// vous lisez...

Droit administratif

CE 6 décembre 2002, Commune d'Albestroff, n° 230291

Considérant qu’il résulte de la combinaison des dispositions précitées de la loi du 31 décembre 1968 que la connaissance par la victime de l’existence d’un dommage ne suffit pas à faire courir le délai de la prescription quadriennale ; que le point de départ de cette dernière est la date à laquelle la victime est en mesure de connaître l’origine de ce dommage ou du moins de disposer d’indications suffisantes selon lesquelles ce dommage pourrait être imputable au fait de l’administration ;

Discussion

Aucun commentaire pour “CE 6 décembre 2002, Commune d'Albestroff, n° 230291”

Poster un commentaire

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.