// vous lisez...

Communication des mémoires

CE 28 décembre 2005, Ville de Dole, n° 264418

Considérant qu’il résulte de ces dispositions que l’instruction est normalement close, à défaut d’ordonnance de clôture, trois jours francs avant la date de l’audience ; que toutefois, lorsque, postérieurement à cette clôture, le juge est saisi d’un mémoire émanant d’une partie, il lui appartient de faire application dans ce cas particulier des règles générales relatives à toutes les productions postérieures à la clôture de l’instruction ; qu’à ce titre, et conformément au principe selon lequel, devant les juridictions administratives, le juge dirige l’instruction, il lui appartient, dans tous les cas, de prendre connaissance de ce mémoire avant de rendre sa décision, ainsi, au demeurant, que de le viser sans l’analyser ; que s’il a toujours la faculté, dans l’intérêt d’une bonne justice, d’en tenir compte -après l’avoir visé, et, cette fois, analysé- il n’est tenu de le faire, à peine d’irrégularité de sa décision, que si ce mémoire contient soit l’exposé d’une circonstance de fait dont la partie qui l’invoque n’était pas en mesure de faire état avant la clôture de l’instruction et que le juge ne pourrait ignorer sans fonder sa décision sur des faits matériellement inexacts, soit d’une circonstance de droit nouvelle ou que le juge devrait relever d’office au vu du dossier tel qu’il existait à la date de clôture de l’instruction ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 28 décembre 2005, Ville de Dole, n° 264418”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.