// vous lisez...

Avocat

CE 27 février 2006, Casseron, n° 269589

Considérant qu’il résulte de ces dispositions que les cours administratives d’appel ne peuvent rejeter les requêtes entachées de défaut de ministère d’avocat, sans demande de régularisation préalable, que si le requérant a été averti dans la notification de la décision attaquée, en des termes dépourvus d’ambiguïté, que l’obligation du ministère d’avocat s’imposait à lui en l’espèce ; que tel n’est pas le cas lorsque la notification se borne à reproduire ou à résumer les dispositions de l’article R. 811-7 du code de justice administrative relatives à cette obligation et aux exceptions qu’elle comporte, sans indiquer si le requérant est effectivement tenu de recourir à un avocat pour former un appel ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 27 février 2006, Casseron, n° 269589”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.