du contrat. En outre, par dérogation au deuxième alinéa de l’article L. 2121-18 du code général des collectivités territoriales, le conseil municipal ne peut décider de se réunir à huis clos» ;

Considérant que le juge administratif est compétent pour examiner la légalité d’une décision administrative au regard des dispositions de l’article 432-12 du code pénal ; que le délit prévu par ces dispositions peut être caractérisé par la prise d’un intérêt matériel ou moral, direct ou indirect ; qu’en application des dispositions précitées, un conseil municipal ne peut légalement prendre une délibération qui, ayant pour objet d’autoriser un acte, exposerait le destinataire de celui-ci à l’application de l’article 432-12 du nouveau code pénal ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CAA Marseille, 3 juillet 2008, SCI PLanet, n° 07MA03520 et 07MA04732, BJCL 4/2009, p. 231, note S. Deliancourt”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.