// vous lisez...

Régularisation de la requête à l'initiative du requérant

CE 13 octobre 2004, Département de la Vendée, n° 259003

Considérant qu’aux termes de l’article R. 222-1 du code de justice administrative, dans sa rédaction alors en vigueur : »Les présidents (…) de cour administrative d’appel (…) peuvent, par ordonnance : (…) – 4° Rejeter les requêtes irrecevables pour défaut d’avocat, pour défaut de production de la décision attaquée, pour défaut d’acquittement du droit de timbre prévu à l’article L. 411-1, ainsi que celles qui sont entachées d’une irrecevabilité manifeste non susceptible d’être couverte en cours d’instance » ; qu’aux termes de l’article R. 612-1 du même code : « Lorsque des conclusions sont entachées d’une irrecevabilité susceptible d’être couverte après l’expiration du délai de recours, la juridiction ne peut les rejeter en relevant d’office cette irrecevabilité qu’après avoir invité leur auteur à les régulariser. / Toutefois, la juridiction d’appel ou de cassation peut rejeter de telles conclusions sans demande de régularisation préalable pour les cas d’irrecevabilité tirés de la méconnaissance d’une obligation mentionnée dans la notification de la décision attaquée conformément à l’article R. 751-5. » ; que, si ces dispositions permettent au juge de rejeter une requête entachée d’une irrecevabilité susceptible d’être couverte en cours d’instance, notamment dans les trois premiers cas d’irrecevabilité énoncés au 4° de l’article R. 222-1, sans être tenu d’inviter le requérant, dûment averti par ailleurs de la formalité exigée, à régulariser sa requête, elles n’ont ni pour objet ni pour effet de faire obstacle à ce que le requérant régularise sa requête en procédant, de sa propre initiative, avant que le juge n’ait statué, aux formalités nécessaires ;


Discussion

Aucun commentaire pour “CE 13 octobre 2004, Département de la Vendée, n° 259003”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.