// vous lisez...

Droit administratif

CE, avis, 9 mai 2005, Marangio, n° 277280

En vertu d’un principe général, il incombe à l’autorité administrative de ne pas appliquer un règlement illégal

1°) En vertu d’un principe général, et sous réserve de ce qui sera dit plus bas, il incombe à l’autorité administrative de ne pas appliquer un règlement illégal. Ce principe trouve à s’appliquer, en l’absence même de toute décision juridictionnelle qui en aurait prononcé l’annulation ou les aurait déclarées illégales, lorsque les dispositions d’un document d’urbanisme, ou certaines d’entre elles si elles en sont divisibles, sont entachées d’illégalité. Celles-ci doivent alors être écartées, sous le contrôle du juge de l’excès de pouvoir, par l’autorité chargée de délivrer des autorisations d’utilisation ou d’occupation des sols, sans qu’il y ait lieu de distinguer selon que l’illégalité en cause affecterait ou non des dispositions spécialement édictées pour permettre l’opération faisant l’objet de la demande d’autorisation. N’étaient de nature à faire obstacle à l’application de ce principe, lorsqu’elles étaient en vigueur, ni les dispositions de l’article L. 123-4-1 ancien du code de l’urbanisme, qui interdisaient au conseil municipal d’abroger le plan d’occupation des sols, même illégal, de la commune, ni celles du second alinéa de l’article L. 125-5 ancien du même code, qui ne lui permettaient, en cas d’annulation ou de déclaration d’illégalité du plan d’occupation des sols, d’écarter le plan d’occupation des sols immédiatement antérieur au profit des règles générales du code de l’urbanisme que dans le cas où l’illégalité de ce plan résultait de changements intervenus dans les circonstances de fait ou de droit, et non lorsqu’elle l’affectait depuis l’origine. Il appartient toutefois au maire, lorsque, statuant sur une demande d’autorisation, il estime devoir écarter le plan d’occupation des sols ou le plan local d’urbanisme en vigueur, d’indiquer dans sa décision les illégalités dont le plan lui paraît être entaché et de saisir, afin qu’il y soit remédié, le conseil municipal d’une demande d’abrogation, de modification ou de révision de ce plan.

Discussion

Aucun commentaire pour “CE, avis, 9 mai 2005, Marangio, n° 277280”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.